topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le Gouvernement va-t-il perdre le bras de fer avec les étudiants ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

RFI, 28-03-2014

Burundi : échec de la stratégie de fermeté face aux étudiants grévistes

 Pour tenter de remporter le bras de fer entamé il y a deux semaines avec les étudiants autour de la question du niveau des bourses, le ministre burundais de l’Enseignement supérieur avait choisi la fermeté. Mais la stratégie n’a pas été concluante : les étudiants maintiennent leur grève, malgré l’ultimatum lancé par le ministre.

Il y a deux semaines au Burundi, les étudiants des universités publics et privées qui avaient droit à une bourse d'études ont entamé une grève illimitée pour protester contre une réforme qui change les conditions d’octroi de celle-ci dans un sens qui devrait en priver la grande majorité d’entre eux. [Photo : Une vue des locaux de l'Université de Bujumbura, désertés par les étudiants depuis deux semaines]

La réponse du ministre de l’Enseignement supérieur a été radicale : il a tout de suite fermé les universités publiques, exclu pour deux ans les représentants des étudiants et donné trois jours aux étudiants pour se faire réinscrire. Un délai qui a pris fin ce mercredi. Le ministre a fait le bilan de cette campagne de réinscription et le moins que l’on puisse dire, c’est que son appel n’a pas été entendu.

650 étudiants sur 17 000 ont repris le chemin de la classe

Le ministre burundais de l’Enseignement supérieur Joseph Butore, réfute le terme d’« échec ». Mais les chiffres sont là, accablants. Sur les 17 000 étudiants de l’Université du Burundi et de l’Ecole normale supérieure, seuls quelque 650 se sont fait réinscrire durant la période de trois jours fixée par les autorités. Et il s’agit essentiellement des étudiants en fin d’études. Les autres ont été « victimes d’intimidations ». Ou encore, « les autorités ont chassé des étudiants qui venaient de terminer leur année académique », explique aujourd’hui le ministre burundais de l’Enseignement supérieur.

Il a donc décidé de leur accorder un délai supplémentaire de cinq jours, pour que ceux qui n’avaient pas encore terminé leur année académique puissent se faire réinscrire. « Je ne suis pas Dieu pour vous dire ce qui va se passer mardi ou mercredi. Je vous l’ai déjà dit, attendons de voir. Si l’appel n’est pas suivi, d’autres mesures seront prises, ne vous en faites pas. Mais cette fois, je ne vous dirais pas lesquelles », a déclaré Joseph Butore au micro de RFI.

Pas sûr qu’il soit, cette fois encore, entendu par les étudiants des universités publiques du Burundi, qui contestent toujours sa réforme des conditions d’octroi de la bourse d’études. « Cet appel ne sera pas entendu (car) les étudiants sont déterminés. Parce que si ces mesures prises par le gouvernement entrent en vigueur, nous serons éliminés dans les campus universitaires, nous qui venons de familles pauvres », explique Epitace Ndayambaje, l’un des représentants de ces étudiants.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher