topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'examen d'Etat seul critère d'accès au supérieur, proposent les étudiants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

@rib News, 22/11/2011 – Source Xinhua

Les étudiants des Universités publiques et privés réunis au sein du collectif des associations provinciales des étudiants du Burundi ont adressé mardi une correspondance au président du Sénat Gabriel Ntisezerana, lui demandant de ne retenir comme critère d'accès à l'enseignement supérieur que l'examen d'Etat et non la combinaison des notes obtenues en classe et celles obtenues à l'examen d'Etat.

« La discrimination n'est pas causée par l'examen d'Etat comme condition d'accès à l'enseignement supérieur mais plutôt que c'est un moyen sûr de vérification des connaissances acquises. Après avoir mis au clair les vrais facteurs de cette discrimination, nous proposons que seul l'examen d'Etat soit retenu comme seule condition d'accès à l'université et que cette dernière soit organisée de manière à éviter qu'elle consacre une discrimination », écrivent les représentants de ce collectif.

Un projet de loi portant réorganisation de l'enseignement supérieur, qui prétend supprimer la discrimination, a été adopté récemment par l'Assemblée nationale et doit être analysée prochainement par le Sénat.

Aux termes de l'article 7 du projet de loi, on tiendra compte des notes obtenues en classe et de celles obtenues à l'examen d’Etat et non seulement de ces dernières comme ça se fait partout ailleurs pour accéder à l'enseignement supérieur.

Les députés qui ont voté ce projet de loi qui rejette la réussite à l'examen d'Etat comme seul critère d'accès à l’enseignement supérieur prétendent que ce critère est discriminatoire du fait que les élèves des écoles secondaires ne travaillent pas dans les mêmes conditions.

Les étudiants trouvent qu'avec la combinaison des notes obtenues en classe et celles de l'examen d'Etat, cette discrimination est loin d'éradiquée.

Ils trouvent plutôt l'origine de la discrimination des candidats à l'accès à l'enseignement supérieur dans l'organisation de l'enseignement dès l'école primaire à l'école secondaire, certaines écoles surtout urbaines étant suffisamment équipées alors que celles de l'intérieur le sont moins.

Ils proposent l'harmonisation de l'enseignement secondaire en le faisant de celui-ci un enseignement accessible dans les mêmes conditions.

« A compétences égales et conditions d'enseignements égales, les élèves de tous les établissements secondaires passeront l'examen d'Etat qui leur donnera accès à l'enseignement supérieur sans discrimination », indiquent-ils.

Pour ces étudiants, la combinaison dont il est question plus haut ne fera de l'Université qu'un terrain de médiocrité et ne fera que promouvoir la corruption et le favoritisme dans les écoles secondaires pour obtenir des points en classe.

« Seul l'aspect quantitatif a été privilégié et celui qualitatif a été relégué à l'arrière plan. Ce manque de qualité de l’enseignement secondaire et par là de l'enseignement supérieur va nous rendre moins compétitifs sur le plan régional, international et sur le marché du travail tant sur le plan interne que sur celui externe », concluent ces étudiants dans leurs plaidoyers en faveur d'un enseignement supérieur de qualité.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher