topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L’Ambassade du Burundi a boycotté les festivités des Burundais à Bruxelles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Question à La Une

@rib News, 14/02/2013

 Question à La Une

Par Ir Jean-Claude KARIBUHOYE

Rédacteur en Chef de l’ARIB.INFO

Où est donc passé l’Ambassadeur du Burundi à Bruxelles ?

 Non, rassurez-vous, l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA n’est pas porté disparu ! Mais son absence du samedi 09 février à Bruxelles, aux deux festivités distinctes organisées simultanément par deux associations burundaises de Belgique, a fort été remarquée et suscité bien des commentaires et interrogations. De part et d’autre on avait mis les petits plats dans les grands et sorti la grosse artillerie pour des festivités qui se voulaient à la hauteur de leurs ambitions. Ainsi a-t-on eu droit à des conférences, projections, expositions, tournois, dîners, soirées, Miss beauté, Miss bonté, musiciens, certificats d’honneur, etc. Tous les ingrédients étaient réunis pour que ces fêtes soient mémorables.

Selon les images diffusées dès le lendemain sur le Net par les deux camps, ces festivités ont semble-t-il bien réussi, à la grande satisfaction des différents organisateurs si on en croit leur avis. Sauf que, et des deux côtés, il y avait un grand absent : la Représentation diplomatique burundaise en Belgique. Nul trace en effet, au cours de la Journée d’un côté et la Soirée de l’autre, ni de l’Ambassadeur ni d’aucun Diplomate burundais accrédité à Bruxelles. Pourquoi les services diplomatiques et consulaires du Burundi ont-ils boycotté les festivités organisées à Bruxelles par et pour des Burundais ? La question se pose effectivement et nous allons tenter d’y répondre.

Depuis quelques temps, on assiste en Belgique à une course effrénée entre deux associations de Burundais. D’un côté l’ « Action Internationale de la Diaspora Burundaise de Belgique (AIDBU-Belgique asbl) » et de l’autre la « Diaspora Burundaise de Belgique (DBB asbl) ». A tort ou à raison, la première étant considérée par certains observateurs comme "proche du pouvoir de Bujumbura", et la seconde comme "proche de l’opposition ADC-Ikibiri", même si chacune d’elles rejette catégoriquement ces considérations. Nous ne nous reviendrons pas sur la genèse de cette guéguerre fratricide qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

L’organisation simultanée des deux événements à Bruxelles est en tous les cas venue couronner la division, dorénavant affichée et revendiquée, entre ces deux associations qui entendent chacune superviser les activités de TOUTE la diaspora burundaise de Belgique. Une situation fort déplorée par beaucoup de nos compatriotes.

Invité par chacun des deux camps à rehausser leur fête de sa présence, l’Ambassadeur du Burundi à Bruxelles avait pour y répondre, selon notre analyse, trois options qui s’offraient à lui :

1° Soit l’Ambassadeur participait à un seul des deux événements, prenant ainsi fait et cause pour l’un des deux protagonistes. Certains s’attendaient d’ailleurs à le voir chez le camp dit "pro-gouvernemental". Mais en tant que représentant du Burundi et par surcroît de TOUS les Burundais, l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA ne pouvait pas se permettre une telle maladresse. Et il ne l’a pas faite, fort heureusement.

2° Soit l’Ambassadeur participait aux deux événements simultanés, d’une façon ou d’une autre. Il pouvait se rendre personnellement tour à tour à chacun d’eux ou y envoyer deux délégations distinctes pour représenter chacune l’Ambassade, et ainsi satisfaire les deux camps. Si, à première vue, cette option peut sembler la plus indiquée, elle aurait en réalité été tout aussi maladroite que la première, si pas pire. Car cette présence aurait été une caution, si pas une bénédiction, de l’Ambassade pour les divisions au sein de la communauté burundaise de Belgique. Cela non plus l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA ne pouvait se permettre. Et il ne l’a pas fait, fort heureusement.

3° Enfin, la troisième et dernière possibilité qui s’offrait à l’Ambassadeur, et pour laquelle il semble avoir opté, aura été de ne pas participer à aucun des deux événements, marquant ainsi son désapprobation totale de toute stratégie ou acte de division parmi ses compatriotes. C’est le sens que revêt, à notre avis, l’absence de tout représentant de l’Ambassade du Burundi aux deux événements organisés par des Burundais ce 09 février à Bruxelles.

Ceci nous a par ailleurs été confirmé par une source autorisée au sein de l’Ambassade du Burundi dans la capitale européenne. Selon notre source, ordre avait ainsi été donné par l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA à tous les Diplomates burundais en Belgique de s’abstenir de participer à ces festivités, même à titre individuel. Plus est, les organisateurs des deux événements étaient au courant de la position ferme de l’Ambassadeur dans ce sens, nous a confié notre source.

L’absence de l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA et des Diplomates burundais à ces événements n’est donc pas une défiance à l’endroit des organisations burundaises de Belgique, comme l’ont insinué certains. Mais ce geste apparait plutôt comme un message fort en direction des Burundais de Belgique. Tout en respectant les différentes organisations de Burundais, l’Ambassade et ses représentants ne sauraient cautionner d’aucune manière des initiatives qui risquent d’engendrer ou encourager la division au sein de la communauté, signifie selon nous ce boycott.

Ceci étant, reste maintenant à l’Ambassade de relever un grand défi : réussir à réunir les différents protagonistes et canaliser toutes ces énergies éparpillées ici et là vers des projets communs pour l’intérêt du Burundi et de TOUS les Burundais de Belgique, sans exclusion. Et enfin remettre de la sérénité au sein de la diaspora burundaise de Belgique.

Défit de taille pour cette toute nouvelle équipe de Diplomates, à leur tête l’Ambassadeur Félix NDAYISENGA, qui a débarqué il y a quelques mois dans la capitale européenne, sans se douter des tiraillements qui les y attendaient.

Si l’Ambassade du Burundi à Bruxelles - auprès des Etats du BENELUX (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et de l’Union Européenne - est l’une des plus prestigieuses représentations diplomatiques du pays dans le monde, la gestion de la diaspora burundaise y à toujours été un casse-tête pour ses représentants.

Souvent frondeuse et revendicative, la diaspora burundaise de Belgique a en effet toujours donné du fil à retordre au pouvoir en place au Burundi et ses représentants à Bruxelles. Elle a souvent été le berceau de bien des combats pour la Liberté et la Démocratie au Burundi et influé directement sur la marche de l’Histoire du pays. C’est donc avec elle que la nouvelle équipe diplomatique va devoir composer.

La période du très charismatique Ambassadeur Laurent KAVAKURE est restée ancré dans les mémoires. Il avait su fédérer les Burundais de Belgique, sans distinction et sans exclusion, et réveiller en eux une fierté nationale bien affichée et une dynamique patriotique saluées par toutes les tendances au sein de la communauté burundaise. Son départ vers d’autres plus hautes fonctions - il est actuellement Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burundi - a certainement été ressenti par beaucoup comme un vide difficile à combler.

Son premier successeur direct, feu Ambassadeur Balthazar BIGIRIMANA, qui a fait de son mieux pour maintenir le cap, a surtout pu compter sur une équipe de Diplomates bien rôdés qui étaient déjà en place. Mais il était considéré par beaucoup d’observateurs comme un "Ambassadeur de transition" en attendant l’arrivée à Bruxelles d’un "KAVAKURE bis".

L’Ambassadeur Félix NDAYISENGA serait-il celui tant attendu ? Nul ne saurait le dire aujourd’hui, car il faudra bien entendu lui laisser du temps pour faire ses preuves. Mais son boycott de samedi dernier est très significatif et montre qu’il a su éviter un piège que beaucoup n’avaient pas vu venir, réussissant ainsi son premier "Baptême de feu" !

Nombreux sont ceux qui l’attendent au tournant et l’heure de vérité s’approche à grands pas. La célébration de l’Indépendance du Burundi - d’ici quatre mois, début juillet très exactement - est devenue depuis l’ère KAVAKURE une occasion de réunir en Belgique les Burundais de tous horizons autour d’un événement grandiose "Burundi Cœur d’Afrique au Cœur de l’Europe". Ce sera sans doute l’occasion pour la nouvelle équipe diplomatique à Bruxelles de faire ses preuves auprès de la diaspora burundaise de Belgique et environs.

L’Ambassadeur Félix NDAYISENGA pourra-t-il atténuer les querelles actuelles au sein de la diaspora de sa communauté et faire aussi bien, si pas mieux, que son célèbre prédécesseur Ambassadeur Laurent KAVAKURE ? C’est tout le mal que nous puissions lui souhaiter et l’avenir nous le dira ! [JCK]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher