topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
BURUNDI : Une prévention du VIH tardive chez les gays Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé
IRIN/PlusNews, 27 octobre 2008

Photo: Keishamaza Rukikaire/IRIN

Georges Kanuma, président de l'Association pour le respect et les droits des homosexuels au Burundi

BUJUMBURA - Lorsque Georges Kanuma, président d’un groupe de défense des droits des homosexuels au Burundi, a assisté à une conférence sur le VIH, en 2004, il fut surpris d’apprendre qu’il fallait utiliser des lubrifiants à base d’eau – et non à base de gelée de pétrole, qui abîment le latex composant les préservatifs- lors de rapports sexuels anaux, afin de se protéger du VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles (IST).

«  Je n’avais jamais entendu parler d’une telle chose. Et si je n’en avais jamais entendu parler, je me doutais bien que la plupart des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes [MSM en anglais] au Burundi n’en avaient pas entendu parler non plus », a dit à IRIN/PlusNews M. Kanuma, qui préside l’Association pour le respect et les droits des homosexuels (ARDHO). « Nous avions le sentiment que le VIH constituait une menace pour les hommes qui avaient des rapports sexuels avec des femmes, mais pas pour les homosexuels ».

M. Kanuma s’est rendu dans divers centres de santé et s’est entretenu avec des ONG engagées dans la lutte contre le VIH. Mais aucun de ces centres ou organismes ne disposait de lubrifiant à base d’eau. Seules quelques pharmacies en proposaient, mais à des prix prohibitifs.

« C’est alors que j’ai réalisé que des mesures devaient être prises. En conséquence, l’ARDHO s’est mise à faire du porte-à-porte, afin de voir qui nous aiderait à faire venir le lubrifiant, et quelles ONG étaient prêtes à diffuser des messages de prévention destinés aux personnes séropositives », a-t-il dit. « Bon nombre d’organisations ne me croyaient pas quand je leur ai dit qu’il y avait des personnes homosexuelles au Burundi ».

Contrairement à de nombreux autres pays de la région, au Burundi, les rapports sexuels entre hommes ne constituent pas une infraction selon le code pénal, mais la Constitution interdit le mariage homosexuel.

Au Burundi, les personnes homosexuelles sont occasionnellement victimes d’homophobie, mais selon M. Kanuma, la plupart des Burundais ignorent que des MSM vivent au sein de leur société. L’ARDHO a été fondée en 2003, mais n’est toujours pas parvenue à obtenir un statut juridique d’ONG.

L’Alliance burundaise des associations de lutte contre le sida, une coalition nationale d’ONG qui luttent contre l’épidémie, a finalement accepté de soutenir l’ARDHO et a aidé cette dernière à rédiger des propositions de financement pour des activités de prévention contre le VIH.

« En 2007, une ONG, l’Association nationale de soutien aux séropositifs et sidéens [ANSS], a accepté de nous aider. Elle a obtenu des lubrifiants et des préservatifs auprès de donateurs français, qu’elle nous donne et que nous distribuons, à notre tour, aux membres de notre communauté », a-t-il expliqué.

Etant donné la manière dont la population locale considère l’homosexualité, les lubrifiants et les préservatifs doivent être distribués discrètement : de nombreux hommes homosexuels appellent l’organisation et demandent que les articles soient glissés dans des enveloppes vierges, et déposés à leur bureau ou domicile par des personnes non associées à l’ARDHO.

« Nous ne questionnons jamais les gens sur leur ethnicité ou leur religion avant de leur prescrire un traitement ou un autre soutien VIH. Alors pour quelles raisons devrions-nous les interroger sur leur sexualité ? », a demandé Jeanne Gapiya, fondatrice de l’ANSS et une des premières activistes de la lutte contre le VIH dans le pays. « Le problème est qu’il s’agit d’une communauté cachée, et la société refuse d’admettre qu’elle existe ».

Dans le cadre de son dernier plan stratégique national, le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS), a inscrit les MSM sur la liste des personnes vulnérables.

« Nous savons qu’ils constituent un groupe marginalisé. En conséquence, nous avons commencé à les inviter à des rencontres, en passant par des ONG, mais le problème est que nous ne savons pas qui ils sont, pour la plupart, et comment nous adresser à eux », a expliqué Jean Rirangira, secrétaire exécutif par intérim du CNLS.

« Ce problème ne touche pas uniquement les gays, il s’agit d’un problème auquel toute la société est confrontée. Je connais bon nombre d’hommes mariés [hétérosexuels] dans cette ville [Bujumbura, la capitale du Burundi] qui ont aussi des relations sexuelles avec des hommes. Si les gens savaient, ils seraient surpris », a commenté M. Kanuma.

« Le silence est également un facteur qui nous tue », a-t-il ajouté. « Un de mes amis a souffert d’une IST pendant près d’un an, il s’était lui-même prescrit des médicaments jusqu’à ce qu’il finisse par venir à l’ANSS et reçoive un vrai diagnostic, qui lui a permis de se rétablir plus rapidement. »

M. Kanuma écrit des articles pour les journaux et est invité par des stations de radio privées, afin de sensibiliser la population à la vulnérabilité des MSM, ainsi qu’aux dangers du VIH.

« Durant chaque émission de radio, les auditeurs sont encouragés à poser leurs questions par téléphone et nous leur donnons également l’adresse électronique de l’ARDHO », a-t-il précisé. « Nous recevons plus de 150 courriels et autant d’appels téléphoniques – preuve qu’une plus grande information est encore nécessaire. »

L’ARDHO conçoit actuellement des brochures détaillant tous les modes de transmission du VIH, dont les rapports entre hommes. Ces brochures doivent être distribuées dans les principaux centres de santé.

L’ANSS prévoit également d’envoyer un médecin en dehors du Burundi, afin que ce dernier suive une formation spéciale sur les questions sanitaires relatives aux MSM. Ainsi, cette personne sera en mesure de leur prodiguer des soins de santé plus adaptés.

Bien que la démarche soit lente, l’ARDHO et ses partenaires ne souhaitent pas mettre trop de pression sur les épaules du gouvernement, et préfèrent négocier depuis une plateforme de santé publique, avant de demander l’égalité devant la loi.

« Nous devons faire preuve de prudence, afin de ne pas rendre la situation plus difficile pour les hommes homosexuels du Burundi », a conclu M. Kanuma.

Depuis la fin des années 1990, le taux de prévalence du VIH a chuté au Burundi. Cependant, de nombreux sites de surveillance ont récemment constaté une augmentation : au mois de mai dernier, les responsables ont annoncé que le taux d’infection était passé de 3,5 pour cent en 2002, à 4,2 pour cent en 2008.

[FIN] [Les informations vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher