topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : taux d'incidence du paludisme le plus élevé de l'Afrique centrale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 24/04/2013 – Source Xinhua

Le taux d'incidence du paludisme au Burundi - 391 nouveaux cas pour 1000 habitants en 2011 - reste le plus élevé de l'Afrique centrale, malgré les efforts de lutte contre cette maladie, a déclaré mercredi à Bujumbura Dr Dismas Baza, de la représentation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Burundi au cours d'un atelier media, organisé à la veille de la Journée mondiale du paludisme, le 25 avril, instituée en 2007 par les Etats de l'OMS.

Le Burundi est parmi 45 pays de l'Afrique qui ont des zones à risque de transmission et où le paludisme reste la première cause de morbidité et de mortalité, a déploré Dr Baza.

Il a précisé que le Burundi est situé dans la zone de prédilection du paludisme à cause des conditions climatiques environnementaux favorables au développement rapide  du parasite et ses vecteurs, aux longues périodes de transmission supérieures à six mois, à la pauvreté et au niveau d'instruction bas.   

Le Burundi a su appliquer les directives de traitement du paludisme  de l'OMS. Avec le taux de prévalence de 21%, le Burundi commence à enregistrer une diminution progressive des cas de paludisme grâce aux efforts de prévention et de lutte de cette maladie.

Entre 2011 et 2012, le nombre des cas est tombé de 3,419.035 à 2.591.450 cas, soit une réduction de 24% en 2012, a révélé M. Irené Ndabagiye, directeur des programmes au ministère burundais de la Santé publique et de la Lutte contre le sida.

Cependant, a-t-il souligné, ces progrès sont fragiles et pourraient être inversés, à moins que le paludisme ne demeure une priorité pour les décideurs et les bailleurs de fonds mondiaux, régionaux et nationaux.

A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale du paludisme, le représentant résident a.i. de l'OMS au Burundi, Babacar Dramé, a apprécié les efforts du gouvernement du Burundi dans la lutte contre le paludisme.

Il a rappelé les trois campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées menées entre 2009 et 2011, avec une couverture de plus de 95% de la population burundaise.

« Toutes ces interventions ont permis au Burundi de réduire de 25% la mortalité liée au paludisme  pendant ces 10 dernières années », a-t-il indiqué.

Parmi ces interventions, il a cité la volonté politique au plus haut niveau, la mise à échelle des traitements combinés à base d' artémisinine depuis 2003 et les mesures de gratuité du paludisme non compliqué depuis 2009.

« Il reste impératif d'accroître les financements internes et externes pour faire en sorte que les quantités suffisantes de produits, notamment les moustiquaires imprégnés d'insecticides de longue durée, des tests rapides, des microscopes, des réactifs et des antipaludéens soient accessibles et utilisés rationnellement », a souligné Dr Dramé.

Il a ajouté la nécessité d'élargir la prestation d'intervention antipaludique intégrée à la santé maternelle et infantile, à la vaccination, à l'hygiène, à l'assainissement et à des programmes améliorés de logement ainsi que la coopération sous-régionale et la collaboration multisectorielle et multidisciplinaire.

D'après le Dr Jean Claude Nkurunziza, directeur du Programme de la lutte contre le paludisme au sein du ministère de la Santé publique et de Lutte contre le sida, 21% de la population burundaise souffrent du paludisme.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher