topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Appel pour une aide financière suffisante à la CNIDH Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 06/10/2011

Burundi : Il faut renforcer le soutien à la Commission nationale des droits de l'homme

(Londres, le 6 octobre 2011) – Le gouvernement du Burundi devrait renforcer son soutien à la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH), récemment mise sur pied, ont déclaré jeudi 6 octobre Amnesty International, le Projet des défenseurs des droits de l’homme de l’Est et de la Corne de l’Afrique et Human Rights Watch. Ces organisations ont ajouté que cet appui du gouvernement était d’autant plus crucial que le Conseil des droits de l'homme de l’ONU avait prématurément mis fin au mandat de l’expert indépendant sur la situation des droits humains au Burundi.

Le fait que le Conseil des droits de l'homme ait mis fin à ce mandat le 30 septembre 2011 porte un coup à la circulation d’informations indépendantes sur les droits humains au Burundi à une période critique, alors que les homicides à caractère politique commis en toute impunité se multiplient. Le gouvernement du Burundi et le Groupe des États africains du Conseil des droits de l'homme avaient à plusieurs reprises entravé et repoussé la présentation des rapports de l’expert indépendant devant le Conseil. Celui-ci n’avait pas été en mesure de soumettre de rapports entre septembre 2008 et juin 2011, lors même que la présentation d’un rapport annuel est la règle.

La CNIDH montre des signes prometteurs depuis sa création au mois de juin, date à laquelle ses membres ont prêté serment. Toutefois, elle n’a toujours pas reçu l’accréditation du Comité international de coordination des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l’homme, chargé d’évaluer si les institutions nationales répondent aux exigences des Principes de Paris. La CNIDH a besoin d’un soutien financier accru de la part du gouvernement du Burundi et des pays donateurs, afin d’enquêter sur les atteintes aux droits humains et d’en rendre compte efficacement.

Par ailleurs, le gouvernement du Burundi devrait mettre en œuvre sans délai les recommandations faites en juin par l’expert indépendant, en vue de lutter contre l’impunité et de garantir la liberté d'expression. Amnesty International, le Projet des défenseurs des droits de l’homme de l’Est et de la Corne de l’Afrique et Human Rights Watch estiment que ces mesures sont capitales en vue de mettre un terme aux homicides et de lever les restrictions imposées aux médias quant à la couverture des épisodes de violences.

Au cours des dernières semaines, les tensions se sont amplifiées au Burundi. Le 18 septembre, entre 30 et 40 personnes sont mortes dans un massacre à Gatumba, ce qui en fait l’épisode de violence le plus meurtrier des dernières années. On attend toujours que soient confirmées les circonstances du massacre, ainsi que l’identité des auteurs. Plusieurs membres, actuels ou anciens, du mouvement d’opposition des Forces nationales de libération (FNL) ont été tués en juillet et août. D’autres se sont réfugiés dans la clandestinité après avoir reçu des menaces.

Au lendemain du massacre de Gatumba, le gouvernement a restreint l’activité des médias. Le 20 septembre, le Conseil national de sécurité du Burundi a ordonné aux journalistes de ne pas publier, commenter ni analyser les informations relatives aux enquêtes en cours sur ce massacre et d’autres dossiers en cours d’instruction. Ce silence imposé aux médias porte gravement atteinte à la liberté d'expression. Il s’inscrit dans le sillage des citations à comparaître et des actes d’intimidation qui ciblent d’éminents journalistes et militants de la société civile depuis quelques mois.

Dans son rapport remis en juin, l’expert indépendant a engagé le gouvernement du Burundi à allouer aux commissions nationales d’enquête les ressources nécessaires pour agir efficacement, ou à enquêter et engager des poursuites par le biais du système judiciaire classique. Cependant, plusieurs mois après leur création, un certain nombre de commissions chargées d’enquêter sur les exécutions extrajudiciaires et les atteintes aux droits humains commises avant, pendant et après les élections de 2010 n’ont toujours pas rendu leurs conclusions publiques. En outre, les poursuites judiciaires engagées pour ces crimes n’ont pas abouti. Le gouvernement doit veiller à ce que la commission chargée d’enquêter sur le massacre de Gatumba rende compte publiquement de ses conclusions. Il importe d’engager des poursuites contre toute personne qu’elle identifiera comme responsable.

Amnesty International, le Projet des défenseurs des droits de l’homme de l’Est et de la Corne de l’Afrique et Human Rights Watch invitent le gouvernement du Burundi à :

·             apporter une aide financière suffisante à la Commission nationale indépendante des droits de l'homme;

·             enquêter sur les homicides à caractère politique, notamment sur les meurtres de Gatumba, et poursuivre les responsables présumés ;

·             rendre publiques les conclusions des commissions d’enquête sur les exécutions extrajudiciaires et les atteintes aux droits humains commises avant, pendant et après les élections de 2010 ;

·             permettre aux journalistes de travailler librement, notamment en annulant l’ordre qui leur a été donné de ne pas diffuser d’informations sur les homicides de Gatumba et d’autres dossiers en cours d’instruction ;

·             informer régulièrement le Conseil des droits de l'homme de l’ONU des mesures prises en vue de mettre en œuvre les recommandations de l’expert indépendant.

Complément d’information

Lors des sessions du Conseil des droits de l'homme de juin et septembre 2011, le gouvernement du Burundi, avec l’appui d’autres États africains, s’est opposé au maintien du mandat de l’expert indépendant. Dans sa résolution 9/19 adoptée en septembre 2008, le Conseil l’avait prorogé jusqu’à la mise en place d'une commission nationale indépendante des droits de l'homme au Burundi.

Dans le cadre de cette résolution, le Conseil invitait également l’expert indépendant à lui faire rapport sur ses activités lors de la session faisant suite à la création de la commission. Interprétant ces dispositions, une résolution présentée par le Sénégal au nom du Groupe des États africains et adoptée par le Conseil le 30 septembre 2011 a conclu que le mandat avait expiré lorsque l'expert indépendant avait présenté son rapport au Conseil en juin 2011, au lendemain de la création de la CNIDH et de la nomination de ses membres.

Le Comité international de coordination des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l'homme est chargé de délivrer l’accréditation aux institutions nationales qui respectent les Principes de Paris, ensemble de normes évaluant leur efficacité et leur indépendance. Les institutions qui respectent pleinement ces Principes reçoivent le statut « A ». Lorsque la Commission burundaise fera une demande d’accréditation, le Comité évaluera sa conformité avec les Principes de Paris. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher