topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Politique
Burundi : Plusieurs voix s'élèvent pour le retour des soldats engagés en Somalie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 19/09/2009 - Source AFP

Plusieurs partis au Burundi ont réclamé samedi le retour des soldats engagés dans la force de paix de l'Union africaine (UA) en Somalie (Amisom), à la suite d'un attentat jeudi ayant tué 21 personnes dont 12 soldats burundais.

"La réalité en Somalie, c'est qu'il n'y a pas de paix à sauvegarder ou à maintenir. Si le mandat de nos soldats ne change pas et si la communauté internationale ne leur donne pas les moyens qu'il faut pour se défendre, le gouvernement doit rapatrier tout de suite nos soldats", a déclaré à la presse Léonce Ngendakumana, président du Frodebu.

Lire la suite...
 
Ban : La réinsertion des enfants libérés par les groupes armés est une priorité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

UN News Centre, 18 septembre 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, juge encourageant dans un rapport publié vendredi qu'il n'y ait plus depuis août 2009 au Burundi d'enfants associés aux groupes armés et il a appelé le gouvernement burundais à faire de la réinsertion complète des 626 enfants libérés une priorité.

M. Ban estime que le gouvernement, aidé par l'équipe de pays de l'ONU, la Banque mondiale et d'autres partenaires, devrait « mettre en place un système viable de protection et de prévention qui permette de moins exposer les enfants au risque de nouveau recrutement ou réengagement. »

Lire la suite...
 
Deuil national au Burundi qui se maintient dans l’Amisom Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RFI, 18/09/2009

Le double attentat à la voiture piégée, revendiqué jeudi à Mogadiscio, par les islamistes shebab a tué vingt et une personnes, dont dix-sept soldats de la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) : quatre Somaliens, cinq Ougandais et douze Burundais, selon le représentant de l'UA en Somalie, le Burundais, Nicolas Bwakira. L'attaque a fait au moins quarante blessés, dont vingt-neuf ont été évacués par avion vers Nairobi, a précisé M. Bakwira.

Le numéro deux de l'Amisom, le général burundais Juvénal Niyonguruza, ainsi qu'un autre officier supérieur burundais, lieutenant-colonel et commandant de bataillon, figurent parmi les tués. Le gouvernement du Burundi a décrété vendredi un deuil national de cinq jours, réaffirmant sa détermination à « soutenir la paix » dans en Somalie.

Les autorités burundaises réaffirment leur intention de maintenir les contingents. Mais la volonté politique ne fait peut-être pas l’unanimité surtout auprès des familles de victimes. A Bujumbura, la population est sous le choc après ce nouveau coup qui frappe les soldats burundais déployés en Somalie. Chez certains, c’est la tristesse qui domine, chez d’autres, une sorte de fatalisme. « On s’y attendait de toute façon, explique un jeune fonctionnaire burundais, en rappelant que : « même l’armée américaine a été obligée de quitter précipitamment ce pays devant la détermination des Somaliens ».

Lire la suite...
 
La FNL-Benelux accuse Rwasa de "dérive dictatoriale" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 17/09/2009

De : Ahmed Nyotori

Date : Jeudi 17 Septembre 2009

AU SEIN DES FNL LE TORCHON BRULE.

On ne cache pas la fumée quand la maison est en feu. Aux FNL nous avons essayé de sauver les meubles, mais trop tard. Après la décision n° 001 du 28 Août 2OO9 d'exclusion sans sommation de trois membres qui figurent parmi les piliers des FNL, il s'agit notamment de HABIMANA Pasteur porte-parole, de KENESE Jacques membre du bureau politique et de NYOTORI Ahmed président de la section Benelux, la maison politique FNL est aujourd'hui en feu. Nul doute qu'elle risque de s’écrouler sur le maître des lieux, s'il n'y fait garde. Ubomoye inkingi z'inzu akayigumamwo ikugwako. Mais, que reste-t-il de la maison FNL tant elle est en ballotage?

