topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le pouvoir burundais presse la rébellion d'observer le cessez-le-feu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 09/07/2008

Bujumbura, Burundi - Le gouvernement burundais a proposé unilatéralement, mercredi, un calendrier très serré de mise en application effective d’un accord de cessez-le-feu avec le Parti pour la libération du peuple hutu/Front national de libération (PALIPEHUTU-FNL, rébellion), un accord en souffrance depuis bientôt deux ans.

Dans l’immédiat, le pouvoir de Bujumbura voudrait voir le dernier mouvement rebelle encore actif dans le pays remettre une liste exhaustive de tous ses combattants au Mécanisme de vérification et de suivi (MCVS) de l’accord de cessez-le-feu, selon les termes d’une déclaration lue, mercredi, à la presse par le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Mme Hafsa Mossi.

Le gouvernement souhaite également que le PALIPEHUTU-FNL enchaîne sans tarder avec les opérations de rassemblement de ses troupes encore éparpillées dans différents coins du pays.

Le calendrier gouvernemental propose ensuite l’identification, la vérification et le désarmement des combattants rebelles.

La démobilisation et la réintégration des combattants dans une nouvelle vie socio-professionnelle devraient avoir lieu avant fin juillet.

Le mois d’août serait consacré à la formation pour familiariser les ex-combattants rebelles du PALIPEHUTU-FNL aux techniques militaires de la Force de défense nationale (FDN), souhaite-on encore du côté du pouvoir central à Bujumbura.

"On veut bien suivre le calendrier, mais il faut une reconnaissance préalable de notre mouvement en tant que parti politique agréé", a aussitôt rétorqué, de son côté, le porte-parole du PALIPEHUTU-FNL, Pasteur Habimana.

Mais c’est sans compter avec les sérieuses réserves déjà exprimées par le pouvoir burundais qui ne veut pas voir un parti politique se réclamant d’une ethnie recevoir l’agrément sans changer préalablement de dénomination.

Le gouvernement se base en cela sur une disposition constitutionnelle qui n’autorise pas l’agrément de parti politique se réclamant d’une ethnie, région ou religion.

"Le pouvoir a négocié la paix avec le PALIPEHUTU-FNL et c’est sous cette appellation qu’il faudra nous accepter demain encore", a soutenu le porte-parole du mouvement rebelle.

Au demeurant, les enchères et surenchères entre l’Etat burundais et la rébellion, sur fond d’accusations mutuelles de violation du cessez-le-feu sur le terrain ne font que monter.

Les violents combats aux armes lourdes du mois d’avril dernier sont encore frais dans la mémoire des habitants de Bujumbura, la capitale du Burundi et ses environs immédiats, où l'on a compté plus de 120 tués et des dizaines de milliers de déplacés forcés en quelques jours.

Intégralité de la Déclaration du Gouvernement burundais 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher