Burundi : l’UE appelle à un compromis entre le gouvernement et l'opposition
Diplomatie

@rib News, 09/12/2016 – Source Xinhua

Les ambassadeurs de l'Union européenne (UE) accrédités au Burundi ont estimé jeudi que seul un compromis entre le gouvernement et l'opposition en exil peut résoudre la crise politique que traverse le pays aujourd'hui.

Ils se sont ainsi exprimés lors d'une rencontre à la capitale burundaise Bujumbura le facilitateur du dialogue inclusif inter-burundais Benjamin William Mkapa, également l'ancien président de la Tanzanie.

"Nous considérons que la voie du compromis doit être trouvée, que chaque partie doit faire un geste vers l'autre car sans compromis, on ne trouvera pas de solution au problème politique que connaît le pays aujourd'hui et qui est à la source de toutes les difficultés du pays", a déclaré lors d'une conférence de presse l'ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse.

Il a regretté que l'esprit du dialogue qu'incarne Arusha (cette ville tanzanienne a abrité les négociations inter-burundaises qui ont abouti à la signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation en 2000) "ait apparemment été perdu", mais est resté convaincu qu'il doit être retrouvé.

Les ambassadeurs européens ont dit à cet effet avoir apporté un plein soutien financier à M. Mkapa.

C'est dans la ville d'Arusha qu'avait commencé un dialogue entre le gouvernement et l'opposition en exil avant que le même gouvernement décide de ne plus s'y rendre pour éviter de rencontrer "les gens qui ont voulu renverser les institutions".

C'est ce même argument de ne pas rencontrer ces gens que le secrétaire général du parti CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie-Force de défense de la démocratie), Evariste Ndayishimiye, a donné à l'issue de sa rencontre jeudi avec le facilitateur.

Il a toutefois indiqué avoir demandé au facilitateur d'appuyer le Burundi dans le retour des réfugiés.

"Il est difficile pour nous d'atteindre ces personnes pour les rassurer de revenir dans leur pays. Le facilitateur va appuyer dans ce travail qui va nous permettre de rencontrer ces Burundais afin de les rassurer qu'ils puissent venir partager avec les autres citoyens la vie de notre pays", a révélé M. Ndayishimiye.

M. Mkapa est depuis mercredi soir en visite de trois jours où il doit rencontrer les autorités burundaises, les autres acteurs politiques, les représentants de la société civile, ceux des confessions religieuses et ceux du Forum des femmes et des jeunes.

Il animera une conférence de presse sanctionnant cette visite à la fin de son séjour à Bujumbura.