Avec les négociations qui se sont soldées en queue de poissons et les miettes à partager qui sortent du gouvernement au compte goûte, il y a de quoi faire la grogne dans les rangs. Et, pour RWASA comme d'habitude, il ne fait pas dans le tas, il lui faut une solution. Trouver les coupables, les punir et silence dans les rangs. Seulement la donne a changée. On est plus dans le maquis, il faut changer le fusil d'épaule. L'homme n'a pas encore compris pour changer. Pour camoufler l'échec et le désarroi, il a pris les devants pour dire au peuple que les trois personnes travaillent en complicité avec l'état. Mais, lui pour qui travaille-il? Moi, je vis et travaille en Europe, il en est de même pour Mr Kenese. Le mal burundais est que nos politiciens pour la plupart en tout cas sont malhonnêtes et menteurs de surcroît. Avec cette mauvaise culture le Burundi n'avancera jamais.

Après la conférence de presse faite avant hier à Bujumbura par HABIMANA Pasteur et KENESE Jacques, NYOTORI Ahmed qui se réclame être toujours membre des FNL sort aussi de l'ombre pour faire cette déclaration sur l'état des faits.

Lire la suite...
 
Burundi : dissensions au sein de l'ex-rébellion des FLN Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 15/09/2009 – Source AFP

Jacques KeneseD'anciens cadres de l'ex-rébellion des Forces nationales de libération (FNL), récemment exclus pour "trahison", ont énergiquement contesté mardi à Bujumbura la "légitimité" du chef de leur parti Agathon Rwasa.

"Constatant la dérive dictatoriale d'Agathon Rwasa, le président du parti FNL, et les innombrables fautes qu'il a commises, notamment en refusant de convoquer un congrès ordinaire de notre parti et en excluant des membres susceptibles d'avoir une vision autre que la sienne, (...), nous avons décidé de porter plainte contre M. Rwasa", a annoncé Jacques Kenese, un exclu des FNL.

"Le dernier congrès de notre parti a eu lieu en 2004 alors que les statuts du FNL en prévoient un tous les trois ans. De ce fait, Agathon Rwasa n'a plus de légitimité à la tête de notre parti", a-t-il poursuivi, sous les applaudissements de "plus de 200 militants du FNL", réunis dans un grand hôtel de Bujumbura.

Lire la suite...
 
Burundi : La nouvelle loi électorale est en réalité un recul de la démocratie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 14/09/2009

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationaleL'Assemblée nationale burundaise a adopté vendredi un projet de Code électoral négocié entre le parti présidentiel (CNDD-FDD) et les deux autres partis de la coalition gouvernementale (FRODEBU et UPRONA).

Selon certains observateurs, le consensus - obtenu à la suite de pressions exercées par la communauté internationale qui a lié son financement du processus électoral à la négociation d'un tel accord - est en réalité un grand recul de la démocratie par rapport à la loi électorale de 2005.

Ainsi, apprend-on de source sur place, après une nuit de débat et marchandages, l'UPRONA a gagné le système des forts restes et le maintien du système de cooptation qui lui est favorable, croit-il, et le FRODEBU a gardé le coq sur le bulletin de vote, emblème qu’il se disputait avec son aile dissidente FRODEBU-Nyakuri de Jean Minani.

Lire la suite...
 
Burundi : L’Assemblée nationale trouve un accord et adopte le Code électoral Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

MISNA, 11/9/2009

Au terme de 18 heures de débats houleux, l'assemblée nationale a fini par adopter dans la nuit de jeudi le nouveau code électoral, qui suscitait de virulentes critiques depuis plus de deux mois entre la majorité et l'opposition.

Le texte prescrit notamment que le processus électoral commencera par des communales, conformément aux requêtes présentées par l'opposition.

Adoptée presque à l'unanimité, la disposition devra maintenant être approuvée par le sénat avant d'être définitivement promulguée.

Lire la suite...
 
Le processus électoral au Burundi remis sur les rails Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 11/09/2009

 Bujumbura, Burundi - L'Assemblée nationale du Burundi a adopté un projet de nouveau code électoral plus consensuel qui devra régir les élections générales de 2010, a appris la PANA vendredi de source parlementaire à Bujumbura.

Le vote avait été retardé par des divergences de vues entre les députés de la mouvance présidentielle et ceux de l'opposition, notamment en ce qui concerne le type de bulletin de vote à utiliser, la caution jugée trop élevée pour prétendre à la magistrature suprême ou encore l'ordre des cinq scrutins au programme des élections générales de 2010.

Concernant l'ordre des scrutins, le nouveau code électoral, qui doit encore passer au Sénat pour avoir force de loi, prévoit d'abord les élections communales, ensuite la présidentielle, puis celles des députés et sénateurs et enfin les élections zonales.


 
Burundi : l'Assemblée nationale adopte à l'unanimité un nouveau Code électoral Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 11/09/2009 - Source AFP

Pie NtavyohanyumaL'Assemblée nationale burundaise a adopté à la quasi-unanimité vendredi à l'aube, après une nuit de débat, un projet de Code électoral négocié entre le parti présidentiel et l'opposition.

Le nouveau Code électoral a été adopté à 98 voix pour, une voix contre, et 8 abstentions, "après toute une journée de négociation et une nuit de débat", a indiqué le président de l'assemblée, Pie Ntavyohanyuma.

"Nous voulons saluer le travail accompli par chaque famille politique, (...) cela nous a permis d'aboutir à ce Code électoral consensuel qui va permettre à notre pays d'aller vers des élections apaisées, justes et transparentes", s'est félicité M. Ntavyohanyuma.

Lire la suite...
 
Le CNDD-FDD a publiquement retiré sa confiance à la CENI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 10/09/2009

MISNA, 9/9/2009 - LE GOUVERNEMENT CENSURE LA COMMISSION ÉLECTORALE

Le parti du régime a publiquement retiré sa confiance à la Commission électorale indépendante (Ceni), soutenant que l'organisme, qui chargé de préparer les élections générales de 2010, est rallié à l'opposition, indique l'agence de presse locale Netpress, précisant que les déclarations de Gelase Daniel Ndabirabe, secrétaire général du Conseil national pour la défense de la démocratie/Forces de défense de la démocratie (Cndd-Fdd), ont contribué à alimenter les tensions politiques qui sévissaient déjà dans le pays.

Selon d'autres sources, le ministère de l'Intérieur aurait par ailleurs bloqué les fonds de la Ceni pour les mois de juillet, août et septembre.

Lire la suite...
 
Burundi : le gouvernement bloque les fonds de la Commission électorale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 09/09/2009 – Source AFP

Le gouvernement burundais bloque depuis deux mois les frais de fonctionnement destinés à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), chargée de préparer les élections générales de 2010 dans ce pays, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

"Après avoir débloqué une première tranche qui a couvert mai et juin, le ministre de l'Intérieur Edouard Nduwimana bloque quelque 200 millions de francs burundais (162.000 dollars) qui devaient couvrir les frais de fonctionnement de la CENI pour juillet, août et septembre", a indiqué un ministre du gouvernement, sous couvert d'anonymat.

Lire la suite...
 
Ce mercredi 09 septembre 2009 : jour de tous les dangers au Parlement burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 08/09/2009

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale du BurundiL’Assemblée nationale du Burundi a été convoquée en session extraordinaire pour la période du 07 au 19 septembre 2009. Selon le calendrier dont ARIB.INFO s’est procuré une copie que nous publions en intégralité, une date retient tout particulièrement l’attention du public.

Il s’agit du mercredi 09 septembre 2009, dans l’après midi (15h00, heure locale), date à laquelle la chambre basse du Parlement burundais est appelée à se réunir en séance plénière pour l’« Analyse et adoption du projet de loi portant révision de la loi n°1/015 du 20 Avril 2005 portant Code Electoral », projet qui fait actuellement l’objet d’une vive polémique au sein de la classe politique burundaise.

Lire la suite...
 
Burundi : Président ou pasteur, il faut choisir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 07/09/2009 – Source Journal du Jeudi

Le président Pierre Nkurunziza et son épouse, entourés des plus hautes autorité du pays, tous en pleine séance de prièreÇa se passe au Burundi. Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a organisé cinq jours de prière  [NdlR : du 26 au 30 août 2009] pour louer le Seigneur, qui a protégé son pays et son peuple pendant les quatre dernières années.

[Sur la photo de g à d : le président de l'Assemblée Nationale, le Président de la République et la 1ère Dame, le président du Sénat et le 2ème vice-président de la République ; tous en train de louer le Seigneur. Photo  iwacu-burundi]

"C’est la première fois que les autorités élues par le peuple viennent de passer quatre ans au pouvoir saines et sauves", a souligné le chef de l’Etat, qui a estimé que cela n’était pas le fruit du hasard.

Pour lui, tout pouvoir émane de Dieu, ce qui, chaque jour anniversaire, amène sa famille à organiser une prière.

Lire la suite...
 
FNL : Exit Pasteur Habimana Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/09/2009

Pasteur HabimanaL’ancien porte-parole des ex-rebelles des Forces nationales de libération (FNL), Pasteur Habimana, de son vrai nom Metuschélah Nikobamye, a été définitivement exclu du parti, a annoncé le président du FNL, Agathon Rwasa, au cours d’une conférence de presse tenue début de la semaine.

L’ancien porte-parole des FNL est accusé de détournement d’argent et de travailler de mèche avec le parti au pouvoir CNDD-FDD, ont rapporté les radios locales.

M. Rwasa a indiqué que Pasteur Habimana collabore directement avec Gélase Ndabirabe, secrétaire général du CNDD-FDD, pour détruire le parti FNL.

Lire la suite...
 
Burundi : les élections de 2010 devraient coûter 43 millions de dollars Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/09/2009 – Source AFP

Les élections générales de 2010 au Burundi coûteront environ 43 millions de dollars et devraient être financées à plus de 80% par la communauté internationale, a annoncé jeudi le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

"Nous avons travaillé avec une mission d'évaluation des Nations unies et nous avons trouvé que le budget global des élections de 2010 au Burundi se chiffre à 43 millions de dollars américains", a déclaré Pierre Claver Ndayicariye.

Lire la suite...
 
Burundi : Le pouvoir veut son code électoral Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

La Libre Belgique, 01/09/2009

Marie-France Cros

Le parlement burundais a ouvert un débat ce lundi sur le futur code électoral. Le parti présidentiel se retrouve seul face à tous les autres partis. Tension.

 L’assemblée nationale burundaise, réunie en session plénière, a commencé lundi à Bujumbura un débat sur le code électoral devant régir les scrutins de 2010 - année d’élections présidentielle, législatives et locales.

Il y a quelques semaines, les Nations unies, qui organisent des réunions entre partis burundais, avaient obtenu une rencontre pour dégager un consensus sur le code électoral à soumettre à l’assemblée nationale, en vue de la prochaine année électorale. Un consensus s’était dégagé jusqu’à ce que la classe politique découvre que le CNDD-FDD, parti présidentiel et grand vainqueur des élections générales de 2005, présentait un autre projet de code après que ses représentants à la réunion onusienne eurent marqué leur accord sur le texte commun.

Les principales divergences entre les deux projets sont trois.

Lire la suite...
 
Code électoral : Sous la pression internationale, le CNDD-FDD temporise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

APA, 31 août 2009 - La classe politique burundaise appelée à renouer le dialogue pour les élections de 2010

Bujumbura (Burundi) - La communauté internationale a demandé ce week-end aux hommes politiques burundais de renouer le dialogue afin d’aboutir à un cadre légal inclusif pour les élections de 2010, indique un communiqué du Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB).

Selon ce communiqué des pays et organisations dont l’Afrique du Sud, la Tanzanie, les Etats-Unis, l’Union européenne et les Nations Unies, ont réuni les partis politiques représentés au Parlement.

Il s’agit notamment du Conseil national pour la défense de la démocratie-forces nationales pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), l’Union pour le progrès national (UPRONA), le Front pour la démocratie au Burundi (FRODEBU), le Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD) et le Mouvement pour la réhabilitation du citoyen (MRC), pour leur exprimer leur inquiétude vis à vis de l’interruption du consensus qui avait abouti au projet de Code électoral actuellement en étude au Parlement.

Lire la suite...
 
Discours-bilan de Nkurunziza pour le 4è anniversaire de son accession au pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 27/08/2009

Pierre NkurunzizaBurundaises, Burundais,

Amis du Burundi,

1. Nous commençons par remercier le Dieu Tout Puissant qui nous a conduits jusqu’à ce jour, où nous célébrons le quatrième anniversaire des Institutions démocratiquement élues.

2. En effet, vous vous en souvenez tous, c’était le 26 Août 2005 lorsque nous avons prêté serment pour conduire les destinées du Burundi. A cette occasion, nous avons accepté solennellement la mission nous confiée par le peuple, et nous nous sommes engagé à l’accomplir sans tergiverser, pour le bien et l’intérêt général de toute la nation.

3. Aujourd’hui donc, je voudrais passer en revue avec vous les réalisations faites et dire où nous en sommes avec la mission nous confiée, car selon la nouvelle dynamique que nous avons impulsée, toute personne nantie d’un quelconque pouvoir doit désormais présenter un rapport au peuple qui l’a choisi et élevé à cette dignité.

Lire l'intégralité du discours


 
Pierre Nkurunziza promet un scrutin transparent au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 27/08/2009

Bujumbura, Burundi - Le chef de l'Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a promis, mercredi soir, des "élections libres et transparentes" en 2010 dans son pays et des facilités aux observateurs étrangers qui viendront les couvrir.

"Les élections auront lieu dans les délais prévus par la constitution et se dérouleront dans de bonnes conditions et à la satisfaction de tout le monde", a-t-il assuré dans un message à la nation à l'occasion du 4ème anniversaire de son régime, issu des premières élections générales post-conflit de 2005.

Lire la suite...
 
Nkurunziza, un anniversaire très amer, 4 ans après son accession au pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Net Press, 26 août 2009 - « 26 août 2005 - 26 août 2009 : de l’euphorie à la désillusion », selon notre correspondant à Montréal.

26/08/2005 : Nkurunziza prête serment comme Président de la RépubliqueMontréal – « Le 26 août 2005, au palais des congrès de Kigobe, le monde entier nous regardait avec admiration lors de l’investiture de Pierre Nkurunziza comme successeur de Domitien Ndayizeye. C’était la fin de l’interminable transition inaugurée par un éternel revenant, un président double fois putschiste malgré sa défaite cuisante de juin 1993. Le Cndd-Fdd venait de déposer les armes moins de deux ans auparavant et les élections de la base au sommet qui venaient de durer près de trois mois étaient érigées en modèle sur l’ensemble du continent africain. Dans la foulée, le nouveau chef de l’Etat annonça à la face du monde la gratuité de l’enseignement à l’école primaire sous les applaudissements nourris de la communauté internationale, en tête de laquelle l’Unicef et l’Unesco.

« Quatre ans plus tard, jour pour jour, après cette journée euphorique du 26 août 2005, la désillusion est terrible et est à la mesure de l’immense espoir suscité par la victoire du Cndd-Fdd. Pour un parti qui ne cessait de déclarer avoir pris les armes pour défendre la démocratie avec ses valeurs inhérentes de paix, de justice, de bonne gouvernance, de liberté et de respect des droits de l’homme, le revirement n’aura pas attendu longtemps pour tourner à 180°. Moins d’une année plus tard, des Hutu innocents étaient massacrés par un pouvoir hutu, un ancien président Hutu et un ancien vice-président Tutsi de Bururi étaient jetés en prison pour des accusations purement imaginaires, des journalistes étaient embastillés pour avoir osé « réfléchir » au lieu de reproduire fidèlement ce qui a été dit…

Lire la suite...
 
Feuilleton d'un opposant politique au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 12/08/2009

Alexis SinduhijeBujumbura, Burundi - Le président du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD, opposition), Alexis Sinduhije, a brièvement comparu, mercredi, devant le parquet de Bujumbura, pour répondre d'une plainte en "diffamation" portée contre lui par le service national de renseignement (SNR, gouvernemental), apprend-on de la défense du prévenu.

La plainte intervient une semaine après des déclarations publiques de M. Sinduhije selon lesquelles il avait des preuves accablantes impliquant le CNR dans la planification de tueries à caractère ethnique dans le pays, pour ensuite faire porter le chapeau au MSD, dans le but de nuire à la réputation du mouvement politique.

Lire la suite...
 
La CENI appelle à la neutralité des corps de défense et de sécurité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 10/08/2009

Bujumbura, Burundi - Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Burundi, Pierre Claver Ndayicariye, a convié lundi les gestionnaires des corps de défense et de sécurité autour des enjeux électoraux de 2010 pour leur demander d'observer une "stricte neutralité " le moment venu.

L'impartialité de ces corps contribuera à un processus électoral apaisé et crédible, a souligné en substance le patron de la CENI, ajoutant que la période électorale demande à chaque citoyen en général de mettre en avant l'intérêt supérieur de la nation et aux éléments des corps de défense et de sécurité en particulier d'être non partisans.

Lire la suite...
 
La presse belge s'intéresse au Rapport de l'UE sur la "dérive autoritaire" du CNDD-FDD Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

RTBF, 09.08.09

L'UE craint une "dérive autoritaire" au Burundi

La presse burundaise fait depuis plusieurs jours grand cas d'un rapport de l'Union européenne qui dénonce une "dérive autoritaire" du parti présidentiel, le CNDD-FDD du président Pierre Nkurunziza.

"Le Burundi entre dans une nouvelle phase avec la préparation des élections générales dans un climat qui s'annonce tendu et avec un risque élevé de violence de la part des factions politiques perdantes. La tentation est forte du côté du parti au pouvoir, le CNDD-FDD (Conseil national pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie), d'organiser un scrutin "à sa main". Le risque de violences postélectorales est jugé important, compte tenu du système politique du type "the winner takes all", indique ce document confidentiel dont l'agence ARIB.INFO a obtenu une copie.

Lire la suite...
 
Un opposant burundais libéré après sa garde a vue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PANA, 04/08/2009

Alexis SinduhijeBujumbura, Burundi - Le leader du mouvement pour la sécurité et la démocratie (MSD, parti de l'opposition), Alexis Sinduhije et une vingtaine de militants et sympathisants ont recouvre la liberté, mardi matin, au bout de 48 heures de garde a vue pour "tenue illégale d'une réunion publique" a Ruyigi, une province de l'est du Burundi, apprend-on du prévenu.

Selon le patron du MSD, la Police n'était pas convaincue qu'il s'était rendu a l'intérieur du pays pour une "simple visite familiale", en raison de la délégation "imposante" qui l'avait accompagne.

Le hasard avait voulu que le ministre de l'Intérieur, Edouard Nduwimana, qui tenait, le même jour, une réunion avec les gouverneurs de province et administrateurs communaux, informe ces derniers de la décision d'interdiction de toute réunion de parti politique, sans l'aval de l'administration, par crainte de désordres a l'approche des élections générales de l'été 2010 dont la campagne officielle n'avait pas encore été lancée.


 
Burundi : l'église s'inquiète d'élections qui ne seraient pas libres Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

@rib News, 03/08/2009 – Source AFP

L'église catholique a mis en garde contre l'organisation d'élections qui ne seraient pas libres en 2010 dans une lettre pastorale publiée lundi.

"Nous sommes préoccupés par le fait que la population pourrait ne pas être libre de faire son choix librement au cours des élections de 2010 à cause des actes d'intimidation (qu'elle subit) et de nombreuses armes détenues illégalement dans le pays", déclarent les huit évêques catholiques du Burundi.

L'église catholique, dont les fidèles représentent 70% de la population burundaise, est la plus influente du pays et a déjà mis en garde à plusieurs reprises contre "les dérives autoritaires du pouvoir".

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 141 142 143 144 145 146 147 148 Suivante > Fin >>

Résultats 3526 - 3550 sur 3700

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher