topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ce Site web ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction d’ARIB.INFO. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Tanzanie : Fin du programme de rapatriement des réfugiés burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

UN News Centre, 30 octobre 2009

L'une des situations de réfugiés les plus anciennes au monde a franchi vendredi une étape déterminante avec le retour dans leur pays d'origine de 400 Burundais qui avaient fui vers la Tanzanie en 1972, concluant un programme de rapatriement volontaire qui a débuté il y a un an et demi, a indiqué le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Ces 400 personnes devaient quitter vendredi après-midi Katumba, l'une des «anciennes zones d'installation» situées dans l'ouest de la Tanzanie, a précisé le HCR.

Elles devaient voyager en train depuis la gare via laquelle elles sont arrivées il y 37 ans après avoir fui l'éruption de violences ethniques qui avaient causé la mort d'environ 200.000 civils burundais. Depuis mars 2008, le HCR a aidé 53.500 réfugiés vivant dans les « anciennes zones d'installation » à rentrer dans leur pays d'origine. Le rapatriement volontaire des réfugiés burundais arrivés en 1972 s'est déroulé dans le cadre d'un programme inédit lancé avec le gouvernement tanzanien pour mettre fin à cette situation de réfugiés prolongée.

Dans le cadre de ce même programme, 162.000 personnes parmi les réfugiés burundais arrivés en 1972 dans ces « anciennes zones d'installation » ont demandé la citoyenneté tanzanienne. Depuis le mois d'août, quelque 29.000 d'entre eux ont déjà été naturalisés. Le gouvernement tanzanien a pour objectif d'achever le programme de naturalisation d'ici la fin de cette année concernant les 133.000 candidats restants.

La Tanzanie accueille également des réfugiés burundais ayant fui leur pays en 1993. Ces réfugiés étaient principalement hébergés dans des camps de réfugiés dans les provinces de Kigoma et de Kagera au nord-ouest du pays. Tous ces camps sont désormais fermés, à part un seul camp restant encore en activité. Des réfugiés burundais avaient par ailleurs fui à cette même période vers la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et l'Ouganda.

Avec la restauration progressive de la paix au Burundi, plus d'un demi-million de réfugiés burundais sont rentrés dans leur village d'origine, y compris plus de 430.000 d'entre eux depuis des camps situés en Tanzanie. Il reste désormais encore 36.000 réfugiés burundais à Mtabila, l'un des camps encore ouverts en Tanzanie ainsi qu'un autre groupe de 21.500 réfugiés en RDC, au Rwanda et en Ouganda.

Le HCR travaille étroitement avec le gouvernement du Burundi et les gouvernements des pays d'asile pour promouvoir activement le retour des réfugiés burundais restants. Ces efforts sont conduits dans le cadre d'une stratégie globale et d'une feuille de route qui mèneront en fin de compte à la cessation du statut de réfugié pour les Burundais.

Parallèlement, au Burundi, le HCR aide des rapatriés à résoudre des problèmes auxquels ils sont confrontés pour récupérer leurs terres en leur fournissant des hébergements temporaires et en œuvrant pour une résolution pacifique des conflits fonciers apparaissant après une longue absence. Le gouvernement et ses partenaires des Nations Unies aident par ailleurs à l'installation de rapatriés qui se retrouvent sans terre dans des villages construits à cet effet, dont six d'entre eux ont été ouverts en 2008 et en 2009.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher