topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Burundi : Un ministre déplore la gestion "opaque" des partis politiques Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 14/11/2008

Bujumbura, Burundi - Le ministre burundais de l'Intérieur et du Développement communal, Venant Kamana, a déploré, vendredi, le manque de transparence dans la gestion administrative et financière des partis politiques, expliquant que sur les 36 formations politiques agréées, seulement 10 produisent et lui transmettent régulièrement leurs rapports financiers et d'activité.

M. Kamana, qui s'exprimait lors d'une rencontre avec les leaders des formations politiques burundaises, a indiqué que les sanctions prévues pour ce genre d'infractions vont du rappel à l'ordre à la suspension en passant par le retrait d'agrément.

Le multipartisme est reconnu au Burundi depuis les années 1990, mais avec des balises constitutionnelles fort contraignantes pour le fonctionnement normal des partis.

C'est le cas, entre autre, du financement des partis qui ne doit, en aucun cas, provenir de l'étranger, sauf sur dérogation exceptionnelle établie par la loi qui considère d'ailleurs ce genre d'organisations à caractère politique comme de simples "associations sans but lucratif" (ASBL).

Au sujet des activités partisanes, l'article 57 de l'actuelle constitution encore transitoire, stipule que les partis politiques ne sont pas autorisés à organiser des manifestations et réunions publiques «eu égard aux impératifs de restauration de la paix et la cohésion nationale».

Le Burundi tente difficilement de sortir de plus de 14 ans de guerre civile jalonnés par d'autres mesures d'exception comme le couvre-feu nocturne.

"Seules sont autorisées les réunions des organes dirigeants des partis politiques aux échelons national, provincial et communal", peut-on toujours lire dans la loi fondamentale du pays.

Une réunion non autorisée a valu dernièrement la prison ferme au président du mouvement pour la sécurité et la démocratie (MSD), Alexis Sinduhije.

L'autre article, aujourd'hui d'actualité brûlante dans le pays, interdit formellement aux partis politiques de s'identifier, dans la forme, l'action ou d'une manière quelconque, notamment à l'ethnie, religion, région, secte ou sexe.

L'article a été utilisé par le pouvoir central pour refuser l'agrément au Parti pour la libération du peuple hutu/Front national de libération (PALIPEHUTU-FNL, rébellion) sans changer préalablement d'appellation à connotation ethnique.

La mise en application effective et intégrale d'un accord de cessez-le-feu, liant l'Etat burundais et le dernier mouvement rebelle encore actif dans le pays depuis le 7 septembre 2006, bute à ce préalable controversé de changement d'appellation.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher