Le Burundi se qualifie pour une premiŤre CAN de son histoire
Sports

PANA, 23 mars 2019

Bujumbura, Burundi - L’équipe nationale de Football du Burundi, les « Intamba » (Hirondelles) s’est qualifiée, samedi au stade « Prince Louis Rwagasore » de Bujumbura, pour une première phase finale de son histoire à une Coupe d’Afrique des Nations (CAN, édition 2019 en Egypte), malgré un score nul (1-1) au match-retour contre les « Panthères » du Gabon, a-t-on constaté sur place dans la capitale burundaise.

Lors du match-aller, à Libreville, la capitale gabonaise, les deux équipes s'étaient séparées sur un même score de parité (1-1).

A Bujumbura, les héros du match ont été les attaquants de pointe burundais, Cédric Amissi qui a ouvert la marque à la 75ème minute de la seconde partie, et Axel Meye Me Ndong pour le Gabon, à la 80ème minute.

La très attendue star gabonaise d’Arsenal (Angleterre), Pierre-Emerick Aubameyang, quant à elle, n’a été que l’ombre d'elle-même sur la pelouse synthétique du stade Prince Louis Rwagasore, avec à la clé, un carton jaune pour un tacle jugé « méchant » contre un défenseur des Hirondelles burundaises.

Le Burundi accompagnera le Mali en Egypte en tant que les deux meilleures équipes au classement général du groupe C.

Le Mali arrive en tête des éliminatoires de ce groupe (11 points), suivi du Burundi (10 points), puis du Gabon (8 points), tandis que le Soudan du Sud ferme la marche (0 point).

De nombreuses hautes personnalités politiques et sportives burundaises présentes au stade ont récupéré la balle au bond, en parlant d'un "jour historique" pour le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda.

Le Maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, quant à lui, a laissé éclater une « immense joie » devant la qualification des Hirondelles.

La présidente du Comité national olympique (CNO), Mme Lydia Nsekera et première femme burundaise à avoir dirigé la Fédération de Football du Burundi (FFB), de son côté, a encouragé les Hirondelles à aller en Egypte avec la même détermination d’honorer leur pays.

Lors de leur regroupement à Bujumbura, les Hirondelles avaient reçu une visite d’encouragement du chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza.

En guise de motivation, chaque joueur aura droit à une prime de 3 millions de francs burundais (1.642 dollars américains) pouvant être revue à la hausse seulement en cas de qualification, promettait la FFB, à la veille du dernier match contre le Gabon.

Les antennes de la radio publique, quant à elles, sont restées ouvertes longtemps après le match pour recueillir les réactions des amateurs du ballon rond dans la foulée de la qualification des Hirondelles, présentée généralement comme « historique » et un « motif de fierté et d’unité nationale ».