topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Marguerite Barankitse fait vibrer les colonnes du Colisée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

Le Soleil, samedi 21 juin 2008

Yves Therrien

Marguerite Barankitse, en compagnie du cardinal Jean-Claude Turcotte, est rayonnante même lorsqu’elle parle de la guerre dans son pays.

Elle est rayonnante, dit-elle, parce que dans la misère elle a ouvert une voie pour aider des milliers d’enfants.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le plus vibrant et le plus émouvant des témoignages du congrès eucharistique est arrivé du plus petit pays du monde selon la Banque mondiale, le Burundi, mais de la bouche d’une femme plus grande que nature, pleine de verve et d’une conviction sans limites, Marguerite Barankitse.
Le tonnerre d’applaudissements à la fin de son allocution montrait à quel point elle avait frappé dans le mil. Toutes les personnes rencontrées dans les corridors du Colisée ne tarissaient pas d’éloges.

Marguerite Barankitse s’est même permis de brasser les évêques et cardinaux du 49e Congrès eucharistique international de Québec, leur rappelant que l’eucharistie ne se trouve pas dans leurs lettres pastorales, disant aux membres des communautés religieuses qu’elle n’était pas non plus dans leur couvent, mais dans la rue, sur la place. «Ouvrez vos archevêchés, ouvrez vos couvents, allez sur la place, allez vers les autres, c’est là que se trouve l’eucharistie, c’est là que vous verrez Dieu».

Étonnante et malgré tout pleine d’une joie communicative lorsqu’elle parle des malheurs qu’elle a vécus dans la guerre entre les Hutus et les Tutsis au Burundi, elle sourit à ceux qui l’ont traité de folle, comme dans le titre à son sujet dans Libération, où qui disent qu’elle perd la tête. «Le premier fou, c’est Dieu, et j’ai choisi de le suivre», lance-t-elle d’une voix qui ne laisse pas de place au ridicule.

La veille, lors d’une entrevue en marchant à Expo-Cité, Marguerite Barankitse lance tout sourire: «Je suis grand-mère de jumeaux depuis hier. Une de mes filles a eu des jumeaux, je suis une grand-mère heureuse.» «Vous avez combien d’enfants?», demande innocemment le journaliste. «J’ai plein de filles et de fils, des milliers, 10 000 au moins», poursuit-elle avec la joie exubérante qui la caractérise même si elle aligne rendez-vous et entrevues depuis quelques heures.

«Combien? Comment est-ce possible d’être mère de 10 000 enfants?» Alors, Mme Barankitse raconte comment elle joue depuis 15 ans son rôle de mère auprès des orphelins de la guerre, des enfants soldats, de tous ceux qu’elle a recueillis dans son oeuvre de la Maison Shalom. Elle en prend soin comme une mère naturelle, fait en sorte que leur éducation soit assurée, qu’ils puissent vivre une nouvelle vie de famille entre frères et soeurs sans briser les fratries dans un nouveau milieu plus rassurant, mais en leur disant «Hutus et Tusis, votre nouvelle ethnie c’est la Maison Shalom».

«Et je continue de jouer mon rôle de mère tous les jours, ajoute-t-elle. Aujourd’hui, mes collaborateurs se sont mes enfants qui ont grandis et devenu médecins, travailleurs sociaux et psychologues qui permettent à la Maison Shalom de continuer son oeuvre.»

Et parfois, un de ses enfants devenus gouverneur d’une province, ou un autre diplomate dans une ambassade dans le monde dira: «Nous, enfants de la Maison Shalom» marquant ainsi une appartenance qui va bien au-delà des liens de la famille biologique.

Les dix années de guerre civile au Burundi ont fait des milliers de morts et des milliers d’orphelins dans l’indifférence quasi totale des puissances occidentales, mais ce ne fut pas le cas dans la vie de Marguerite Barankitse. Elle a eu le déclic à cause de sa foi lorsqu’elle a vu, le 24 octobre 1993, des gens qu’elle protégeait être assassinés sous ses yeux. Pour elle, il fallait répondre au mal par l’amour des autres. «La foi et l’amour déplaceront les montagnes. Je rêve du jour où mes enfants seront président de la République, ministre de la Justice pour contrecarrer le pouvoir de la haine.»

Elle a donc accueilli les enfants et fait bâtir des petites maisons pour recréer une vie de famille avec tous ces orphelins et fondé la Maison Shalom. «Ce n’est pas un orphelinat, martèle-t-elle tout en souriant. Je suis contre ces institutions qui ne sont pas des milieux de vie. J’ai acheté des petits lopins de terre et construit des petites maisons pour créer des milieux de vie ou mes enfants peuvent grandir, étudier et être soignés.»

Elle a reçu de nombreux prix internationaux, «mais tout cet argent a servi à construire de nouvelles maisons pour accueillir d’autres orphelins.» Et, c’est en chantant un refrain de John Littleton «Allez-vous en sur les places et sur les parvis être mes témoins» qu’elle a descendu les marches de l’estrade sous un tonnerre d’applaudissements.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher