topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Iwacu demande la libération de ses journalistes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Deutsche Welle, 07.05.2020

Les avocats des quatre journalistes d’Iwacu, l’un des médias d’opposition encore présents dans le pays demandent que ceux-ci soient acquittés. Ils sont accusés de tentative de complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Lors du procès en appel mercredi, les avocats de la défense avaient tenté pendant plus de deux heures, de prouver que le dossier d’accusation était vide.

La plaidoirie s’était déroulée en présence des quatre journalistes d’Iwacu accusés et de leur rédacteur en chef Léandre Sikuyavuga.

"La parole a été donnée à tout le monde, au ministère public, à nos journalistes et leurs avocats. Dans l’ensemble, je peux dire que ça s’est bien déroulé."

Le journal Iwacu demande la libération de ses journalistes. Or le ministère public lui oppose un sms envoyé par une des journalistes à une personne au Kenya. 

Message dans lequel elle indiquerait vouloir "aller aider des rebelles". Une pièce à conviction selon le ministère public mais qui est qualifié de plaisanterie par la défense et le rédacteur en chef d’Iwacu.

"L’argument ne tient pas parce que la journaliste a envoyé le message à un autre collègue. C’est un seul message et ce n’était même pas dans la première accusation. Comme ce n’était pas ça, on a dû changer. Pour nous, l’accusation du ministère public ne tient pas".  

Le soutien de RSF

Pour Arnaud Froger, le responsable Afrique de RSF (Reporter sans frontières), les quatre journalistes d’Iwacu n’auraient jamais dû être arrêtés, encore moins jugés.

"On espère qu’ils seront acquittés et remis en liberté puisqu’ils n’ont rien fait d’autre que leur métier. C’est le résultat d’un dossier qu’on a essayé de monter contre ces journalistes. J’en ai pour preuve qu’ils ont été dans un premier temps accusés de complicité et que le chef d’inculpation a été changé ou requalifié en tentative de complicité. Ce sont des accusations qui ne tiennent pas la route sur la base d’un seul sms échangé avec un ex-collègue de travail."

Pour les défenseurs des droits humains, chaque instant supplémentaire passé en détention par les journalistes présente un risque inacceptable pour leur santé surtout en cette période de pandémie du Covid-19.

Les journalistes avaient été condamnés en première instance, il y a quatre mois, à deux ans et demi de prison et une amende d'un million de francs burundais, soit 482 euros chacun. Ils sont accusés de tentative de complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Ils avaient été arrêtés en octobre dernier dans la province de Boubanza, dans le nord-ouest du Burundi alors qu’ils partaient couvrir l’incursion d’un groupe de rebelles burundais venu de la RDC.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher