topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Appel à un hommage commun à Ntare V et aux victimes du génocide de 1972 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 16/06/2009

A PROPOS DES FUNERAILLES DE SA MAJESTE NTARE V, ROI-MARTYR.

Baranyanka CharlesPar Baranyanka Charles - 15 juin 2009

D’après l’information recueillie dans son entourage, la famille royale aurait adressé au gouvernement, une proposition d’organiser pour Ntare V les funérailles nationales.

Cette démarche importante appelle de ma part, un bref commentaire que je souhaite partager avec mes compatriotes dans l’espoir de susciter un débat constructif.

D’emblée, je me permets d’introduire un principe fondamental qui régit la monarchie dont le Code ésotérique explicite en ces termes : « Umwami ntagira umuryango. Ni Sebarundi akongera akaba Nyamugirubutankwa ».

De fait le roi n’a pas de famille. En revanche, il est le Père de tous les Barundi : de son rejeton comme du plus humble de ses sujets. Personne donc à titre individuel ne peut se réclamer de lui en particulier.

Charles Ndizeye - Roi Ntare VAinsi, rendre hommage à Sa Majesté Ntare V est une affaire d’Etat qui concerne la nation toute entière. Dans ce cas, l’hommage public lui serait rendu en même temps qu’à ses compagnons martyrisés dont il a, de surcroît, partagé la fosse commune pendant trente-sept ans. Rendre les honneurs à Ntare V seul, serait en plus le détourner de sa raison d’être, spécialement pour lui porteur du nom de Ntare, qui doit impérativement partager le bonheur et les malheurs avec son peuple, y compris la mort.

La nuit fatidique du 29 avril 1972 a scellé, à n’en pas douter, dans le même destin le roi et des centaines des milliers de Bahutu victimes du génocide, ainsi que les Baganwa et les Batutsi eux aussi assassinés pendant cette tragédie nationale.

Je propose dès lors de les unir dans une seule et même action d’hommage national, qui atténuerait l’immense souffrance ensevelie dans les cœurs de tous ceux qui ont perdu les leurs en 1972 et même ultérieurement, sans oser les pleurer ni faire leur deuil.

Il y aurait donc trois cercueils : un du roi, un autre d’un Muhutu suivi de celui d’un Mututsi. Immédiatement se pose la question de leur sépulture.

NDAGO près de Muramvya me paraît tout indiquée.

Pour les Barundi, NDAGO est le symbole vivant de l’héroïsme d’un peuple, face à une force terrifiante, pourtant incapable de nous vaincre et qui, finalement, demandera à composer. NDAGO est aussi un énorme charnier, malheureusement profané par la deuxième république, qui y a érigé une minoterie, après avoir rasé les « Bigabiro », témoins majestueux des hauts faits de notre armée qui a inscrit de son sang, sur cette montagne, une des pages les plus glorieuses de notre histoire nationale, pendant qu’autour du Burundi, les armées européennes démolissaient les empires africains.

C’est l’empire du Gitara qui s’effondre le 9 avril 1899 sous les assauts de l’armée britannique, à peine un mois avant notre résistance héroïque à NDAGO.

C’est l’Allemagne qui efface la Namibie le 25 févier 1904, alors que le Burundi venait de s’opposer avec succès aux armées allemandes dans la guerre de onze jours, commencée le 30 avril 1903.

Dès lors, NDAGO revêt une importance capitale comme lieu historique, sacralisé par l’hécatombe de 15 à 20.000 de nos guerriers assassinés en une matinée sur cette montagne. De cette terrible épreuve, le Burundi en sort exsangue mais debout, prêt à défier de nouveau l’Homme Blanc.

Un Temple serait alors érigé sur cet énorme nécropole méconnu jusqu’à ce jour. Il abriterait les trois cercueils qui symboliseront pour les générations futures, les tueries fratricides et sacrilèges désormais condamnées à jamais.

A cette occasion, le Feu Sacré, hérité de KIMEZA MIRYANGO, vieux comme le Burundi lui-même, serait rallumé, après une éclipse de cinquante ans, consécutif à son extinction par l’Homme Blanc ; afin d’obéir à la Tradition Nationale qui nous enjoint de garder ce feu éternellement, sous peine d’assister à la déchéance politique et morale du Burundi. Les générations actuelles auraient alors le privilège de le rallumer pour qu’il brille désormais éternellement dans le Temple de NDAGO, proclamée montagne sainte, inviolable par le Président de la République, pendant que les représentants des religions professées au Burundi invoquent dans une prière commune « IMANA Y’i BURUNDI » de préserver le pays, à l’avenir, de tout acte de violence entre les frères et sœurs, afin que règnent définitivement la paix et la concorde dans les cœurs.

Le Muganwa Charles Baranyanka.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher