topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La lèpre en progression au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

APA, 07-02-2014

Bujumbura (Burundi) - La lèpre est, depuis 2010, en train de progresser au Burundi, du fait du retour des réfugiés qui rentrent de la Tanzanie et du Congo, pays classés parmi les pays les plus touchés par cette maladie et où on recense annuellement plus de 1000 cas, a déclaré vendredi à Bujumbura le Directeur du Programme national de lutte contre la lèpre et la tuberculose (PNLT), Dr Thadée Ndikumana à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la lèpre.

Au cours d'un atelier média de sensibilisation sur la maladie de Hansen, nom du biologiste norvégien Armouer Hansen qui a découvert le bacille de la lèpre en 1873, Dr Ndikumana a indiqué que le Burundi enregistre 400 à 500 nouveaux cas dans ses hôpitaux et centres de santé du pays.

Les provinces les plus touchées sont celles frontalières du Congo et de la Tanzanie, notamment Cibitoki (80 cas), Rutana(75), Bururi(48), Makamba(30), Gitega(21), Ruyigi(16), Karuzi(14), Ngozi(12).

Selon le Dr Thaddée Ndukumana, la sensibilisation est plus que nécessaire pour éviter la contamination et les complications liées à cette maladie quant elle est traitée tardivement. La population doit savoir, selon lui, que la lèpre est une maladie guérissable si le malade se présente à temps dans n'importe quel centre de soins du pays.

Les signes de cette maladie sont d' après Dr Ndikumana, des taches insensibles en forme d'une pièce de monnaie qui apparaissent sur la peau. Il a insisté pour que toute personne qui les décèle se rende aussitôt au centre de santé pour le diagnostic. La personne ne doit pas attendre que les taches dépassent le nombre de cinq, car à ce stade, a-t-il prévenu, le malade peut contaminer les autres.

Si le malade ne se fait pas dépister dès l'apparition de ces signes, la maladie progresse est prend racine dans les nerfs qui sont bouchés et la personne devient insensible dans la plupart des organes périphériques comme les mains, les pieds, jambes, le visage, qui finissent par tomber. Ainsi, le sujet devient infirme et aveugle.

D' après le directeur du PNLT, la période d'incubation de la maladie peut varier entre 5 ans à 10 ans, ce qui rend difficile le combat contre cette maladie qui progresse lentement mais sûrement. La contagion se fait par voie respiratoire et les facteurs favorisants sont la promiscuité, le manque d'hygiène collective et individuelle, la malnutrition et la faiblesse de l'organisme.

L'OMS a mis sur pied un traitement efficace qui n'a pas encore causé aucun problème chez les patients, a-t-il dit, ajoutant que dans bien des cas il est possible par traitement de permettre aux malades guéris mais ayant eu des complications de pouvoir travailler en retrouvant l'usage de leurs membres.

Le Dr Ndikumana a lancé un appel à la population de ne pas stigmatiser les lépreux, mais de les sensibiliser pour qu'ils se fassent soigner à temps. Ceci pour éviter à certains de se cacher, pensant qu'ils ont été ensorcelés et qu'ils doivent consulter les féticheurs au lieu d'aller à l'hôpital.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher