topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Portrait peu reluisant de l’Ombudsman par un ancien collaborateur Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 18/06/2012

LE VRAIE VISAGE RUKARA MOHAMED

Par Rufuruguta Henry alias Lepage

Rukara Mohamed « l’actuel Ombudsman du Burundi » avec rang de deuxième Vice-président de la République a été pris la main dans le sac. Le masque est tombé et son vrai visage vient de se révéler aux Burundais depuis le 06 juin 2012. Une enquête pour blanchiment d’argent a été ouverte par les autorités judiciaires belges contre mon ami Rukara. De toute évidence il a perdu ipso facto toute autorité morale ; il ne peut plus valablement continuer son mandat. Rukara Mohamed n’a pas que le rang de deuxième Vice-président de la République, il est également le numéro 2 du parti au pouvoir en sa qualité de Vice-président du Conseil des Sages et devrait vraisemblablement être révoqué de ce poste. Mais est ce que les Burundais et le monde connaissent qui est réellement Mohamed Rukara ?

QUI EST MOHAMED RUKARA ?

Elève paresseux et peu doué, le jeune Mohamed Rukara a échoué sa sixième année primaire en 1967 à l’école primaire officielle de Buyenzi. Dès lors il a commencé une longue traversée du désert en devenant ramasseur de balles de tennis à l’entente sportive de Bujumbura alors que ses parents le croyaient à l’école ; à ce moment là il portait le prénom de Pascal. C’est pendant l’été 1973 qu’il s’est rendu en Arabie Saoudite où pendant deux ans, il a fréquenté et a obtenu le certificat d’une école coranique moyenne communément appelées « Madrassat ». Pour la petite histoire, Mohamed RUKARA se faisait passer aux yeux des autorités Saoudiennes pour un membre de la famille Royale Burundaise et plus précisément pour le cousin du Prince Louis Rwagasore, héros de l’indépendance du Burundi. Cette identité usurpée lui a valu beaucoup de faveurs dont des fonds destinés à la communauté Musulmane du Burundi malheureusement détournés à des fins propres au seul RUKARA.

Ancien journaliste à la Radio Nationale Burundaise « section Swahili » et professeur de Swahili « parlé » à l’Iscam, rien ne le prédisposait à une carrière politique et surtout pas à la prestigieuse fonction de premier Ombudsman de l’histoire du Burundi, un poste hautement honorable qui ne cadre en rien avec la personne de Rukara Mohamed.

Ce cursus de formation tranche avec les qualifications grotesques qu’il a signalées dans son C.V. A ce titre il n’est ni licencié en communication encore moins Docteur en Sciences Sociales. La falsification de ce cursus de formation a été dictée par le souci de répondre à l’impératif de la loi du 25 janvier 2010 portant organisation et fonctionnement de l’institution de l’Ombudsman. Celle-ci dispose en son article 4 que l’Ombudsman doit être détenteur d’un diplôme universitaire de niveau licence au moins. Autant dire que Mohamed Rukara est à ce niveau coupable de faux et usage de faux en écriture. Il a menti au peuple burundais. Pour ce faire, il ne mérite pas la noble mission de médiateur de la République.

Au delà de ce mensonge grossier la moralité de Mohamed RUKARA est un désastre. Et pourtant, pour cette fonction, c’est un critère primordial. Or notre Ombudsman n’a jamais connu une vie de famille stable : à 57 ans, il vient de se remarier très récemment dans la plus grande discrétion pour la 6ième fois ! Et curieusement il aurait déjà entamé une procédure de divorce avant la fin de la lune de miel. Incapable de s’occuper de sa famille, ses cinq derniers enfants ont préféré venir en Europe pour demander un asile politique. Et dans ses randonnées en Europe, avec ses comptes bancaires garnis, il ne pense pas un seul instant à ses enfants. Ils sont dans le besoin comme tout réfugié alors que le père roule sur de l’or. Comment un homme qui n’aime pas ses enfants peut il aimer le peuple burundais ? Comment peut il socialement s’occuper des soucis des burundais quand il ne se préoccupe pas de sa propre progéniture ???

Né à Bujumbura en Commune Buyenzi, c’est dans cette circonscription que Rukara Mohamed est cruellement détesté. Les uns lui reprochent de détourner les dons destinés à la communauté musulmane tandis que les autres l’accusent de dépravation de mœurs. Ces pratiques sont également décriées au sein même de l’Institution d’Ombudsman où les faveurs sexuelles constituent un billet d’entrée dans son cercle de collaborateurs. Malheur à celle qui refuse de se donner à ce trafic ! Témoin oculaire des errances de RUKARA, j’ai l’obligation de dévoiler cette face monstrueuse cachée plutôt occultée afin d’aider le décideur à prendre une décision qui s’impose ! Une décision salvatrice pour l’image et l’honneur du Burundi. J’ai côtoyé Rukara depuis l’école primaire ! J’ai côtoyé RUKARA au parti Cndd-Fdd ! J’ai côtoyé RUKARA à l’institution d’Ombudsman en tant que Directeur du Département des Droits de l’Homme ! Je le connais ! C’est un homme qui, usant de sa position de privilégié, n’hésite pas à poignardé un ami dans le dos ! Il n’a pas froid aux yeux quand il est question de détruire les foyers !!!

Rompus aux croyances occultes, il organise constamment des fêtes d’incantation pour renforcer ses gris-gris fétiches. Une pratique qui l’aiderait à assoir sa domination et son ascension fulgurante au CNDD-FDD sans opposition aucune !

Revenons à toutes fins utiles au scandale de blanchiment d’argent qui est devant la justice belge. D’où vient cet argent ? L’avenir nous le dira. Mais il n’est pas exclu que Mohamed RUKARA soit mêlé à un trafic de drogue. Sa copine de Bruxelles, Madame NOURAH vient d’être écrouée à la maison d’arrêt d’Arras, en France.

QUE FAIRE ?

Nous osons espérer que le Ministre de la Justice burundaise qui est aujourd’hui en Belgique rentrera au Burundi avec un dossier complet qui doit permettre au Parlement burundais de destituer cet homme qui devient de plus en plus encombrant pour les institutions burundaises. C’est une honte pour notre nation ! Nous apprenons aussi que le Procureur Général burundais serait en route pour la même mission. Il y a urgence ! Car plus le temps passe plus le vrai visage de RUKARA va être dévoilé. Ainsi cette famille de Bujumbura qui vit sous la menace du même homme parce que leur fille de 17 ans a porté plainte contre Rukara à Bruxelles pour une tentative de viol risque gros aussi longtemps que Rukara reste protégé.

En définitive RUKARA Mohamed devrait être traduit devant la Justice pour ces nombreux dossiers susmentionnés. Il n’a plus la qualité morale et intellectuelle pour jouer le rôle d’Ombudsman. Par ailleurs il ignore la langue vernaculaire des burundais. Muet devant le peuple burundais comment peut il assurer la médiation ?

Les Burundais et même la Communauté internationale attendent avec un intérêt réel le dénouement de l’affaire Rukara. Le Président de l’Assemblée Nationale en sa qualité de garant de la Loi portant organisation et fonctionnement de l’Institution d’Ombudsman devrait sans tarder se prévaloir des prérogatives que la loi citée lui reconnait en son article 9.4 pour mettre sur pieds une commission spéciale d’enquête et faire assurer l’intérim par le fonctionnaire le plus haut gradé.

Lepage H. RUFURUGUTA

Ex Directeur/Département des Droits de l’Homme

Institution d’Ombudsman/Burundi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher