topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
HRW somme le Burundi de cesser de menacer les journalistes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

PANA, 22 novembre 2011

New York, Etats-Unis - L'organisation de défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch, a sommé les responsables du gouvernement burundais de cesser de faire des pressions sur les journalistes.

Dans un communiqué publié à New York et reçu mardi par la PANA, Human Rights Watch note que ces dernières semaines, des journalistes ont été souvent convoqués par les autorités chargées des poursuites judiciaires pour être  interrogés, en relation avec des émissions de radio impliquant des agents de l'Etat dans des affaires de violation des droits de l'Homme.

De hauts responsables du gouvernement, dont trois ministres, ont lancé publiquement des avertissements contre les médias ces derniers jours, les menaçant de poursuites judiciaires et laissant entendre qu'ils pourraient être accusés de délits tels que l'incitation à la désobéissance publique et à la haine.

Les menaces se sont précisées, lorsque la presse a fait état des restrictions qui lui ont été imposées après le massacre de Gatumba le 18 septembre 2011.

"Nous sommes profondément inquiets face à l'escalade de l'intimidation contre la presse au Burundi", a déclaré Daniel Bekele, le directeur Afrique de HRW.

"Cette agression de la presse libre empêche pratiquement les journalistes de mener des enquêtes et d'effectuer des reportages en toute indépendance", déplore-t-il.

Une quarantaine de personnes ont été tuées par des agresseurs armés le 18 septembre lors de l'attaque d'un bar à Gatumba, à environ 15 km de la capitale, Bujumbura.

Les autorités ont imposé un black-out médiatique de 30 jours sur cet  évènement, ainsi que sur d'autres affaires en cours d'investigation.

Ce black-out a brièvement été contesté par certains membres de la presse, avant d'être finalement respecté.

Une fois le délai de 30 jours passé, certaines radios ont commencé à diffuser des émissions sur ce massacre.

En particulier, la Radio publique africaine (RPA) a diffusé une interview d'un des prévenus dans cette affaire, Innocent Ngendakuriyo, qui a été contacté en prison et affirmé que des agents de l'Etat pouvaient être impliqués dans les évènements qui ont conduit au massacre de Gatumba.

Le 08 novembre, Bob Rugurika, rédacteur en chef de la RPA et Patrick Nduwimana, rédacteur en chef de Radio Bonesha FM, ont reçu des convocations du bureau du procureur de Bujumbura et ont été entendus dans le cadre de ces émissions.

Selon HRW, le gouvernement du Burundi harcèle et intimide les journalistes depuis des années, accusant souvent ces derniers ainsi que les militants de la Société civile d'être de connivence avec les partis d'opposition.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher