Le Roi des Belges dit ŗ la RDC ses regrets pour la colonisation, sans excuses
Afrique

@rib News, 08/06/2022 – Source Reuters

 Le roi Philippe a renouvelé mercredi lors d’un discours à Kinshasa ses profonds regrets pour l’exploitation, le racisme et les violences infligés lors de la domination coloniale belge en République démocratique du Congo (RDC), tout en s’abstenant une nouvelle fois de présenter des excuses officielles.

En 2020, Philippe est devenu le premier roi des Belges à exprimer ses regrets pour les “souffrances et humiliations” infligées par l’ancienne puissance coloniale en RDC et certains Congolais espéraient qu’il profiterait de sa première visite officielle dans le pays depuis son accession au trône en 2013 pour présenter des excuses.

“Bien que de nombreux Belges se soient sincèrement investis, aimant profondément le Congo et ses habitants, le régime colonial comme tel était basé sur l’exploitation et la domination”, a dit le roi Philippe devant les élus des deux chambres du Parlement congolais réunis à Kinshasa, la capitale de la RDC.

Le régime colonial était basé sur “une relation inégale, injustifiable (...) marquée par le paternalisme, les discriminations et le racisme”, a-t-il poursuivi, ce qui “a donné lieu à des exactions et des humiliations”.

“Je désire réaffirmer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé.”

Selon certaines estimations, jusqu’à 10 millions de Congolais ont été tués ou sont morts de faim ou de maladie lors des vingt-trois années durant lesquelles, de 1885 à 1908, le roi Léopold II s’était octroyé le pays à titre personnel, avant de céder le Congo à la Belgique, jusqu’à l’indépendance en 1960.

Malgré l’absence d’excuses, le roi Philippe a reçu un accueil chaleureux de la part du président congolais Félix Tshisekedi et de nombreux responsables politiques de RDC. La foule a agité des drapeaux belges à l’occasion de cette visite et une banderole a été déployée sur le Palais du Peuple, où siègent les parlementaires, avec l’inscription “Une histoire commune”.

Arrivé mardi en compagnie de son épouse Mathilde et du Premier ministre Alexander De Croo pour une visite d’une semaine qui le conduira également à Bukavu et Lubumbashi, dans l’est de la RDC, le souverain a aussi remis mercredi au directeur du Musée national de Kinshasa un masque kakuungu de l’ethnie Suku détenu depuis des décennies par le Musée royal de l’Afrique centrale de Belgique, dans le cadre d’un “prêt de longue durée”.

“Je suis ici pour vous rendre cette oeuvre exceptionnelle afin de permettre aux Congolais de la découvrir et de l’admirer”, a déclaré le roi Philippe au côté de Félix Tshisekedi. “Il marque le début symbolique du renforcement de la collaboration culturelle entre la Belgique et la RDC.”