topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L'espoir français aux championnats d’Europe est originaire du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sports

20 Minutes, 19/08/2014

Championnats d'Europe handisport: «Forgé comme un warrior», l'espoir français Jean-Baptiste Alaize vise trois médailles

ATHLETISME - Après avoir été champion du monde à quatre reprises chez les moins de 23 ans...

Après les valides à Zurich, c’est au tour des athlètes handisport de disputer leurs championnats d’Europe. La compétition a lieu à Swansea, au pays de Galles, à partir de ce mardi. Dix-neuf athlètes composent la délégation française, et parmi eux, un grand espoir: Jean-Baptiste Alaize, 23 ans. Engagé sur le saut en longueur, le 100m et le 200m, ce multiple médaillé aux Mondiaux des moins de 23 ans, qui court avec une prothèse à la jambe droite, aborde ses premiers «Europe» avec envie.

Avec quelles ambitions arrivez-vous à ces Championnats?

Ce sont mes premiers championnats d’Europe. J’attends ça de puis longtemps! J’ai bien travaillé toute cette saison aux Etats-Unis, j’ai gagné en sérénité. Je sais ce que je suis capable de faire, c’est pour ça que je vise le maximum de médailles sur mes trois épreuves, le 100m, le 200m et le saut en longueur. La concurrence est rude mais je veux absolument faire mes premiers podiums chez les seniors. Après, peu importe si c’est l’or, l’argent ou le bronze.

Et en termes de performances?

Mes meilleurs temps sont de 11’’80 sur le 100m et de 23’’80 sur le 200m. Je peux les battre. Sur la longueur, j’ai battu le record de France avec 6,65m, en mai. Je sais que je peux viser encore plus loin. Dans ma tête, je veux faire 7 mètres. Déjà, ça m’assurera le podium, et puis je ne serais que le troisième athlète à franchir cette distance. Ce serait énorme.

Vous avez participé aux Jeux de Londres en 2012. Quels souvenirs en gardez-vous?

J’en ai surtout tiré une bonne expérience pour Rio, en 2016. C’était une découverte, le fait d’arriver dans une grande compétition, de ne pas savoir où se mettre, de courir devant autant de monde…. Ce n’était pas évident. J’étais comme un enfant au village olympique. Le mélange avec les athlètes de tous les pays reste un super souvenir. Après, j’ai fait finaliste à la longueur, ce n’est pas si mal. Mais le véritable objectif, c’est Rio.

C’est pour cela que vous êtes parti vous entraîner aux Etats-Unis [voir encadré ci-dessous]?

C’était mon rêve depuis tout petit, de partir là-bas. Et je ne regrette pas. Les gens sont très accueillants, et puis l’entraîneur est un grand monsieur. Il m’a dit le premier jour: "Si tu veux devenir un champion, tu me fais confiance." Je ne parlais pas un mot d’anglais, mais ça, je l’ai bien compris. Depuis, j’ai cravaché, cravaché, cravaché… Aujourd’hui, je suis fier des séances qu’on a faites ensemble.

Jusqu’à quand est prévue votre collaboration?

On aimerait bien continuer jusqu’au Jeux de Rio. Mais je suis tellement content d’être là-bas que je me dis pourquoi pas jusqu’au Jeux de Tokyo, en 2020, ou même encore après.

En quoi est-ce différent là-bas? L’ntensité des entraînements, leur qualité?

Déjà, la météo! C’est en Caroline du Sud, on a beau temps tous les jours. Il fait 30°C le matin, ça donne envie. Après, les entraînements sont très durs. Ça marche par cycle. On bosse trois semaines à fond, puis une semaine de repos, et on recommence. C’est vrai que le premier jour, quand il m’a dit "tu as ça, ça, ça et ça à faire", mon cœur s’est arrêté. Je lui ai dit que je ne faisais que de la longueur, pas du 400m. Il m’a répondu de le laisser faire son travail, et aujourd’hui je suis forgé comme un «warrior». Avant, pour la longueur, j’étais fatigué au bout du quatrième saut. Là je peux enchaîner sans problème. C’est important pour les grands championnats.

Quel travail spécifique faites-vous entre l’appui sur votre jambe et l’appui sur votre prothèse?

Aux Etats-Unis, j’ai pu m’acheter de nouvelles prothèses, plus performantes. La lame est tellement puissante que ma jambe avait du mal à suivre. J’ai dû bosser pour avoir la même foulée, ne pas être en retard. Ça demande plus de travail qu’à un valide. Chez un valide, la foulée est naturelle. Pas pour moi, j’ai dû la créer. J’ai d’ailleurs eu des problèmes avec la puissance de la lame car les vibrations reçues sont toutes encaissées dans la hanche. Il faut s’adapter, prendre l’habitude. Le plus dur, c’est de créer la synchronisation et surtout ne jamais lâcher, même quand on est fatigué, sinon une seule jambe travaille. J’ai beaucoup bossé, maintenant je suis prêt. Le coach m’attend, il veut me voir revenir avec des médailles.

Son programme:

Mardi 19 août: 100m/Jeudi 21: 200m/Samedi 23: Saut en longueur

Des massacres au Burundi aux pistes d’athlétisme

La vie de Jean-Baptiste Alaize a basculé alors qu’il était âgé de seulement 3 ans. Né au Burundi en 1991, il n’a pas pu échapper aux terribles exactions commises dans ce pays et au Rwanda voisin durant cette période. En 1994, des «barbares armés de machettes», comme il le raconte sur son site, entrent dans sa maison. Ils tuent sa mère et lui assènent plusieurs coups de machette. «Quatre en tout, dont un qui m’a sectionné la jambe droite.» Envoyé en France en 1997 pour se faire appareiller, le petit Mougicha (son prénom africain) y reste définitivement.

Adopté par une famille de Montélimar (Drôme), les Alaize, il devient Jean-Baptiste et découvre vite l’athlétisme. Au collège, des «Jeux olympiques» sont organisés. Lui participe au relais. «On était troisièmes quand c’était à mon tour. J’ai rattrapé tout le monde et on a gagné», se souvient-il. Personne ne sait à ce moment qu’il est handicapé, car il ne voulait pas que ses camarades voient en lui quelqu’un de différent. Mais alors qu’il se change dans les vestiaires après la course, un de ses professeurs passe par là. «Il m’a demandé ce que j’avais eu, je lui ai expliqué. Et il m’a dit que ce que j’avais fait était formidable. Il m’a conseillé d’aller dans un club, l’US Montélimar, et voilà.»

Jean-Baptiste Alaize ne s’est plus jamais arrêté. Après avoir couru un temps avec les valides, il a commencé les courses handisport à 14 ans. Et intégré l’équipe de France quatre ans plus tard, en 2009. Fin 2013, il est parti s’entraîner aux Etats-Unis, sous les ordres de Sylvanues Hepburn. Ce dernier était notamment le coach d’Allen Johnson, qu’il a mené aux titres de champion olympique et du monde du 110m haies. Le but du Français est clair: devenir le meilleur. Ces championnats d’Europe constituent sa première étape vers les sommets espérés.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher