topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : BURUNDI - PEINE RÉDUITE DE 32 ANS À UN AN DE PRISON POUR GERMAIN RUKUKI. Une Cour d’appel du Burundi a ramené lundi de 32 ans à une année de prison la peine de Germain Rukuki, un militant des droits de l’homme condamné pour avoir participé à des manifestations contre le président Nkurunziza en 2015. [@rib News, 22/06/2021 – Source AFP] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ce Site web ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction d’ARIB.INFO. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le blues de la jeune Inspection générale d'Etat du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 23/07/2008

Bujumbura, Burundi - La jeune Inspection générale d'Etat du Burundi aura du mal à lutter efficacement contre la corruption et les malversations économiques qui gangrènent le pays, si elle ne bénéficie pas de la "franche et bonne collaboration des services habilités du ministère de la Justice".

La jeune Inspection générale d'Etat du Burundi aura du mal à lutter efficacement contre la corruption et les malversations économiques qui gangrènent le pays, si elle ne bénéficie pas de la "franche et bonne collaboration des services habilités du ministère de la Justice".

Ce cri du cœur a été lancé mercredi à Bujumbura par le patron de cet important service de l'Etat, créé par décret en juin 2006 et placé sous la tutelle directe du méga ministère à la présidence chargé de la Bonne gouvernance, de la Privatisation, de l'Inspection de l'Etat et de l'Administration du territoire.

Le contrôle des deniers publics revenait jusque-là à l'Inspection générale des Finances, domiciliée au ministère de l'Economie nationale.

L'efficacité n'est pas encore au rendez-vous dans la tentative d'éradiquer les pratiques de corruption et de malversations économiques et financières au Burundi, malgré la nouvelle orientation politique nationale, a estimé l'actuel Inspecteur général de l'Etat, Alexandre Nakumuryango.

Après 14 mois d'exercice, M. Nakumuryango a assuré avoir transmis une quarantaine de rapports sur des pratiques non-orthodoxes, mais ceux- ci sont toujours en souffrance quelque part dans les tiroirs des magistrats-instructeurs.

Le haut fonctionnaire burundais s'est aussi étonné du fait qu'aucun magistrat n'est venu le voir à ce jour pour se faire éclairer sur un quelconque élément qui empêcherait d'enclencher le suivi judiciaire des rapports transmis.

A côté des actions judiciaires et répressives, M. Nakumuryango a suggéré que soient revus à la hausse les salaires des fonctionnaires de l'Etat, "si l'on veut lutter plus efficacement contre les crimes économiques de tous genres qui portent un lourd préjudice au maigre Trésor public".

"Lorsque vous donnez un salaire indécent à un fonctionnaire de l'Etat, il ne faut pas lui demander après d'être vertueux", a-t-il souligné en substance.

Selon une source proche de l'Observatoire indépendant de lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOM), il existerait plus de 470 dossiers de détournements des deniers publics totalisant quelque 186 milliards de Francs burundais (près de 186 millions de dollars).

Des brigades et une cour anticorruption ont été créées sous le nouveau régime, mais elles n'ont pas encore fait leurs preuves aux yeux de l'opinion publique.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher