topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Le parti au pouvoir au Burundi (CNDD-FDD) a désigné ce dimanche 26 janvier le GÉNÉRAL EVARISTE NDAYISHIMIYE pour porter ses couleurs à la présidentielle du 20 mai pour succéder au président sortant Pierre Nkurunziza. [@rib News, 26/01/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
RDC : le spectre d'une nouvelle guerre régionale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 10/11/2008 – Source Belga

Les ingrédients pour une internationalisation de la crise dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) se mettent peu à peu en place, faisant redouter le scénario cauchemar d'une nouvelle guerre régionale dans un pays qui a perdu plus de quatre millions de personnes lors de la précédente, qui a duré de 1998 à 2003.

Réunis dimanche à Johannesburg, les pays de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), dont l'Angola - fidèle allié de la RDC -, se sont dits prêts à envoyer "si nécessaire (...) des troupes de maintien de la paix" dans l'est de la RDC, où la rébellion du général tutsi Laurent Nkunda menace de s'emparer de Goma, ville d'un demi-million d'habitants. La SADC va dépêcher sur place prochainement une équipe d'experts régionaux pour "évaluer la situation", mais n'a pas précisé si ses militaires interviendraient sous mandat de l'ONU.

De son côté, le gouvernement congolais n'a pas exclu l'engagement ultérieur de troupes angolaises aux côtés de l'armée régulière, alors que les spéculations vont bon train sur la présence actuelle de soldats angolais sur la ligne de front en périphérie nord de Goma, aux portes du Rwanda. Ce faisant, après le soutien rwandais aux rebelles de Nkunda, "un nouveau pas est franchi vers la régionalisation de la crise", s'alarme Pierre-Antoine Braud, directeur du groupe d'experts Bridging International.

La rébellion "reçoit un approvisionnement militaire et un soutien médical du Rwanda", affirment des experts d'International Crisis Group (ICG), dans une récente tribune publiée par le Wall Street Journal. Elle "recrute activement au sein des camps de réfugiés tutsi et parmi les contingents de soldats démobilisés de l'armée rwandaise", même si l'implication directe de troupes rwandaises aux côtés des rebelles - comme l'affirme Kinshasa - n'a pas été (encore) prouvée.

La guerre de 1998-2003 qui a coûté la vie, directement ou indirectement, à quatre millions de personnes et impliqué une demi-douzaine d'armées africaines, "est prête de nouveau à s'embraser dans l'est du Congo", a prévenu l'ICG. "Pour la troisième fois en douze ans, un groupe rebelle dirigé par des Tutsi est passé à l'offensive et menace Goma avec le soutien du voisin rwandais. Et encore une fois, Kinshasa a appelé son allié angolais à l'aider à résister à ce qui est perçu comme une agression rwandaise".

De 1998 à 2003, l'ex-Zaïre avait été dévasté par une guerre régionale : Rwanda, Ouganda et Burundi avaient alors affronté sur le sol congolais, directement ou par mouvements rebelles interposés, une coalition pro-Kinshasa soutenue par l'Angola, le Zimbabwe, la Namibie et le Tchad. La signature de l'accord de paix de Pretoria en décembre 2002 et la mobilisation de la communauté internationale, avec le déploiement de la plus importante mission de l'ONU dans le monde, la MONUC, ont permis de mettre un terme à cette "guerre mondiale africaine", sans pour autant régler la crise congolaise, malgré la tenue d'élections libres en 2006.

"On ne peut pas imaginer que la communauté internationale va laisser s'internationaliser le conflit alors qu'elle a englouti des milliards de dollars en RDC", estime M. Braud. "Le problème est de savoir si les experts militaires de la SADC qui vont se rendre dans la zone de conflit, et peut-être les futures troupes, interviendront sous mandat de l'ONU", relève une source diplomatique occidentale à Kinshasa. "Si ces forces sont engagées de manière totalement indépendante de la Monuc (Mission des Nations Unies en RDC), alors c'est beaucoup plus dangereux, et on peut s'attendre à une réaction vigoureuse du Rwanda", souligne cette source.

L'inconnu cependant est l'état actuel des relations entre Kigali et Luanda. "Ces relations ont considérablement évolué depuis cinq ans, sous le parrainage des Etats-Unis, leur allié commun", estime la même source, évoquant un possible "pacte de non-agression" en vigueur jusqu'alors. A ce jour, Kigali n'a pas encore publiquement réagi ni aux décisions du sommet de la SADC, ni aux rumeurs sur l'hypothétique présence de soldats angolais le long de sa frontière.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher