topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
BURUNDI : Les civils déplacés de retour chez eux à Kabezi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité
IRIN, 9 juin 2008

Photo: Judith Basutama/IRIN

Des femmes déplacées par les affrontements dans les environs de Kabezi, à 20 kilomètres de la capitale burundaise Bujumbura

BUJUMBURA - Des milliers de civils, qui avaient fui les environs de Bujumbura, la capitale du Burundi, en mai, à la suite d’affrontements entre l’armée et les combattants de l’opposition, sont retournés dans leurs villages, selon un haut responsable burundais.

« Ils sont rentrés parce que la situation est revenue à la normale, bien qu’il y ait encore quelques cas de vol », a expliqué Zénon Ndaruvukanye, le gouverneur de la province de Bujumbura Rural, le 5 juin. « Ils ont reçu une aide, et notamment des couvertures, du savon et des jerrycans de la Croix-Rouge burundaise et du Comité international de la Croix-Rouge ».

Au moins 20 000 personnes ont fui les affrontements qui ont opposé l’armée et les combattants des Forces nationales de libération (FNL) à Kabezi, à 20 kilomètres au sud de Bujumbura, et aux alentours.

Les FNL sont le dernier mouvement d’opposition armé actif au Burundi. De manière générale, les combattants des FNL n’avaient pas lancé d’offensive depuis le retour à Bujumbura, le 30 mai, d’Agathon Rwasa, leur leader, exilé en Tanzanie.

La présence de M. Rwasa dans la capitale, globalement accueillie comme une évolution « importante », devrait permettre d’accélérer un processus de paix qui, jusqu’ici, traîne, selon les travailleurs humanitaires.

La plupart des civils déplacés étaient originaires de Kiremba, Mena, Ramba, Gitenga et de certaines régions de Mwara, près de là où les affrontements ont éclaté, le 7 mai. Un grand nombre d’entre eux s’étaient réfugiés au centre de santé de Kabezi, dans une école primaire de la région ou au marché.

Certains déplacés avaient déclaré à IRIN qu’ils ne retourneraient pas chez eux tant que l’armée, déployée pour repousser les combattants des FNL, ne se serait pas retirée.

« Les positions de l’armée sont encore là ; ceux qui refusaient de rentrer étaient des partisans des FNL », a expliqué M. Ndaruvukanye à IRIN.

Les civils de retour chez eux, a-t-il ajouté, ont reçu du riz, distribué par le ministère de la Solidarité nationale. Ils ont néanmoins besoin de recevoir une aide alimentaire supplémentaire.

Les affrontements faisaient suite à des échauffourées survenues en avril, que les FNL avaient provoquées en violation de l’accord de cessez-le-feu de septembre 2006, incitant l’armée à bombarder les positions du mouvement au Bujumbura Rural.

Dans un rapport publié le 30 mai, Human Rights Watch a critiqué le gouvernement burundais pour avoir incarcéré au moins 300 personnes « uniquement soupçonnées d’être membres d’un mouvement opposé de longue date au gouvernement ».

Bon nombre d’entre elles étaient des civils, arrêtés à la suite du bombardement des FNL. L’armée a finalement repoussé les FNL dans les collines. Les FNL ont consenti à un nouveau cessez-le-feu avec le gouvernement le 26 mai, ce qui a permis de mettre fin aux affrontements.

Trois jours plus tard, la police libérait 102 prisonniers, un « geste de bonne volonté de la part du gouvernement ».

Les leaders des FNL, exilés en Tanzanie, sont retournés à Bujumbura pour débattre de la mise en œuvre du cessez-le-feu de 2006, et s’attendent à ce qu’une loi leur garantissant une « immunité provisoire » contre l’arrestation soit adoptée lorsque l’Assemblée sera finalement convoquée.

L’Union européenne, qui a favorablement accueilli leur retour, les a exhortés à « poursuivre le processus de paix de manière constructive pour que les dispositions de l’accord de cessez-le-feu global et ses diverses annexes puissent être pleinement appliquées le plus rapidement possible ».

Si les fusils restaient baissés, selon les travailleurs humanitaires de Bujumbura, bien d’autres Burundais, sur les quelque 100 000 qui ont été déplacés par le conflit au fil des années, pourraient rentrer chez eux.

À Magara, une commune de Bugarama, dans la province du Bujumbura Rural, environ 500 familles sont rentrées chez elles à la suite du cessez-le-feu de mai, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Mais de retour chez eux, les habitants de Gitwaro ont trouvé leurs domiciles pillés, leur cultures récoltées et leur animaux domestiques mangés par les factions armées qui avaient occupé la zone.

[FIN][Les informations vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher