topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Sur la corruption électorale au Burundi à l’approche de 2015 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 06/09/2013

Elections de 2015 au BURUNDI : Promesses, Dons et Lobbyings

 Par Hassan Ngendakumana

Les besoins de financement des partis politiques au Burundi sont tels, depuis l'élection dans une circonscription collinaire, en passant par celle des législatifs  jusqu'aux présidentielles, qu'ils rendent les politiciens burundais dépendants des subsides en provenance des milieux d'affaires, des cotisations des membres et des autres donateurs,  selon des procédures qui sont quelques fois loin d'être transparentes et alimentent de ce fait le soupçon de corruption électorale. L’approche des élections de 2015 est donc le moment le plus délicat et le plus agité au sein des partis politiques de la mouvance présidentielle comme de l’opposition.

Parlons tout d'abord, à juste titre, de corruption électorale. Il ne s'agit plus seulement d'agissements ponctuels et individuels de politiciens ou de bureaucrates mus par l'appât du lucre, mais d'indiquer, par cette formule, que le fonctionnement des institutions, des modes décisionnels, le jeu des acteurs politiques, sont producteurs de corruption car ils reposent sur des systèmes d'interaction sociale et des schémas psychosociologiques profondément ancrés dans la mentalité collective.

Trois classes sociales participent activement à la corruption électorale :

La première classe sociale est celle de la population indécise. Plus particulièrement dans les circonscriptions urbaines mais aussi dans certaines circonscriptions rurales, les cas les plus flagrants de corruption électorale sont le plus souvent observés. L'électorat y est plus indécis, le lien personnel avec le candidat ou parti politique plus distant, et l'électeur est donc davantage incité à se vendre au plus offrant. D’où la distribution d’Urwarwa, Amstel ou Primus et dans d’autres cas la distribution d’enveloppe d’argent. La corruption électorale prend généralement des allures à la fois plus diffuses et extensives, des sommes considérables sont allouées par les candidats ou partis politiques aux personnalités influentes de leur comité de soutien,  des associations de voisinage, des assemblées locales, des coopératives agricoles et des organisations professionnelles. Cet argent sert à des actions de mobilisation du "vote solide", de l'électorat organisé par ces réseaux d'obligations et de clientélisme et constitue également un acte de reconnaissance symbolique de la loyauté ainsi manifestée envers le candidat ou le parti politique dans ces opérations de collecte des voix.

La deuxième classe sociale qui participe activement dans la corruption électorale, est constituée par ceux que j’appelle « les investisseurs ». Ils sont très puissants et très opportunistes. Ils n’ont pas d’idéologie politique à défendre à part leurs intérêts économiques. Ils savent bien pronostiquer quels partis vont gagner les élections et ils injectent des grosses sommes dans les trésoreries de ces partis pour bien mener les campagnes,  pour récolter des dividendes après les élections (gagner des marchés, consolider leurs réseaux d’influences etc…). C’est ce qu’on appelle « Achat d’option d’achat » ou « achat d’un call » dans le jargon de finances stochastiques. Les conséquences sont tels que quand le monde financier est plus puissant que le monde politique, c’est le sauve-qui-peut qui s’installe, le faible n’a plus de paroles et les valeurs de la démocratie, de la bonne gouvernance tombent dans les poubelles.

La troisième classe sociale concerne les cadres dirigeants des partis politiques. Parlons d’abord du  « système cadeau ». Les systèmes d'échange dans la société burundaise, sont particulièrement développés. Le cadeau, qu'il intervienne à des dates périodiques comme le Nouvel An, ou à certaines périodes de la vie comme le mariage, la naissance,  l’anniversaire,  sortie d'hôpital, décès constitue une pratique sociale souvent incontournable. Il s'inscrit également dans une logique d'interaction et de réciprocité fondée sur à la fois sur l'obligation de restitution et l'équilibre de la dette. Le cadeau sert ainsi de lubrifiant des relations sociales, mais également d'instrument de mesure de la qualité de la relation entre donateur et donataire. Cette dynamique sociale du cadeau a été de longue date instrumentalisée en tant que stratégie institutionnalisée d'approche des individus en position d'influence. Comme nous approchons les élections de 2015, les cadeaux, les lobbyings et les pots de vin sont souvent utilisés  sein des partis politiques pour être sur la liste de candidats  dans différentes élections. Ce n’est pas étonnants alors de constater que ceux qui ont plus milité et qui sont plus compétents, se retrouvent écartés ou sur la queue de listes. Ce qui engendre des mécontentements et par conséquent des défections.

En conclusion, comme le processus électoral est la clé de voûte de la démocratie, si corruption électorale il y a, il en résulte que tout le système politique est affecté de façon négative. En outre, la corruption électorale en privant la compétition politique de sincérité, d’égalité des chances, de compétitivité, au sein des partis politiques vide la démocratie de son contenu réel, c’est-à-dire de son essence même. Elle devient donc une supercherie, une imposture au service d’intérêts-privés d’où la succession et l'ampleur des scandales financiers.

Jusqu'où le renforcement de l'appareil réglementaire peut-il être exigé sans nuire au libre jeu des partis ?

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher