topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Les démons du passé reviennent ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

@rib News, 20/09/2011 – Source GCI

Actes de vengeance ou conséquences de plaies mal cicatrisées, la tuerie qui a eu lieu dans un bar burundais de "Chez les Amis", situé à Gatumba, dans les environs de la capitale Bujumbura, fait craindre une terrible reculade. Il est en effet difficilement admissible que les 36 victimes de la fusillade qui a duré une vingtaine de minutes, soient, comme le voudraient les autorités burundaises, l’œuvre de bandits armés.

De nombreux témoignages pensent y voir, tantôt la main d’une nouvelle rébellion, dont l’identité serait encore méconnue, tantôt celle de l’ancien mouvement rebelle du Front national de Libération (FNL), dont le leader est dans la clandestinité depuis plus d’un an...

Pour les observateurs, le plus préoccupant, c’est que cette attaque vient plutôt confirmer une tendance qui fait redouter le pire pour ce pays qui, de 1993 à 2006, avait été ravagé par un conflit armé dont le bilan s’est chiffré à près de 300.000 victimes...

Les rescapés de l’attaque de Gatumba de ce dimanche sont catégoriques : ''le drame n’a pas été perpétré par des bandits armés''. Le gouvernement burundais n’a donc aucun intérêt à s’obstiner à vouloir cacher le soleil avec ses mains.

Depuis un certain temps, la stabilité et la sécurité que les Burundais croyaient avoir retrouvées enfin, sont en train de les fuir. Attaques et exécutions sommaires n’ont cessé de s’y multiplier.

Ainsi, au lieu de faire dans la diversion, en désignant les auteurs de l’attaque comme des bandits armés, ou en promettant vaguement que ces derniers seraient mis aux arrêts et traduits en justice, le président Pierre Nkurunziza, devrait au contraire voir la réalité en face. La situation est incertaine et le moment grave.

D’ores et déjà, certains commencent à voir dans cette tuerie massive, des représailles du FNL d’Agathon Rwasa, dont des partisans auraient été dernièrement exécutés par le pouvoir burundais. Cette hypothèse est d’autant plus plausible, que le bar qui a été visé appartiendrait à un membre du parti au pouvoir, et qu’au moment où les assaillants ont fait irruption, le dimanche soir, ledit bar recevait une équipe de football dont les sociétaires seraient affiliés à la Ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti de Pierre Nkurunziza.

Mais au-delà d’un acte de vengeance circonstancielle, ou de revanche politique, l’attaque de Gatumba semble provenir plus globalement du manque de consensus qui avait caractérisé l’élection présidentielle de 2010. La frustration qui en avait résulté et qui avait notamment conduit l’opposition à boycotter ces échéances, serait alors le prix de l’entêtement du pouvoir burundais.

Preuve, s’il en était besoin, qu’une élection gérée de manière unilatérale, n’est jamais une élection réussie. Même si très souvent, les hâtives et intéressées reconnaissances de la communauté internationale, constituent un facteur qui en rajoute à la folie du pseudo-vainqueur.    

Boubacar Sanso Barry pour GuineeConakry.info (GCI)

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher