Vers une qualification "historique" du Burundi ŗ une phase finale de la CAN
Sports

PANA, 17 novembre 2018

Bujumbura, Burundi - La victoire écrasante des «Hirondelles» sur l'équipe du Soudan du Sud (5-2) alimentait samedi, toutes les conversations à Bujumbura où les populations misaient sérieusement sur les chances de leur équipe nationale de football de participer, pour la première fois, à une phase finale de Coupe d’Afrique des Nations (CAN) dont la prochaine édition se déroulera l'été prochain, au Cameroun.

Le jeune attaquant burundais, Fiston Abdul Razak, actuellement sociétaire de la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK-Algérie), a marqué, à lui seul, quatre des cinq buts des Hirondelles.

Au terme de la cinquième journée des éliminatoires de la CAN 2019, le Soudan du Sud a complètement ruiné ses chances d'aller plus loin, pendant que les Hirondelles du Burundi repassaient à la première place du groupe C (9 points), détrônant ainsi provisoirement le Mali (8 points).

Le Gabon est l’autre équipe du groupe C (7 points) dont les chances de qualification se joueront en déplacement à Bujumbura, au mois de mars prochain.

Les chances de qualification des Hirondelles se mesureront encore, ce samedi, au résultat du match à domicile du Gabon face au Mali, toujours de l’avis des commentateurs à Bujumbura.

Du côté de la Fédération de Football du Burundi (FFB), l’heure est déjà à la «grande satisfaction» après le pas franchi par l’équipe nationale au Soudan du Sud.

Le vice-président de la FFB, Mustapha Samugabo, a parlé d’un signe éloquent du développement du football burundais à l’étape actuelle des résultats des Hirondelles face à de grandes équipes africaines, comme celles du Gabon et du Mali, entre autres.

Le Burundi (142ème au dernier classement FIFA) progresse suite à une implication des plus hautes autorités nationales dans le développement du football qui reste, de loin, le sport de masse le plus populaire dans le pays.

Des stades modernes sont sortis de terre ces dernières années, y compris dans le Burundi profond, sous l’impulsion du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, lui-même grand amateur connu de football et promoteur de l’un des clubs les plus quottés, «Alléluia FC».