topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
RFI condamne les attaques contre son ex-correspondant au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 02/09/2021

Burundi : RFI condamne les attaques contre son ex-correspondant par le président Ndayishimiye

Le président burundais Évariste Ndayishimiye s'en est pris nommément mardi 31 août au journaliste de RFI Esdras Ndikumana lors d'un discours dans un stade, l'accusant de vouloir « détruire » le Burundi en dévoilant un sombre tableau de la situation du Covid-19 dans le pays. Radio France internationale proteste dans un communiqué ce jeudi 2 septembre contre les « attaques verbales » et ces accusations « infondées et absurdes » portées contre le journaliste, tout comme Reporters sans frontières (RSF).

Par communiqué, RFI proteste contre les attaques portées contre notre confrère Esdras Ndikumana.

« RFI a pris connaissance avec stupéfaction des deux attaques verbales successives lancées par le Président du Burundi contre son journaliste Esdras Ndikumana, ancien correspondant à Bujumbura. RFI proteste contre les accusations infondées et absurdes selon lesquelles son collaborateur "rêverait de voir les Burundais mourir du Covid-19" et nourrirait des sentiments hostiles à l’égard du Président du Burundi.

RFI apporte tout son soutien à Esdras Ndikumana, qui avait été violemment agressé physiquement à Bujumbura en août 2015 et qui vit aujourd’hui en exil. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, l’ensemble de la rédaction de RFI rend compte de la situation sanitaire au Burundi, comme dans tous les pays du monde, avec professionnalisme et la plus grande objectivité, en se fondant sur des témoignages recoupés et vérifiés. »

Dans un autre communiqué, la Société des journalistes de RFI dénonce par ailleurs vivement ces attaques. « La SDJ juge inacceptables ces attaques qui mettent en danger un journaliste soucieux de son travail et décrivant au mieux la situation sanitaire du pays », martèle le communiqué.

« À deux reprises, les 19 et 31 août, le chef de l’État s’en est pris verbalement à notre collègue, de façon très violente, en public. Évariste Ndayishimiye reproche à notre journaliste sa couverture de la pandémie. Il s’en est également pris à un deuxième journaliste burundais, Antoine Kaburahe, fondateur du média Iwacu. »

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a également condamné des « propos graves et dangereux » du président Évariste Ndayishimiye, élu en juin 2020 après le décès soudain de Pierre Nkurunziza. « Alors que le Burundi fait face à une résurgence de l'épidémie de Covid-19, le président Évariste Ndayishimiye a publiquement pris à partie, par deux fois en moins de deux semaines, le journaliste burundais de RFI Esdras Ndikumana », déplore RSF dans un communiqué publié mercredi 1er septembre.

« Nous condamnons vigoureusement ces propos qui sont graves et extrêmement dangereux. Dire d’un journaliste qu’il fait de la promotion de la pauvreté dans son pays, il a été accusé de déstabilisation, c’est jeter le discrédit sur son travail et menacer tous les journalistes au Burundi. C’est aussi un triste rappel de la fragilité de la liberté de la presse au Burundi », a déclaré sur nos antennes le responsable du bureau Afrique de RSF, Arnaud Froger.

Dans le classement de la liberté de la presse établi par RSF, le Burundi occupe la 147è place sur 180.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher