topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Souvenirs poignants d'enfance sur l'hécatombe de 1972 au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 07/06/2014

Les souvenirs d’une enfance songeuse dans une république cannibale

Un témoignage, suite de la conférence de Montréal sur le génocide des Hutu du Burundi en 72

Par Willibrod Kaburahttps://mail.google.com/mail/u/0/images/cleardot.gif

En 1972, je fréquentais l’école appelée «Athénée primaire de Bujumbura ». Elle est située au cœur de la ville de Bujumbura. J’étais en classe de 6ème année et tout me semblait normal, à l’école comme à la maison. Sauf que, j’ai quand même été intriguée par les faits et les étranges situations que voici :

1) Chaque matin, avant de rentrer en classe, tous les élèves, leurs instituteurs et le directeur étaient tous devant l’école. En rangs et figés devant le salut du drapeau national pour chanter l’hymne national du Burundi. Un matin, un camion militaire stationnait sur la place, devant nous. Après le rituel matinal et dans le calme, des militaires en tenue ont embarqué dans leur véhicule des personnes triées dans la masse. Combien de gens et pourquoi elles ?

Je ne peux le dire mais seuls deux visages sont restés gravés dans ma mémoire : M. Jean, mon instituteur et M Eugène, mon ancien instituteur. Curieusement, je n’ai vu personne crier ou se battre pour protester ou s’y opposer. Comme d’habitude, nous avons regagné nos classes respectives dans le calme. Dès ce jour, un Rwandais notre nouvel enseignant de 6ème. Motus et bouche cousue sur les disparus : leur destination, les raisons et la durée de leur départ. Par ailleurs, plus de nouvelles de mes camarades de classe Didi et Yoze, avec qui je jouais sur la route de l’école, dans l’insouciance enfantine. Leur monde avait basculé.

2) M. Joseph Baragengana, de Buhonga, était Ministre de la Fonction Publique de l’époque. Sa famille étant proche de la mienne, j’allais parfois séjourner chez lui, près de l’Athénée Secondaire de Bujumbura. Mais un matin, très tôt, des hommes ont frappé à sa porte et l’ont réveillé. Ils l’ont emmené, en pyjama, sans explication. Inquiète, son épouse alla peu après aux nouvelles, munie de vêtements et de médicaments, car il avait la grippe. Elle partit rencontrer une personne de confiance; M. Bernard Bizindavyi qui était l’un des hommes forts du régime. Lequel l’aurait ainsi rassurée: « Pas d’inquiétude à te faire. Il ne manque de rien et il prend le petit-déjeuner de l’hôtel Paguidas ». Elle fut soulagée jusqu’au clin d’œil  d’un autre, plutôt avisé, qui lui conseilla de vider les lieux. Pour se mettre à l’abri avec sa fille, et sans tarder !  

3) Une autre fois, je vis arriver chez M. Pascal Kabura l’épouse de M. Pascal Bubiriza avec ses 3 enfants, qui étaient nos voisins au quartier Kiriri. Ils ont séjourné avec nous quelques temps avant de s’installer à l’OCAF. Sans le père de famille, lequel était (comme M. Baragengana), un Hutu du gouvernement du Président Michel Micombero, en charge des  Télécommunications.

4) Plus tard, début des années 90, le gouvernement du Président Pierre Buyoya organisa des débats publics. Dans une conférence tenue à l’ETS (Ecole Technique Secondaire) de Kamenge, M. Cyprien Mbonimpa nous révélait qu’il faisait partie de la délégation en Belgique, partie en 1972 convaincre Ntare V de rentrer. Ce dernier prit la direction de l’Ouganda où la délégation s’engagea auprès du dictateur Idi Amin Dada de garantir sa sécurité, sachant qu’on lui tendait un piège. A son arrivée, Ntare V fut tué à Gitega alors que la  Voix de la Révolution agitait le spectre de l’attaque royaliste avec des rebelles !

Saurons-nous vraiment jamais ce qui est arrivé au Burundi en 1972/73, après les crises de 65 et 69 ? Pourquoi  d’inqualifiables atrocités ont-elles été commises contre des centaines de milliers de civils Hutu non armés? Sous l’œil complice de milliers de concitoyens et d’étrangers ? En fait, à qui le crime a-t-il profité ?

Force est de constater le résultat (escompté ?) suivant :

1) Après la  purge des milliers de Hutu, tous les secteurs publics, ou presque,  sont devenus le monopole des Tutsi (provenant en majorité du Sud du pays)

2) Des biens immeubles et meubles des disparus furent spoliés et redistribués entre des Tutsi : maisons, terrains, véhicules, comptes bancaires, commerces.

3) Des milliers de Hutu durent fuir le pays, par crainte fondée d’être tués.

4) L’Etat a fait régner la terreur et l’impunité des crimes sous un calme apparent, au lieu de chercher la Vérité, de rendre justice et d’aider les victimes.

5) 20 ans après, le gouvernement du Major Pierre Buyoya a raté le virage de la voie démocratique et nous a conduits droit vers une autre Apocalypse.

Ainsi, l’assassinat du Président Melchior Ndadaye el 21/10/93 a réveillé un volcan qui sommeillait depuis des décennies. Ses laves se sont alors déversées sur tout le territoire, emportant au passage des milliers de Hutu et de Tutsi.

Aujourd’hui, n’est-il pas temps de regarder notre Histoire en face, si nous voulons briser le cercle vicieux de la violence ? Si nous voulons nous réconcilier, construire une paix durable ainsi que l’Etat de droit au Burundi?

La Vérité sera difficile à dire mais il en va de notre intérêt à tous. Mais rien n’est moins sûr quand le non-dit, le mensonge et la désinformation règnent en maître.

Fait à Manchester, le 05/06/2014

Willibrod Kaburahttps://mail.google.com/mail/u/0/images/cleardot.gif

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher