topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : 50% des sidéens ont moins de 25 ans Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 12/09/2014

Pour l'ONG burundaise " Réseau National des Jeunes vivant avec le VIH (RNJ+)", la lutte contre les nouvelles infections du VIH/SIDA devrait se focaliser sur les jeunes, du fait que 50% des Burundais infectés sont des jeunes de moins de 25 ans, sur un taux de séroprévalence de 1,2% au niveau national.

Lors d'une interview, Mlle Claudia Nizigiyimana, représentante de RNJ+, a précisé que parmi les jeunes burundais de moins de 25 ans, la moitié des nouveaux cas d' infection est constituée par des bébés qui naissent avec le VIH.

Selon les statistiques, les jeunes (0 à 25 ans) constituent la catégorie de la population burundaise la plus vulnérable au VIH, c' est pourquoi la lutte contre les nouvelles infections du VIH au Burundi devrait se focaliser sur les jeunes, a-t-elle souligné.

"Les jeunes sont les plus vulnérables d'abord parce qu'ils sont sexuellement les plus actifs. Cette vulnérabilité est renforcée parce que beaucoup d'entre eux naissent avec le VIH", a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, Mlle Nizigiyimana a déploré l'absence d'un engouement manifeste chez les jeunes pour le dépistage du VIH qui devrait se situer au coeur de la prévention contre la pandémie.

"Il y a des jeunes gens qui ont peur de se faire dépister sur le VIH parce que si le résultat est positif, ils sont stigmatisés et rejetés dans la société. Et dans ce cas, on ne peut qu'assister à des réticences parce qu'on ne veut pas se faire dépister de peur d'être déçu par le résultat en cas de sérologie positive", a-t- elle expliqué.

Selon Mlle Nizigiyimana, pour que le Burundi puisse marquer des avancées dans le processus vers "zéro nouvelle infection du VIH" à l'horizon 2015 conformément aux directives de l'ONU-SIDA, il faut donner un coup d'accélérateur au programme national de sensibilisation et de mobilisation contre ce fléau, avec une attention particulière pour les jeunes burundais de moins de 25 ans et les enfants en bas âge, cible privilégié de cette pandémie.

"Que tout jeune burundais et tout enfant du pays sache au moins ce que c'est le VIH. Dans ce cas, ils sauront comment se prévenir contre la pandémie, notamment via une bonne utilisation des préservatifs dans l'ultime objectif de promouvoir une sexualité responsable", a-t-elle plaidé.

En outre, selon elle, pour que le processus burundais tendant vers zéro nouvelle infection du VIH puisse aboutir à des résultats palpables au cours de la décennie post-2015, les parents séropositifs devraient adopter systématiquement le "Programme de Transmission de la Mère à l'Enfant" (PTME), qui consiste à lutter contre la transmission du VIH de la mère à l'enfant depuis la conception d'une grossesse jusqu'à la période de l'allaitement du nouveau-né, ce qui permettrait de diminuer les nouveaux cas d'infection du VIH pour les bébés et pour les jeunes au Burundi.

Mlle Nizigiyimana a exclu la possibilité pour le Burundi de réaliser l'objectif de zéro infection du VIH en 2015 conformément aux directives de l'ONU-SIDA. "Il y a encore beaucoup de séropositifs dont des jeunes qui ne connaissent ni leur statut sérologique ni comment se comporter face à VIH", a-t-elle déploré.

Toutefois, a-t-elle souligné, les Burundais ne devraient pas désarmer face à cette pandémie et devraient plutôt redoubler d' ardeur pour atteindre zéro nouvelle infection le plus tôt possible.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher