topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : au moins 13 "bandits armés" et un policier tués dans des affrontements Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

@rib News, 24/02/2020 – Source AFP

Au moins treize « bandits armés » et un policier burundais ont été tués dimanche dans la province de Bujumbura-rural (ouest), lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, ont annoncé à l’AFP lundi un responsable administratif et des témoins.

« Hier après-midi (dimanche), un groupe de bandits armés en provenance de la commune voisine de Nyabiraba est entré dans notre commune de Mutambu où la population et les forces de l’ordre, qui avaient été prévenues, l’attendaient de pied ferme », a expliqué l’administrateur de Mutambu, Jean-Pierre Niyongabo, joint par téléphone.

Dans la terminologie officielle, le terme « bandits armés » désigne les membres des nouvelles rébellions nées de la contestation contre le 3e mandat du président Pierre Nkurunziza.

Des combats ont eu lieu pendant deux heures sur la colline de Nyankere, à l’issue desquels on « a retrouvé treize cadavres de bandits armés et l’un d’eux a été arrêté », a précisé M. Niyongabo. « Nous déplorons malheureusement un policier tué, et un civil et un policier blessés », a-t-il ajouté.

Cette colline est située à environ 30 km à l’est de Bujumbura, la capitale économique, dans une zone totalement enclavée de la province de Bujumbura-rural, sans routes, communications ni électricité.

Le responsable administratif a fait état d’opérations de « ratissage » pour « retrouver le reste de la bande ».

« Aucun des assaillants n’a été reconnu par les habitants de la commune », a-t-il ajouté, disant espérer que l’individu arrêté fournirait des informations.

Deux témoins ont confirmé ces affrontements à l’AFP , en expliquant que des Imbonerakure, membres de la ligue de jeunesse du parti au pouvoir, « dont certains armés de kalachnikovs », étaient en première ligne aux côtés de l’armée et de la police.

« Certains parmi ces assaillants ont été tués par balle ou égorgés après leur arrestation (…) J’en ai vu au moins deux avec les bras attachés dans le dos », a affirmé à l’AFP l’un de ces témoins, sous le couvert de l’anonymat.

Niyongabo a démenti, parlant de « mensonges sans aucun fondement ». Les Imbonerakure, qualifiés de milice par l’ONU, sont accusés d’être un des bras armés du pouvoir dans la répression en cours.

Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, avait surpris en annonçant en juin 2018 qu’il ne se présenterait pas à sa succession en 2020, alors que la nouvelle Constitution adoptée par référendum le lui permettait.

L’annonce en 2015 de sa candidature à un troisième mandat avait plongé le Burundi dans un cycle de violences et de violations massives des droits humains qui ont fait 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes, selon les estimations de la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête.

Son parti a choisi pour tenter de lui succéder lors de la présidentielle du 20 mai l’un de ses proches, le général Evariste Ndayishimiye.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher