topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Pour ou contre la candidature de Nkurunziza : Et si le débat était ailleurs ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Question à La Une

@rib News, 23/09/2013

Premier ou deuxième mandat : Faux débats et vrais enjeux

 Par Salvator Sunzu, journaliste

Que n’a-t-on entendu sur ce(s) mandat(1) ? Les articles de la Constitution et de l’Accord d’Arusha, se complètent ou se contredisent au gré des interprétations que l’on en fait. L’impasse est totale et le pays vit au rythme des incertitudes. La Cour constitutionnelle est évoquée pour trancher, mais vite rejetée par ceux qui la qualifient de plus "présidentielle" que constitutionnelle. La même Cour n’est que constitutionnelle. Pour ce qui est de l’application de l’Accord d’Arusha, dont s’est inspiré la Constitution, la défunte commission chargée du suivi de l’Accord d’Arusha s’en est chargée. Les lignes ne bougent pas, chacun campant sur sa position. A quoi s’en tenir ou à qui se vouer dans pareille situation ?

Mandats ou nombre d’années ?

La dernière trouvaille est celle de s’en remettre aux garants de l’Accord d’Arusha. Ces derniers sont (i) les partis signataires de l’Accord eux-mêmes, (ii) la communauté internationale, (iii) le facilitateur (iv) l’initiative régionale. Mais sur ces points conflictuels, la Constitution contredit l’Accord d’Arusha. Il y a donc risque de collusion entre la Cour constitutionnelle et les garants.

De fil en aiguille, le conflit n’est pas près de se terminer. Il risque de perdurer, pour la simple raison que l’on est entré dans un faux débat. Un débat plus de forme que de fond. Est ce un problème de mandat qui est en jeu, où est-ce la question de ce qu’on en fait qui se pose ?

De commun accord, les acteurs dans tous les Etats démocratiques se sont convenus de limiter, non pas tellement les mandats présidentiels, mais le nombre d’années au pouvoir. Pour un certains nombre de raisons dont notamment la limitation de l’usure au pouvoir. Car en effet, le pouvoir use. Et il use absolument. Le pouvoir corrompt, et il corrompt absolument.  1er ou deuxième mandat, 10 ans suffisent ou ne suffisent pas pour exécuter le programme d’un parti dont les couleurs ont porté son candidat au sommet de l’Etat ?

Autrement dit, un pouvoir de dix ans d’un homme, voire d’un parti,  permet-il de garder des énergies supplémentaires susceptibles d’apporter un nouveau souffle ? Laisse-t-il le goût amer d’un chantier inachevé ? Et lequel chantier ne pourrait être achevé par un éventuel successeur qu’il soit du parti au pouvoir ou de l’opposition ? Le pouvoir use, disons-nous. Notre président peut ne pas sentir cette usure. Encore que les délices du palais sont un calmant certain. Il est relativement jeune c’est vrai. Sportif sans doute, et sobre, semble-t-il. Il prie aussi. Question de garder l’esprit sain dans un corps sain. Mais cela suffit-il pour le mettre à l’abri ?

La politique ne se réduit ni à un jeu, ni aux coups bas.

Au delà donc des combats des articles constitutionnels et des Accords que se mènent les "partitocrates" (pour éviter le terme de politiciens et signifier "ceux qui font des partis leur gagne pain et sans projet de société’’), la question de fond est l’adhésion ou pas par ces derniers au pacte d’Arusha et à la Constitution.

Le premier recommande que la deuxième soit fondée sur "l’instauration d’un nouvel ordre politique" et une Constitution "fondée sur les valeurs de justice, de la primauté du droit, de démocratie, de bonne gouvernance, de pluralisme, de respect des droits et libertés fondamentaux des individus, d’unité, de solidarité… de tolérance entre les différentes composantes politiques et ethniques du peuple burundais".

Il ne suffit pas que la Constitution le dise. Faut-il surtout que  les acteurs respectent son contenu. Ceux qui font de la politique comme un jeu où tous les coups bas sont permis font fausse route. Ceux qui réduisent la politique à un simple jeu (umukino) de déplacement de pion, de retournement de veste, de flirts opportunistes entre partis ne partageant aucun projet de société sont de piètres joueurs, des politiciens accidentels, et donc un danger pour le pays. Dangereux sont aussi ceux qui prétendent déboulonner un pouvoir dans un ordre aussi dispersé.

La politique est, et restera longtemps, l’art de diriger des gens, une communauté, un  pays pour le bien de ces derniers. Et pas pour ses intérêts. Ce n’est certainement pas l’art de mentir et de dissimulation.

L’actuel ou un autre : bonnet-blanc, blanc-bonnet.

Important aussi est l’appréciation objective que notre président lui-même se fait des ses dix années au pouvoir. Et surtout de ce qu’il compterait faire de cinq années supplémentaires que certains de ses lieutenants lui accordent déjà. Et le faire sans susciter un sentiment de lassitude chez les citoyens et le courroux des autres présidentiables.

Le pouvoir crétinise. 10 ans au pouvoir, Michel Micombero était déjà une loque. Le comportement de Jean-Baptiste Bagaza frisait la démence. Toujours après 10 ans. Kagame se tient toujours comme un i après 15 ans au palais. N’eut été le poids de l’âge, Museveni tient toujours le bâton de commandement. On ne sait pour combien de temps. Et d’autres encore… Mais autres cieux, autres mœurs.

Le réveil des vieux démons hante notre République. Que l’on accuse un certain parti d’avoir baratiné l’Accord d’Arusha pour en sortir une Constitution taillée à sa mesure est une chose. S’obstiner à rester dans les mêmes errances en est une autre. Les éradiquer serait un honneur. Cela dit, si notre président et son parti parviennent à convaincre les garants de l’Accord et la Cour constitutionnelle de la légalité de sa candidature, l’opposition ne pourra faire que son mea-culpa et laisser le chef de l’Etat se porter candidat. Candidat-président et non pas président. Car après tout, la candidature de l’actuel ou un autre du même parti, n’est ce pas bonnet-blanc et blanc-bonnet ?

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher