topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

France-Burundi : une décision qui « met à mal les efforts diplomatiques » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Cooperation

Secours Catholique, 31/07/2019

Burundi : « Notre pays s'enfonce dans une crise des droits humains »

Alors que l’Union européenne a suspendu depuis 2016 toute coopération directe avec le Burundi suite aux violations des droits de l’homme, la France vient d’annoncer la reprise progressive de sa coopération dans le domaine de la défense et un financement de 50 millions de dollars dans celui de l’éducation.

Paris justifie une main tendue dans l’espoir de faire bouger les lignes dans un pays en proie à une crise politico-humanitaire.

Tournons la page, partenaire du Secours Catholique, critique une décision qui met à mal les efforts diplomatiques.

ENTRETIEN AVEC JANVIER BIGIRIMANA, DE TOURNONS LA PAGE BURUNDI

En quoi la reprise de la coopération de la France avec le Burundi vous inquiète-t-elle ?

Je ne comprends pas cette reprise de la coopération sans conditions, alors que la situation des droits humains et du respect des libertés publiques empire au Burundi. La France est membre de l’Union européenne, elle y a un poids et elle sème la confusion avec cette décision.

Pour moi, elle met à mal les efforts européens qui consistent, via des sanctions depuis 2016, à faire pression en vue d’une ouverture démocratique et d’une amélioration des droits humains au Burundi avant les élections de 2020. Là, la France encourage le Burundi dans une mauvaise voie.

« En coopérant dans le domaine de la défense, la France renforce les capacités de défense du Burundi, ce qui amplifie les moyens de répression des citoyens par les forces de sécurité. »

Et avec sa coopération dans le domaine de la défense, la France renforce les capacités de défense du Burundi, ce qui amplifie les moyens de répression des citoyens par les forces de sécurité.

Car le rapport de la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi l’a montré : les forces de sécurité burundaises sont impliquées dans la répression et les violations des droits de l’homme. Le Burundi s’enfonce dans une crise des droits humains et il aurait fallu négocier une coopération sous conditions d’ouverture démocratique.

Quelle est la situation actuelle au Burundi ?

Le pays traverse une crise politique majeure depuis 2015 suite à la volonté du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat en violation de la Constitution et de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi de 2000.

Les citoyens burundais étaient sortis manifester pacifiquement et ils ont été réprimés dans le sang. La vague de violence a fait plus de 1700 morts. Depuis, nous connaissons des assassinats, des viols, des tortures, des disparitions forcées et des emprisonnements arbitraires.

L’impunité est de mise vu que le système judiciaire est ligoté : les victimes de la répression n’ont plus de recours. Beaucoup de militants des droits de l’homme et d’opposants politiques sont en exil, moi-même j’ai dû partir.

On peut parler de crise politico-humanitaire avec 400 000 Burundais en exil. Les médias indépendants ont été fermés. Même les médias internationaux comme Voice of America et BBC ont été interdits d’émettre. RFI a reçu une mise en garde. En 2017, la CPI a même ouvert une enquête pour crimes contre l’humanité au Burundi.

L’élection présidentielle est prévue en mai prochain. Quel est le climat actuel après le référendum constitutionnel de 2018 qui devrait permettre au président de briguer deux nouveaux mandats de sept ans ?

L’opposition est réprimée. Les locaux des partis d’opposition sont brûlés ou fermés. La plupart des opposants politiques qui étaient contre ce référendum ont été assassinés ou emprisonnés. Le climat est très tendu à l’approche de l’élection. La liberté d’expression des Burundais est contrôlée, voire vérouillée. On va vers un scrutin truqué, sans transparence, et avec une répression inquiétante.

Comment travaille Tournons la page Burundi dans ce contexte ?

Beaucoup de nos membres sont en exil. Sur place, c’est devenu dangereux de travailler en mobilisant la population. Toute voix dissidente risque d’en payer le prix.

À l’étranger, nous nous rencontrons régulièrement et nous lançons un appel à la communauté internationale - et en particulier à l’Union africaine et à l’ONU - pour que soient prises des mesures contraignantes envers le régime burundais afin d'obliger le gouvernement à négocier avec les opposants et à respecter les droits de l’homme.

C’est dans ce contexte que la décision de la France de reprendre la coopération est inquiétante. La communauté internationale devrait plutôt prendre des mesures plus contraignantes, en collaboration avec les États membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est, pour négocier une résolution pacifique de la crise qui a trop duré.

PROPOS RECUEILLIS PAR CÉCILE LECLERC – LAURENT

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher