topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'ex-rébellion du Burundi remet ses armes à l'armée nationale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 30/04/2009

Bujumbura, Burundi - Les Forces nationales de libération (FNL, ex-rébellion au Burundi) ont remis officiellement, jeudi, leur arsenal de guerre à la Force de défense nationale (FDN, nouvelle armée nationale du pays) en signe de renoncement définitif à une lutte armée qu'elles ont menée durant 30 ans, a-t-on appris de source sécuritaire à Bujumbura.

La remise d’une petite quantité de 633 fusils de type Kalachnikov, de mortiers et autres mitrailleuses par un mouvement rebelle qui se disait fort de plus de 21.000 combattants, n’a pas convaincu tous les participants à la cérémonie qui s’est déroulée à Rubira, une localité du nord-ouest du pays, en présence des membres du Mécanisme conjoint de vérification et de suivi (MCVS) de l'accord de cessez-le-feu avec le pouvoir central de Bujumbura et des représentants de la médiation sud-africaine dans le conflit burundais.

Le Secrétaire général des FNL, Jonas Nshimirimana, a juré qu’il ne restait pourtant plus une seule arme cachée en réponse aux interrogations des sceptiques.

La guérilla des FNL aurait d’ailleurs fait des progrès considérable en matière d’équipements militaires pour avoir commencé la lutte armée avec moins de 10 fusils, à en croire toujours M. Nshimirimana.

Le désarmement "intégral" des FNL intervient quelques jours après leur agrément en tant que parti politique pouvant œuvrer dans la légalité constitutionnelle.

Le dernier des sept ex-principales rébellions du pays a également déjà rempli ses obligations vis-à-vis de l’accord global de cessez-le-feu avec l’Etat burundais en procédant à la démobilisation et la réintégration dans une nouvelle vie socioprofessionnelle d’un effectif de 8.500 ex-combattants reconnus.

Dans cette dernière ligne droite de mise en application effective de l’accord, la balle est maintenant dans le camp de l’Etat burundais qui tarde à préciser les postes de responsabilité à donner aux cadres rebelles pour récompenser leur engagement en faveur d’une paix définitive et durable dans le pays.

Le Burundi tente difficilement de sortir de plus de 15 ans de guerre civile qui a fait à ce jour au moins 300.000 morts et ruiné littéralement l’économie nationale.

Plus d’un million d’autres citoyens ont fui la guerre à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant de retourner progressivement dans leurs biens depuis quelques temps.

La pauvreté structurelle, les conflits fonciers ainsi que la consolidation d’une démocratie encore jeune et le partage plus équitable du "petit gâteau national" sont autant de défis qui restent à relever pour ne pas retomber dans les affres de la guerre et asseoir une stabilité socio-économique et politique durable au Burundi, estiment les observateurs de la scène politique burundaise à Bujumbura.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher