topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Abolition de la peine de mort au Burundi : questions / réponses Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News02/05/2009 - Source Coalition mondiale contre la peine de mort

Le président burundais Pierre Nkurunziza a promulgué le 22 avril la loi réformant le code pénal, dans lequel la peine de mort est désormais abolie.

Merius RusumoPlusieurs organisations membres de la Coalition mondiale ont salué ce progrès important dans la région des Grands Lacs africains, l’un des principaux fronts de la lutte contre la peine capitale. Elles ont toutefois regretté que la révision du code pénal impose dans le même temps la criminalisation de l’homosexualité.

Merius Rusumo, président de l’ACAT-Burundi [NdlR : ACAT = Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture], a participé activement aux efforts pour l’abolition dans son pays. Il revient sur une campagne couronnée de succès, dans un pays où la peine de mort a longtemps servi d’instrument de domination des Tutsis sur les Hutus.

Quel est le statut exact de la peine de mort au Burundi à ce jour ?

Quel est le statut exact de la peine de mort au Burundi à ce jour ?

L’amendement de l’ancien code pénal, qui avait été retardé par la question de l’homosexualité, a été promulgué par le chef de l’Etat tout récemment. Nous n’avons pas encore reçu le texte, mais il va être distribué sous forme de livret. La peine de mort est aujourd’hui considérée comme retirée.

Est-ce la fin de votre action sur cette question ?

Pour les affaires en cours d’instruction, la question est réglée. Mais cela faisait plus de 15 ans que la peine de mort n’était plus appliquée et les condamnés de cette période restent en prison. La loi prévoit une peine « adoucie », mais c’est imprécis. Nous allons travailler sur cette question. Depuis 2006, certains condamnés à mort ont bénéficié de « libérations provisoires » qui se sont faites dans le désordre, sans critères objectifs. D’autres ont vu leur condamnation commuée en peine de prison de 15 à 20 ans. Concernant les libérés provisoires, ni le procureur de la République, ni le président de la commission qui a procédé à ces libérations n’ont de données chiffrées. Nous devons aussi recenser ces gens.

Pour quelles raisons l’action des abolitionnistes burundais a-t-elle abouti à ce succès ? 

Ce qui a fonctionné, c’est d’abord la mise en avant de la conformité aux droits de l’Homme. Le Burundi a connu des troubles liés au fonctionnement de l’administration et de la justice depuis son indépendance. Une ethnie dominait la magistrature et utilisait la peine de mort comme un outil d’écrasement. Des condamnations à mort ont été prononcées sans que l’on respecte la procédure pénale, qui prévoit notamment l’assistance d’un avocat. Des innocents ont été condamnés. Les dirigeants actuels, issus de l’ethnie autrefois opprimée, ont été très sensibles à cette réalité, exposée dans nos rapports et dans ceux d’autres organisations comme Avocats sans frontières. Le président a lui-même été condamné à mort sans preuves, par contumace.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher