topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le dialogue continue entre Gitega et Bruxelles en vue d'une levée des sanctions Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

RFI, 23/06/2021

Au Burundi, le chef de la diplomatie Albert Shingiro et l’ambassadeur de l’Union européenne Claude Bochu entouré ses collègues des états membres vont reprendre ce mercredi matin dans un grand hôtel de Bujumbura, le dialogue politique en vue de la levée des sanctions prises contre Gitega en 2016. Ce dialogue, au point mort depuis lors a repris en février, à la suite de l’accession au pouvoir du successeur de Nkurunziza.

Objectif affiché pour ce nouveau round de négociations, tenter de conclure le plus rapidement possible un dialogue politique qui a repris il y a à peine près de six mois, mais qui a déjà franchi une première étape avec la décision des groupes d’experts de Bruxelles de lancer le processus qui va conduire à terme, à une levée des sanctions budgétaires contre le gouvernement burundais.

En 2016, ces sanctions avaient été décidées au plus fort de la crise née de la décision de l'ancien président, aujourd'hui défunt, Pierre Nkurunziza, de briguer un troisième mandat, une année plus tôt. Le pouvoir burundais était alors engagé dans une répression sanglante qui a poussé à l'exil les principales figures de l'opposition, de la société civile et des médias, selon l'ONU.

C'est dans ce contexte que l'Union européenne et ses États membres ont fait le pari que l'imposition de sanctions devrait ramener à la raison les dirigeants du Burundi, alors classé parmi les cinq pays les plus pauvres du monde.

Il n'en a finalement rien été. Gitega s’est plutôt se radicalisé et a changé d'alliance en se tournant vers la Chine et la Russie, qui lui ont apporté un soutien sans failles dans les instances internationales, reconnaissent aujourd’hui des diplomates.

Situation différente

Cinq ans plus tard, la situation a radicalement changé. Le nouveau chef de l'État burundais, Évariste Ndayishimiye, a hérité d'un pays devenu aujourd'hui le plus pauvre du monde et dont l'économie est bord du gouffre. Alors que du côté européen, on est à la recherche d'un levier qui permette de peser de nouveau sur ce régime. Chaque partie a donc accepté de mettre un peu d'eau dans son vin.

C’est un « pas important » qui a été franchie grâce à « des évolutions positives qui ont été initiées par le président Évariste Ndayishimiye en termes de bonne gouvernance, d’état de droit et des droits de l’homme », s’est réjoui Claude Bochu lundi, juste après lui avoir annoncé « la bonne nouvelle ». Mais il prévient : « C’est une étape nécessaire qui vient d’être franchie, mais pas suffisante », avant de rappeler que d’autres progrès sont espérés au cours des prochains mois.

Les autorités attendues au tournant par l'UE

Gitega est donc attendue sur des sujets tels que l’ouverture de l’espace politique, la liberté des médias, une renaissance de la société civile ou encore l’épineuse question de l’imposition de quotas ethniques aux ONG internationales.

Les ONG internationales et locales des droits de l’homme justement, ont dénoncé une annonce précipitée, en accusant le pouvoir burundais de faire des gestes plutôt « symboliques » tout en continuant à commettre de graves violations des droits humains. L’Union européenne en est consciente, selon un de ses diplomates. Mais c’est le prix à payer selon lui, pour avoir de nouveau un levier contre un pouvoir qui s’était montré intransigeant jusqu’ici.

La balle est donc dans le camp du pouvoir burundais, qui doit donner de nouveau gages à son principal bailleur de fonds européen.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher