topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Intellectuels Hutu assassinés en masse de 1993 à 1995 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 03/11/2013

Assassinat du Président élu Melchior Ndadaye

 -Vingt ans après le Carnage ignoré des cadres de la démocratie naissante-

Dossier de Perpétue Nshimirimana, le 1er novembre 2013.

Contribution à la Commission Vérité-Réconciliation

et au Mécanisme de Justice Transitionnelle

A partir d’octobre 1993, à la suite du meurtre le 21 octobre 1993 du premier Président démocratiquement élu de l’Histoire du Burundi, Melchior Ndadaye, des assassinats en masse ont visé  avec acharnement un grand nombre de personnes d’origine Hutu, en  particulier, les cadres de ce groupe.

Au minimum cent quarante Hauts-cadres et cadres de la société politique, civile, économique, militaire et religieuse, ont été assassinés. Quarante et un autres ont survécu à des attentats et des dizaines de milliers ont dû s’exiler. Parmi les personnes assassinées, en plus des deux présidents de la République, il faut se rendre compte que :

- Quinze parlementaires ont été tués et dix autres ont  échappé à un ou plusieurs attentats, soit plus d’un tiers des députés du  Front pour  la Démocratie au Burundi (FRODEBU) et plus d’un quart des quatre-vingt-un députés du Parlement !

- Quatre ministres abattus sur les vingt-deux nommés par décret présidentiel le 12 juillet 1993.

- Treize gouverneurs et conseillers de gouverneurs sur les  seize provinces du Burundi,

-Dix-huit administrateurs communaux,

- Quarante-six autres hauts-cadres,

- Sept officiers de l’Armée,

- Vingt-huit étudiants tués en une seule nuit,

- Vingt-deux  religieux,  prêtres.

- Trente et une autres personnes ont réchappé, blessées ou pas, à un ou plusieurs attentats contre leur vie.

Les exécutants de ces crimes sont les tristement célèbres milices Tutsi, dénommées  « Sans-Echecs » et « Sans-Défaites ». Leurs membres étaient de jeunes Tutsi burundais et Tutsi rwandais de tout horizon, mais aussi, des militaires et des policiers en retraite. Ils se sont appliqués à pourchasser ces personnes, partout à travers le pays et sans aucun motif formulé, à part, celui d’appartenir à une ethnie donnée, celle des Hutu.

Après le coup d’état partiellement échoué, les concepteurs Tutsi burundais et rwandais ont délibérément choisi de déclencher une campagne de terreur meurtrière. L’objectif principal a été de détruire l’efficacité du FRODEBU. (Voir annexe°1).

En effet, cette formation politique avait vaincu par les urnes (cf. annexe n°2), le 1er et le 29 juin 1993, les partis politiques issus de l’installation le 28 novembre 1966 d’une Dictature Tutsi maintenue au pouvoir par des putschs et des crimes. Cet Etat a duré en continu pendant vingt-sept ans.

En déclenchant une nouvelle phase du génocide sélectif des Hutu du Burundi, les partis perdants essentiellement dirigés par des Tutsi, ont conservé, une nouvelle fois, par le crime l’ensemble des pouvoirs perdus par les urnes.

Ainsi, la population burundaise, en particulier les Hutu, a systématiquement été malmenée et agressée.

Lire l’intégralité de l’Article (texte et liste des disparus) 

Lire l’intégralité des Annexes 

Annexe 1 : Repères chronologiques)

Annexe 2: Rapport de l'Union Interparlementaire

Annexe 3: Brèves des Grands-Lacs

Annexe 4: Groupements ethniques à Bujumbura

Annexe 5: Ndadaye Melchior, 19 ans déjà

Annexe 6: Statuts de l'ACPB

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher