topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ce Site web ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction d’ARIB.INFO. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l'ombre de la Covid-19 derrière le décès du Pierre Nkurunziza Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

France Culture, 10/06/2020

 Officiellement le président burundais est décédé d'un arrêt cardiaque mais la presse africaine estime que c'est la Covid-19 qui l'a emporté, lui qui n'avait de cesse de minimiser sa gravité.

Survenu lundi à l'âge de 55 ans, c'est "un décès inopiné qui pose beaucoup de questions", selon le titre choisi pour son article par la spécialiste Afrique du Soir belge Colette Braeckman.

Beaucoup de questions, d'abord, sur les circonstances de ce décès officiellement du à une "crise cardiaque" mais justement l'insistance de la presse internationale à bien dire que c'est la cause "officielle" du décès, nous met la puce à l'oreille : quand du Washington Post à Al Jazeera, en passant par la BBC, on nous dit en grand titre que Pierre Nkurunziza est mort "d'un arrêt cardiaque" entre guillemets, ou "selon les autorités burundaises", c'est une manière de nous dire sans le dire qu'en fait il y a de fortes chances pour qu'il soit mort d'autre chose... et plus précisément de la Covid-19.

C'est le journal en ligne nigérien The Cable qui met les pieds dans le plat, en citant deux sources, la radio burundaise RPA et le quotidien rwandais Taarifa selon qui, donc, cela ne fait guère de doute : Pierre Nkurunziza, le président autoritaire et tout-puissant du Burundi depuis quinze ans a succombé à cette épidémie qu'il avait tant pris soin de minimiser et de mépriser ces derniers mois auprès de sa population. On se rappelle notamment que le Burundi et son président avaient expulsé les équipes de l'OMS, les accusant d'ingérence au moment de la récente élection présidentielle.  

C'était le 20 mai, alors qu'on savait pertinemment que le coronavirus faisait déjà des dégâts dans cette région africaine des grands lacs : Pierre Nkurunziza avaient tenu à maintenir de scrutin qui avait sans surprise donné la victoire au dauphin qu'il s'était lui-même choisi, le général-major Evariste Ndayishimiye.

Pour le quotidien sud-africain The Mail and Guardian,  c'est cette légereté coupable avec laquelle Pierre Nkurunziza a traité la pandémie qui l'a finalement emporté. "Il a mis la politique avant la santé de son pays, et il maintenant il est mort", conclut sans appel l'auteur de cette nécrologie Simon Allison. On savait la femme du président contaminée et soignée avec trois de leurs gardes du corps depuis une dizaine de jours au Kénya ; à présent c'est donc le président lui-même qui succombe d'un mystérieux arrêt cardiaque deux jours après s'être mêlé, comme si de rien n'était, à la foule d'un match de volley.  

"Tout le monde meurt d'un arrêt cardiaque", écrit Marie-France Cros dans La Libre Afrique, reconnaissant à son tour que "cette formulation officielle à l'avantage de ne pas mettre le défunt en face de ses contradictions" des derniers mois au sujet de la Covid-19. Par contre, quid des obsèques nationales que le Burundi ne devrait pas manquer d'organiser pour son défunt "guide suprême" ? Il y a un risque bien réel qu'elles n'accélèrent encore la propagation de l'épidémie...

Mais l'autre grande question que pose le décès de Pierre Nkurunziza, c'est celle de sa succession au sommet du pouvoir burundais. Tout juste élu, le dauphin Evariste Ndayishimiye aurait pu prétendre à une prestation de serment plus rapide que prévue ; mais finalement c'est le président de l'Assemblée nationale qui va assurer l'intérim en attendant la cérémonie prévue le 20 août. La Constitution du Burundi sera respectée... faut-il y voir avec la Libre Afrique "le reflet d'une lutte entre pouvoir civil et influence des militaires", ces généraux habitués à codiriger le pays derrière le président ? 

Ce qui est sûr c'est que l'élection du général-major Ndayishimiye a été vivement critiquée par l'opposition qui n'a pas reconnue le résultat du scrutin. Est-ce que la mort du "guide" Nkurunziza  va redonner de la vigueur à ceux qui contestaient son pouvoir et ont subi ces 5 dernières années une répression féroce ? Il y a là, veut croire Simon Allison dans le Mail and Guardian, "une chance pour le Burundi de prendre enfin au sérieux l'épidémie de Covid-19 et de renverser le système politique pourri et violent auquel présidait Pierre Nkurunziza".

Pas si sûr : mardi soir, rapporte la Libre Afrique, la police a procédé dans les bars de Bujumbura à des arrestations de Burundais qui avaient commis le crime de laisser un peu trop éclater leur joie à l'annonce de la mort du président.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher