topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Burundi : Près de 100.000 réfugiés sont rentrés chez eux en 2008 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

@rib News, 17/12/2008

Retours record au Burundi en 2008

Un employé du HCR rend visite à une famille rapatriée vivant dans une maison construite grâce à l'aide du HCR, dans le nord-est du Burundi. © UNHCR/A.KirchhofSHOZA, Burundi, 15 décembre (UNHCR) – Cette année a été extrêmement chargée pour l'agence des Nations Unies pour les réfugiés au Burundi, avec près de 100 000 réfugiés de retour chez eux et un soutien accru visant à faciliter leur réintégration dans ce petit pays entouré de terres, après des années d'exil.

Quelque 94 000 réfugiés sont rentrés au Burundi depuis janvier dernier. C'est le plus grand nombre jamais observé depuis 2002, l'année du lancement par le HCR de son programme de rapatriement volontaire assisté. La plupart des rapatriés sont rentrés depuis la Tanzanie, un pays qui procède actuellement à la consolidation et à la fermeture de camps situés près de la frontière avec le Burundi.

Bien que la situation générale se soit améliorée au Burundi ces dernières années, les rapatriés sont cependant confrontés à des défis considérables lors de leur nouvelle vie dans leur pays natal. Le HCR a néanmoins pu donner à nombre d'entre eux un coup de pouce ces dernières années grâce aux financements alloués par divers donateurs, y compris l'Union européenne (UE).

Grâce au soutien du Fonds européen de développement (FED) de l'Union européenne, le HCR a fourni plus de 6 000 kits d'abri supplémentaires aux rapatriés et l'agence a intensifié des programmes visant à surveiller leur bien-être et à résoudre des litiges fonciers, un sérieux problème dans un pays à l'espace limité.

L'impact de cette aide a pu être mesuré, durant une récente visite, par des représentants de la Commission européenne dans la communauté de Shoza au nord-est du Burundi. Des acclamations s'élevaient lors de la remise d'une maison, construite à l'aide de l'un des kits d'abri, à une famille comptant sept personnes, qui était revenue quelques mois auparavant après avoir passé 13 ans dans un camp tanzanien.

«Notre situation ici au Burundi était vraiment précaire. Nous vivions dans une hutte que j'avais construite et recouverte de bâche en plastique, mais elle était bien trop petite. Nos enfants n'avaient pas assez de place pour y dormir», a expliqué Josaphat Ndimurwanko, le chef de famille âgé de 35 ans. Grâce aux matériaux de construction fournis dans le cadre du projet du HCR, il a construit une petite maison en briques avec un toit en tôle ondulée. «Maintenant les enfants vont bien et ils sont en bonne santé», a-t-il ajouté avec un sourire.

«Nous développons notre projet de logement dans le respect de la dignité humaine », a indiqué Prosper Ndumuraro, employé du HCR sur le terrain, qui a aidé la famille. « Avoir une petite maison signifie beaucoup pour les rapatriés.... Cela leur donne un élément de dignité. Et leur santé s'améliore considérablement, spécialement celle des enfants.»

Par ailleurs, les représentants de l'Union européenne, accompagnés par des employés du HCR et des personnalités du gouvernement, ont pu se rendre compte par eux-mêmes des épreuves et des défis générés par l'afflux des rapatriés au Burundi, l'un des pays les plus pauvres au monde.

Le village de Shoza est localisé dans une zone de retour important dans la province de Muyinga, qui a bénéficié d'un soutien supplémentaire pour les activités de réintégration. Une personne sur trois est un rapatrié dans le district entourant Shoza. Cette forte proportion de rapatriés a mis à rude épreuve les services de santé et d'éducation. Il y a aussi une demande plus importante pour les matériaux de construction.

D'autre part, il y a souvent des litiges fonciers. De nombreux rapatriés ont retrouvé leur maison détruite et, dans certains cas, leurs terres occupées. Dans une économie où plus de 90 pour cent de la population dépend de l'agriculture d'autoconsommation, les gens qui ne disposent pas de terres ne peuvent nourrir leurs familles.

Pour répondre à ce problème, le HCR a renforcé cette année un programme visant au règlement de litiges fonciers. Les rapatriés peuvent résoudre des conflits avec l'aide de médiateurs et d'experts juridiques, ce qui mène souvent à des solutions faites de compromis. C'est plus rapide que des procédures via des tribunaux.

Le HCR, via Ligue Iteka, une organisation locale pour les droits de l'homme, a aussi renforcé son programme afin de mener un suivi sur la situation des rapatriés. Cela permet au HCR de répondre rapidement dans des cas où la protection des rapatriés est mise en péril.

Le projet de réintégration inclut aussi des partenariats avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) visant à construire de nouvelles écoles dans les zones de retour et avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour améliorer l'accès des rapatriés aux services médicaux. Parallèlement, le FED continuera à soutenir en 2009 le travail mené par le HCR pour aider à la réintégration des rapatriés.

Par Andreas Kirchhof à Shoza, Burundi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher