Burundi : le Championnat de foot se poursuit malgrť le coronavirus
Sports

RFI06/04/2020

Réunie dimanche 5 avril en Assemblée générale, la Fédération de football du Burundi a décidé que ses différentes compétitions allaient se poursuivre, malgré des premiers cas de coronavirus détectés dans le pays. Pas de huis clos durant les matches, non-plus. Les autorités locales prônent le respect de gestes barrières (lavage des mains, distanciation…) durant les rencontres.

La 28e journée du Championnat de football du Burundi, la Primus Ligue, aura bien lieu les 11 et 12 avril 2020, comme prévue. Alors que le ballon rond est à l’arrêt à peu près partout sur la planète, sauf dans une poignée de territoires (Biélorussie, Tadjikistan…), le foot burundais a décidé de poursuivre ses activités. Et ce malgré la pandémie mondiale de coronavirus et des premiers cas de Covid-19 détectés dans le pays.

Ainsi en a décidé la Fédération (FFB), réunie ce 5 avril 2020 : « Après concertation et éclaircissements sanitaires et techniques du ministre de la Santé Dr Thadée Ndikumana, l'Assemblée Générale [de la FFB] décide que les championnats de première et deuxième divisions continuent à être joués tout en observant les mesures d'hygiène sur les stades et la distanciation. »

Des gestes barrières

Pas de huis clos, donc. Les spectateurs seront encore admis aux stades. Ils respecteront quelques gestes barrière « comme le lavage des mains et la prise de température [...] avant leur entrée », a indiqué le ministre de la Santé.

Quant aux joueurs, ils devront observer certaines précautions : « Interdiction des salutations en se touchant les mains » et interdiction de « groupement pour célébrer la marquage de but » ; « prise de distance des arbitres lors des constats de chocs sur le terrain ». « Le fair-play est également interdit », est-il également souligné sur la page Facebook de la FFB.

Des pressions sur les clubs ?

Des consignes qui ont également laissé sceptiques certains internautes. « Et les duels ? On ne peut éviter les contacts dans le football. Ce n'est pas un sport de raquettes », souligne un premier. « S’il vous plaît, arrêtez tout, vous jouez avec le feu », lance un deuxième.

D’autres, au contraire, ont salué la décision de poursuivre les compétitions burundaises. « Merci beaucoup M. le Ministre et la FFB pour votre décision aimable, écrit un autre internaute. Le Burundi est un État souverain et laïc, et a le plein pouvoir de prendre ses propres décisions ».

D’après l’Agence France-Presse, qui cite une source ayant requis l’anonymat, le président de la Fédération de football du Burundi, Révérien Ndikuriyo, a pesé dans cette décision. Celui qui est également le président du Sénat aurait menacé les clubs renonçant à jouer de forfait et d’autres sanctions.

« Pas à la CAF de commenter les décisions des États ou des Fédérations »

Au Burundi, les autorités locales affichent leur sérénité face à la pandémie de coronavirus, alors que des élections générales sont prévues en mai 2020.

Et le monde du football ? La Fédération internationale (FIFA) comme la Confédération africaine (CAF) se sont montrées favorables à l’arrêt des compétitions, pour contribuer à endiguer la vague de Covid-19. Gérémi Njitap, vice-président de la FIFPro, le syndicat mondial des footballeurs, s’est étonné des choix effectués. « Il est impensable pour notre part que la Fédération mette en danger la santé des joueurs et des spectateurs. C’est pourquoi nous osons espérer que cette décision s’appuie sur des données médicales solides et incontestables, indique le Camerounais à RFI.fr. Ceci étant dit, compte tenu de l’ampleur de la pandémie, nous regrettons que le principe de précaution n'ait pas été retenu ».

Interrogé par Le Monde Afrique, le 31 mars dernier, sur le choix de la FFB de continuer à jouer au football, Ahmad, le patron de la CAF, s’était montré fataliste. C’était pourtant avant que des cas soient détectés dans ce pays. « Il n’appartient pas à la CAF de commenter les décisions qui relèvent des États, ou des Fédérations nationales », a réitéré le Malgache à rfi.fr, ce lundi 6 avril.

Geremi, lui, assure pourtant que « la CAF adressera une correspondance à la fédération burundaise de football. C'est une des résolutions de la rencontre restreinte que nous avons [la FIFPro, Ndlr] eu ce jour avec nos partenaires de la CAF », assure l'ancien défenseur du Real Madrid.