topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Pr Filip REYNTJENS : « Le Burundi est confronté à une gouvernance déficiente » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

@rib News, 26/06/08

CHRONIQUE POLITIQUE DU RWANDA ET DU BURUNDI, 2007-2008

par Filip Reyntjens - Anvers, mai 2008

1. INTRODUCTION

Tant au Rwanda qu’au Burundi, l’évolution politique en 2007-2008 a été marquée par la continuité. Au Rwanda, l’emprise du FPR est forte, à tel point que les élections législatives, prévues pour septembre 2008, ne seront qu’une formalité. La position apparemment intouchable du régime se combine paradoxalement avec une remise en cause internationale.

En effet, malgré des visites de haut niveau à Kigali qui semblent apporter autant de cautions, le FPR est de plus en plus rattrapé par son passé criminel. Après le juge Bruguière en France, fin 2006, le juge espagnol Andreu Merelles lance des mandats d’arrêt internationaux contre des officiers de l’APR au début de 2008.

Même si le TPIR doit, en principe, fermer ses portes à la fin de cette même année, le procureur Jallow est confronté à la nécessité de remplir « la seconde partie du mandat » qui concerne les crimes commis par le FPR en 1994.

Le régime flaire le danger et réagit de façon fort nerveuse à la montée de ces menaces qui, comme nous le verrons, commencent à générer des effets gênants. A l’intérieur du pays, il poursuit et intensifie même l’ingénierie sociale, à la fois volontariste et totalitaire, que j’ai décrite dans l’Annuaire de l’année dernière.

Alors qu’elle s’inscrit dans la logique de la transformation modernisante contenue dans la « Vision 2020 » du gouvernement, elle constitue également une mise en coupe des habitants auxquels elle impose de nombreuses contraintes.

Enfin, la lutte contre l’« idéologie génocidaire » à l’intérieur et à l’extérieur peut paraître légitime, mais elle fait en même temps partie d’une stratégie visant à sauvegarder le monopole de la vérité sur le passé, le présent et l’avenir du Rwanda. Le contrôle du discours est ainsi devenu un important instrument politique.

Le Burundi, quant à lui, est confronté à une gouvernance déficiente, sous la houlette d’un régime qui tente de museler l’opposition et la presse. Si cette évolution a pu être observée ailleurs en Afrique, elle est particulièrement regrettable au Burundi.

En effet, le CNDD-FDD avait obtenu un large mandat populaire en 2005, à l’issue d’élections globalement honnêtes et transparentes. Le parti dominant aurait dès lors pu gouverner de façon confiante et décontractée. Or c’est l’inverse qui s’est produit : le CNDD-FDD s’est replié sur lui-même, et il a développé des pratiques qui inquiètent à l’extérieur et même à l’intérieur du parti.

Nous verrons la paralysie institutionnelle qui en a été le résultat, de même que les divisions au sein du parti. Ces pratiques affaiblissent le CNDD-FDD, qui craint la concurrence des FNL au moment où ce mouvement rebelle intégrerait éventuellement le système politique.

Par conséquent, tout comme certains autres partis, le CNDD-FDD semble avoir déjà entamé la campagne électorale en vue des échéances de 2010, ce qui à son tour contribue à l’impasse politique. En outre, même si la réalisation la plus importante de la nouvelle constellation burundaise est la pacification ethnique, celle-ci ne saurait être tenue pour acquise. Enfin, les négociations avec la dernière rébellion piétinent, menaçant ainsi tant la paix civile que la stabilité des institutions.

Lire la suite... (Document complet)

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher