Burundi : le taux d'industrialisation tourne autour de 15 ŗ 16%
Economie

@rib News17/10/2018 – Source Xinhua

Les plus récentes études menées sur le développement au Burundi en 2014 ont montré que le taux d'industrialisation du pays tourne autour de 15 à 16%, ce qui rend le pays encore plus pauvre alors qu'il y a moyen de relever l'économie burundaise par sa transformation structurelle.

C'est ce qu'a affirmé mercredi, au moment où le monde célèbre la journée internationale de l'élimination de la pauvreté, Gilbert Niyongabo, professeur de l'Université du Burundi, lors d'une présentation de l'état de pauvreté au Burundi. Il a indiqué que le taux de pauvreté monétaire est de 64,6% dans ce pays d'Afrique de l'Est.

"On constate que le taux d'industrialisation n'a pas évolué au Burundi car sa part dans le revenu national est toujours autour de 15 à 16%", a dit M. Niyongabo.

Il a proposé l'implantation des industries de transformation des principales cultures vivrières à l'instar de la Tanzanie qui a implanté des industries de maïs même au Burundi dans le cadre de l'intégration régionale.

C'est pour cela que la transformation structurelle de l'économie burundaise a été classée prioritaire dans le Plan National de Développement du Burundi 2018-2027, a dit le professeur.

Selon ce Plan, "pour soutenir le secteur de la transformation et lui donner un rôle moteur dans le développement du pays, la finalisation et la mise en œuvre de la Politique Nationale de l'Industrie permettra au Burundi de se doter d'un tissu industriel dynamique et compétitif".

Il indique que cette industrialisation tournée vers les exportations devra s'orienter vers la mise en place des mesures d'appui pour la relance du secteur, la promotion de l'industrialisation rurale et régionale et l'évolution progressive de l'industrie permettant une plus forte valeur ajoutée.

La transformation structurelle de l'économie à travers l'industrialisation s'appuiera sur le développement des projets et programmes des secteurs porteurs de croissance pour stimuler les exportations, la création d'emplois, l'inclusion sociale et l'attraction des Investissements Directs Etrangers.