topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le gouvernement burundais accuse les sociétés minières de pillage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 20/07/2021 – Source Taarifa 

 Les sociétés minières impliquées dans l'extraction et l'exportation de minéraux de terres rares au Burundi ont été suspendues de leurs opérations en attendant un ensemble d'accusations et de violations.

Le Premier ministre Alain-Guillaume Bunyoni (photo) n'a pas eu de mots assez durs pour ces sociétés minières et cela amène toute l'affaire à un autre niveau.

"Beaucoup de ces sociétés ont reçu des mises en demeure d'arrêter immédiatement leurs opérations parce que nous avons réalisé qu'elles n'étaient là que pour piller nos richesses minérales", a déclaré le Premier ministre.

« Ils ont dupé le gouvernement des conventions qui régissent leur fonctionnement à l'exécution de leurs activités. Une sorte de scélérats », a déclaré le Premier ministre Bunyoni plus tôt en avril.

La société minière Rainbow Mining Burundi a été spécifiquement notifiée de suspendre toutes ses opérations et a reçu une mise en demeure.

Dans un courrier en date du 31 mars 2021, la Primature précise au Ministère de l'Hydraulique, de l'Energie et des Mines que suite au rapport d'étape de la commission d'évaluation de la convention minière sur les gisements de terres rares de Gakara, l'exportation de terres rares désormais interdite dans l'attente de la violation de la Convention signée entre le Gouvernement burundais et la société Rainbow mining Burundi.

Cependant, plus tard le 18 mai 2021, Rainbow Mining a écrit au gouvernement pour demander des négociations pour adopter le principe gagnant-gagnant.

Le 24 juin 2021, le ministère de l'Énergie et des Mines a annoncé la suspension des activités d'extraction des terres rares de Gakara « jusqu'à l'adoption des clauses issues des négociations entre la société Rainbow mining Burundi et le gouvernement burundais ».

Selon les médias locaux, les sociétés minières ont versé des pots-de-vin juteux à des hauts fonctionnaires du gouvernement et ont éludé les impôts ou, dans la plupart des cas, déclaré des impôts très bas.

Selon une source, la Rainbow Mining Company a payé un impôt minimum par rapport à la valeur des différents éléments contenus dans les terres rares ; « l'entreprise ne payait ses impôts que sur les éléments de base et non sur les éléments associés parmi les terres rares.

"Comme Rainbow mining est réticent à montrer ses résultats en termes de contenu pour les terres rares qu'il exporte, l'Etat ne perçoit que 10% du profit de ce qu'il devrait avoir", précise une source au sein du ministère en charge des mines.

La société minière Rainbow est également accusée de ne pas honorer ses obligations contractuelles contenues dans les accords.

Par exemple, « Il était prévu de construire des infrastructures socio-économiques telles que des écoles et des établissements de santé. Par exemple, l'entreprise devait construire une école technique à Mutambu (province rurale de Bujumbura) et une route goudronnée y menant, elle n'a rien fait de tout cela.

Selon le ministère des Mines, l'État est en droit de suspendre la poursuite des opérations minières menées par la société.

Gabriel Rufyiri le président d'Olucome – un Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques soutient que le problème vient de la loi minière.

« Il est dit dans le Code minier que la société signataire de la convention détient 51% des actions, 39% détenues par d'autres actionnaires et 10% des actions appartenant à l'Etat burundais. Dans ces conditions, le principe gagnant-gagnant n'est pas possible. "

Gabriel Rufyiri pointe aussi la responsabilité des pouvoirs publics : « Comment se fait-il que les choses en soient arrivées là alors que l'Etat a un vice-président au conseil d'administration au sein de la société mixte des mines sans oublier d'autres membres du même Conseil ? "

« Quand on regarde les marchés internationaux, on se rend compte que le Burundi exporte de grandes quantités de matières premières, mais on ne connaîtra jamais les revenus de leur vente. C'est le pillage des ressources minérales. Mais par qui ? C'est la grande question », note Rufyiri.

Rufyiri demande que cette affaire soit portée devant la justice ; « Nous devons poursuivre ceux qui ont représenté le gouvernement burundais dans la négociation et le contrôle de l'exploitation minière par les entreprises. C'est le nœud du problème. "

« Le code, dont il y a lieu de croire qu'il sera amendé, ne doit pas être mis en œuvre à huis clos, mais être le résultat d'un consensus entre tous les partenaires (gouvernement, société civile, etc.) », conclut-il.

NdlR : Libre traduction. Lire l'article original sur Taarifa

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher