topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Un orage se prépare au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Human Rights Watch, 15 mai 2020

Des experts de l’OMS ont été expulsés et des observateurs électoraux bloqués

Alors que la plupart des pays du monde essayent de ralentir la progression du Covid-19 et de limiter les pertes en vies humaines qu’il entraine, le Burundi expulse des experts de la santé.

Cette semaine, le gouvernement, qui refuse de reconnaître la menace que représente ce virus, a recouru à des tactiques familières en déclarant persona non grata le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le pays, ainsi que trois de ses experts, sans donner de raison.

À moins d’une semaine du jour où les Burundais se rendront aux urnes pour élire leur prochain président, leurs représentants locaux et leurs parlementaires, les tensions augmentent. Ces dernières semaines, des sources dans les secteurs médical et humanitaire ont fait part à Human Rights Watch de leurs préoccupations sur le fait que les autorités n’en font pas assez pour limiter la propagation de la maladie. Le Burundi n’a que 27 cas confirmés, mais des professionnels de la santé ont déclaré dans les médias que le gouvernement minimisait la crise et dissimulait le vrai nombre de morts.

À l’approche des élections du 20 mai, les autorités ont eu recours à des théories d’exceptionnalisme national et fait des déclarations menaçantes pour minimiser la menace du virus. Le gouvernement a également informé la Communauté d’Afrique de l’Est, que l’équipe d’observateurs électoraux serait soumise à une quarantaine obligatoire de 14 jours si elle se rendait au Burundi. Bien que des restrictions à la circulation pour faire face à la crise sanitaire soient justifiées lorsque cela est nécessaire et proportionné, pour que les élections soient équitables, le Burundi devrait veiller à ce qu’elles soient ouvertes à un suivi indépendant et à ce que justice soit rendue pour tout crime et abus. Les élections au Burundi risquent de se dérouler de fait à huis clos, ce qui semble être précisément le souhait des autorités.

Depuis qu’une crise politique a éclaté au Burundi en 2015, les autorités n’ont reculé devant aucune mesure pour réduire l’espace réservé aux voix dissidentes. Le Burundi refuse de coopérer avec les mécanismes internationaux et régionaux des droits humains et a fermé le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies au Burundi début 2019. Malgré des demandes répétées, la Commission d’enquête sur le Burundi mandatée par l’ONU n’a jamais été autorisé à se rendre dans le pays. Maintenant, ce sont les responsables de l’OMS qui ont été ajoutés à la liste des personnes interdites de séjour.

La Commission d’enquête sur le Burundi a fait état aujourd’hui d’une aggravation des tensions politiques, d’actes de violences, et d’arrestations parmi les membres et les candidats de l’opposition depuis le début de la campagne. Un orage se prépare au Burundi, mais après des années de répression dans ce pays, bien peu nombreux sont ceux qui peuvent témoigner et tirer la sonnette d’alarme.

Lewis Mudge

Directeur, Afrique centrale

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher