topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Lydia Nsekera élue par l’Ufresa meilleure dirigeante africaine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sports

L'intelligent d'Abidjan | 6 avril 2012

 Lydia Nsekera : "Comment je suis devenue présidente de fédération"

Elue meilleure dirigeante africaine par l’Union des Femmes Reporters Sportives d’Afrique (Ufresa), Lydia Nsekera, présidente de la Fédération de Football du Burundi (FFB), par ailleurs membre du Comité International Olympique, parle du football burundais dans cet entretien.

Vous venez d’être distinguée meilleur dirigeante africaine 2011 par l’Ufresa, quel sentiment après cette honneur ?

Je suis heureuse. C’est un honneur pour moi et ma famille. Je remercie beaucoup mes collaborateurs de la fédération et les membres du comité exécutif, car sans eux, sans le travail en équipe, je n’aurais pas reçu ce prix. Je dédie ce prix à mon grand-père qui a été un grand chef. C’est à travers l’histoire de ma famille que j’ai pu être un bon dirigeant.

Quel est l’état du football burundais ?

Le football burundais se porte bien. Tant en équipe nationale qu’en club. Nous nous organisons et nos clubs participent à des compétitions africaines. Nous avons un club (ndlr Lydia LB Academic) qui s’est qualifié pour les 16ème de finale de la coupe de la confédération. Au classement FIFA, nous avons une place qui nous sied (ndlr : 39ème au plan africain et 132ème mondial). Le dernier match que nous avons livré avec la sélection nationale était face à la Côte d’Ivoire, où nous avons manqué de battre les coéquipiers de Didier Drogba. Nous avons un championnat national qui regroupe 12 clubs en première division et 20 clubs en deuxième division. Le championnat part de la période allant de septembre à juillet.

Meilleure dirigeante africaine, peut-on affirmer que le football féminin occupe une place de choix au Burundi ?

Au Burundi, nous avons déjà commencé la promotion du football féminin. Cela fait maintenant deux ans que nous avons un championnat national de football féminin qui regroupe 10 clubs. Nous nous attelons à ce qu’il ait plus de femmes pratiquantes de ce sport. Et en tant que présidente, je m’y attèlerai.

Pourquoi avez-vous décidé de prendre les rênes du football burundais alors que vous avez pratiqué le basket-ball et que vous êtes également athlète spécialiste de saut en hauteur. Du moins, quelles ont été vos motivations?

Pour vous répondre, je commencerai avec l'année 2000. Je suis entrée à la fédération en 2000 comme vice-présidente de la commission de football féminin puisqu’il fallait une femme à ce poste. En 2001, j'ai été désignée présidente de la commission des compétitions, donc responsable des compétitions de 1ère et 2ème division. En 2002, une crise de leadership éclate à la fédération et dure deux (2) ans. La FIFA, sur demande du congrès, décide d'organiser de nouvelles élections en 2004. Ayant bien organisé la commission des compétitions, surtout en ce qui concerne la résolution des litiges entre les clubs et les joueurs, certains membres du congrès m'ont demandé d’être leur candidat aux élections d'août 2004. Aux élections de 2004, il y avait 3 candidats : le président sortant de la fédération, le secrétaire général de la fédération et moi. Bref, mes ambitions n'étaient pas d’être présidente de fédération car à cette époque, je pensais comme beaucoup de personnes que le football devait être dirigé par les hommes. Je peux vous dire que les présidents m'ont demandé d’être leur candidat.

Réalisé par K. Ange

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher