Burundi†: Un avocat belge dans le collimateur du patron des renseignements
Droits de l'Homme

@rib News, 03/10/2010

Par le biais de son avocat Me Déogratias Ndikumana, le Directeur général de la documentation nationale (services secrets, police présidentielle), Général Adolphe Nshimirimana, met en garde Me Bernard Maingain l’un des avocats de Me François Nyamoya incarcéré depuis quatre jours pour « insultes et dénonciations calomnieuses ».

« Il ne faut pas que Bernard Maingain se précipite a dire beaucoup de choses sur le Burundi, sinon il risque des poursuites comme cela a été le cas au Rwanda avec l’avocat américain », a déclaré vendredi Me Déogratias Ndikumana au cours d’une conférence.

Me Ndikumana affirme que ce n’est pas la première fois que Me Menguin rate le point jusqu’à avoir un dossier juridique quelque part. « Souvenez vous qu’il avait accusé le couple présidentiel d’avoir commandité la mort de Kassim Malan, ancien représentant de l’OMS au Burundi ». Ici, Me Ndikumana faisait allusion à l’ancien chef d’Etat Pierre Buyoya et son épouse.

Parlant de l’infraction qui a conduit son collègue en prison, Me Ndikumana conseille plutôt de reconnaitre la faute et demander pardon à la victime, a-t-il ajouté. « Il faut que les gens se mettent à la place des victimes pour comprendre ce qu’ils ressentent », a laissé entendre l’avocat du chef des renseignements burundais.

Me Bernard Maingain, avocat belge et l’un des cinq avocats de Me Nyamoya, avait dit ne pas comprendre comment son client avait été directement conduit en prison, une pratique qu’il avait qualifiée d’illégale.

Pour rappel Me François Nyamoya a été convoqué puis mis en prison après une audition de près de deux heures sur des propos qu’il aurait lancé contre l’ADG de la documentation nationale. Me Nyamoya demandait au président de la République de remplacer certaines personnalités policières et militaires, dont le patron de la documentation nationale, à cause de leur implication dans des groupes de bandits et criminelles. [ND]