topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Les déboires de la collecte de sang au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

IRIN, 1 septembre 2014

 BUJUMBURA - Les pénuries de sang, qui ont causé la mort de plusieurs personnes au Burundi et ont suscité des appels en faveur d’une réforme du système de transfusion sanguine, sont imputées aux réductions budgétaires et à la lenteur bureaucratique.

« Une femme est décédée lors d’une césarienne à Bujumbura, une autre est morte à Gitega, dans le centre du pays, tandis qu’un troisième patient est décédé à Ngozi, dans le nord du Burundi », a déclaré Moïse Ntiburuburyo, président de l’Association burundaise pour la défense des droits des malades.

Dans tout le pays, de nombreux hôpitaux sont touchés depuis quelques semaines par une grave pénurie de produits sanguins, à cause du manque de poches de sang – ce qui retarde les opérations programmées, d’après M. Ntiburuburyo.

Le directeur du Centre national des transfusions sanguines (CNTS), Gilbert Nduwayo, a déclaré à IRIN que le centre avait reçu environ 1 500 poches destinées au don du sang il y a quelques jours, ce qui a permis à ses équipes d’organiser des collectes de sang dans plusieurs régions du pays.

Bien que le problème ne soit pas encore résolu, la situation est sous contrôle, a-t-il affirmé.

M. Nduwayo attribue cette pénurie au manque de fonds et à la lenteur des procédures qu’il est obligé de suivre pour se procurer des poches de sang – il lui faut parfois attendre jusqu’à deux mois pour remplir toutes les formalités.

Le CNTS, l’unique organisation autorisée à collecter du sang au Burundi, nécessite un budget annuel de 1,2 milliard de francs (775 000 dollars) pour remplir correctement sa mission, mais reçoit seulement 575 millions de francs (370 000 dollars), a-t-il ajouté.

Mélance Hakizimana, président de SYNAPA, un syndicat des travailleurs de la santé, a qualifié cette pénurie de « scandaleuse » et a réclamé « des enquêtes urgentes » sur la situation de crise.

Le CNTS ne fonctionne pas normalement depuis cinq mois, a-t-il dit, réclamant un étoffement du budget.

« Comment se fait-il que le CNTS se plaigne de ne pas avoir de véhicules pour la collecte de sang, alors que certains hauts fonctionnaires du ministère [de la santé] viennent juste d’acquérir de nouveaux véhicules et de continuer à percevoir des indemnités de déplacement allant jusqu’à 500 000 francs (322 dollars), quand le CNTS manque de poches de sang qui coûtent 2 500 francs (1,6 dollar) ? », a-t-il déclaré.

Au début de 2014, le budget du CNTS a été réduit de 50 millions de francs, ce qui a gravement nui aux opérations, même si ce montant a ensuite été réinjecté en milieu d’année, a expliqué M. Nduwayo.

Le centre doit collecter près de 16 000 poches de sang pour répondre aux besoins d’ici la fin de l’année, a-t-il dit.

M. Ntiburuburyo, qui défend les droits des malades, a déclaré que les patients seraient mieux soignés grâce à une augmentation des capacités des banques de sang et à une automatisation du processus de prise de sang.

Grâce à un système automatisé, il serait possible de collecter le sang de 10 personnes en quelques minutes puis de tester très rapidement les échantillons, contrairement à la méthode actuelle où il faut 15 minutes pour prélever le sang d’un seul donneur, a-t-il expliqué.

[Cet article ne reflète pas nécessairement les vues des Nations Unies]

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher