topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Breaking News : LA BURUNDAISE FRANCINE NIYONSABA A BATTU LE RECORD DU MONDE DU 2000 M EN 5 MIN 21 SEC 56, MARDI LORS DU MEETING DE ZAGREB. [@rib News, 14/09/2021] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Albert Shingiro s'épanche sur la nouvelle politique étrangère du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

Jeune Afrique, 12 juillet 2021

Burundi – Albert Shingiro : « Aucun pays, aussi puissant soit-il, ne peut vivre seul »

 Reprise du partenariat avec l’Union européenne, réchauffement des relations avec le voisin rwandais, rôle dans la sous-région… Le ministre des Affaires étrangères burundais aborde le retour de son pays sur la scène internationale et ses priorités. [Photo : Le ministre des Affaires étrangères du Burundi, Albert Shingiro. © MAE République du Burundi.]

À 48 ans, Albert Shingiro connaît parfaitement la maison dont il a pris les rênes le 28 juin 2020. Avant d’être nommé à la tête du portefeuille des Affaires étrangères, ce diplomate de formation et de carrière a en effet occupé de nombreux postes depuis 2006, aussi bien au sein de l’administration centrale qu’au service extérieur.

Après avoir étudié au Québec, il a notamment été nommé plusieurs fois à New York, en tant que conseiller et chargé d’affaires auprès des Nations unies, puis comme ambassadeur permanent de 2014 à 2020. Il devient alors le porte-voix de son pays sur la scène internationale qui découvre son éloquence et parfois, aussi, ses outrances.

Sa nomination vient donc récompenser une carrière tout entière consacrée à son pays, ainsi qu’au Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD, au pouvoir), dont il est membre depuis sa fondation.

Le voilà chef de la diplomatie burundaise au moment où le pays montre des signes d’ouverture. En particulier envers l’Union européenne (UE), avec laquelle vient de reprendre un dialogue politique qui était au point mort depuis la crise de 2015.

Jeune Afrique : Quelle feuille de route le chef de l’État vous a-t-il confiée lors de votre nomination, il y a un an ?

Albert Shingiro : Les orientations sont très claires. Le Burundi doit revenir progressivement sur la scène internationale, reprendre la place qu’il occupait avant la crise de 2015. C’est dans ce cadre qu’ont démarré, au début de cette année, les négociations politiques avec l’UE, dans un esprit d’ouverture et de compromis entre les deux parties.

Trois séances ont déjà eu lieu à Bujumbura avec les ambassadeurs européens. Nous nous parlons à cœur ouvert pour rétablir la confiance perdue ces dernières années. Mes visites à Bruxelles, à Paris et à Berne entrent également dans ce processus de normalisation en cours. Les progrès sont déjà tangibles et nous sommes confiants quant à la décision de l’UE de lever des sanctions qui n’ont plus lieu d’être puisque les raisons pour lesquelles elles avaient été prises n’existent plus.

Lire l’intégralité de l’Interview sur Jeune Afrique

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher