topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
RSF appelle à la libération et l’acquittement de quatre journalistes au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 05.05.20

BURUNDI

RSF réclame la libération immédiate et sans condition des quatre journalistes d’Iwacu

Alors que s’ouvre ce mercredi le procès en appel des quatre journalistes burundais arbitrairement emprisonnés depuis plus de six mois, Reporters sans frontières (RSF) exhorte les autorités à prononcer leur libération immédiate et l’abandon total des charges qui pèsent contre ces reporters qui n’ont rien à faire en prison.

“Il y a eu beaucoup de larmes, mais la rédaction n’est pas découragée. C’est un devoir de garder la flamme de l’information allumée”, confie l’un des cadres d’Iwacu qui espère que le procès en appel qui s’ouvre ce mercredi 6 mai permettra à ses collègues Christine KamikaziAgnès NdirubusaTérence Mpozenzi et Egide Harerimana de retrouver la liberté après plus de six mois passés derrière les barreaux.

Les quatre journalistes ont été arrêtés le 22 octobre 2019 alors qu’ils étaient venus couvrir une attaque surprise d’un groupe de rebelles burundais basé dans l’est de la RDC. Accusés de complicité avec les assaillants, les journalistes n’ont pourtant eu aucun lien avec eux comme l’avait clairement démontré leur procès en première instance. En vain, le 30 janvier dernier, les quatre reporters ont été condamnés à deux ans et demi de prison ferme et un million de francs burundais (482 euros) d’amende chacun, pour “tentative de complicité d’atteinte à la sécurité de l’État”.

“Si la justice se base sur les faits et dit le droit, la libération et l’acquittement de ces quatre journalistes est la seule issue possible de ce procès en appel, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Ils n’ont fait que leur métier en allant couvrir un sujet qui aurait amené n'importe quelle rédaction du monde à envoyer une équipe de reporters sur le terrain. Nous exhortons les autorités à les libérer et à abandonner les charges qui pèsent contre eux. Ces journalistes, comme l’ensemble de la presse du Burundi, devraient pouvoir aborder tous les sujets, y compris les plus sensibles, sans crainte de représailles à l'approche de l’élection présidentielle du 20 mai. L’accès à une information libre, indépendante et critique est une condition indispensable à la tenue d’un scrutin crédible et transparent."

La pétition lancée par RSF pour demander leur libération a déjà recueilli près de 7000 signatures depuis le début de l’année. Le journal Iwacu, l’un des derniers bastions de la presse libre et indépendante au Burundi, est régulièrement visé par les autorités, son site internet bloqué et ses journalistes continuellement menacés dans le cadre de leur travail. Un député a récemment menacé “d’écraser la tête” des journalistes de cette rédaction après un article qui lui avait déplu. Un des journalistes les plus connus d’IwacuJean Bigirirmana, enlevé en juillet 2016 est porté disparu depuis.

Iwacu n’est pas le seul média sous pression. Deux grandes radios internationales, la BBC et VOA ont été suspendues indéfiniment de manière complètement arbitraire. Le verrouillage du paysage médiatique est tel que RSF avait alerté sur le risque de disparition de toute forme de journalisme indépendant à l’approche de l’élection présidentielle prévue le 20 mai 2020.

Depuis 2015, le Burundi a reculé de 15 places dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. Le pays occupe aujourd’hui la 160e position sur 180. 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher