topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le difficile accès des filles à l’Université Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

Deutsche Welle, 13.09.2021

Ce lundi 13 septembre, c’est la rentrée des classes au Burundi. Mais, certaines filles ne peuvent pas poursuivre leurs études en raison de la pauvreté.

Déborah  Mutoniwase, 14 ans, vit à Buterere, un quartier périphérique de la capitale économique, Bujumbura. Sa mère est séparée de son mari. Elle se débrouille dans le petit commerce au quartier pour subvenir aux besoins de ses deux filles. Les préparatifs pour la rentrée scolaire vont bon train.

Notre jeune reporter Clara Cheila  Dushime, 17 ans, a rencontré Déborah Mutoniwase, une jeune fille qui tente de poursuivre sa scolarité malgré les conditions difficiles.   

Clara Cheila  Dushime : "Bonjour Déborah Mutoniwase. A quoi ressemble ta journée d’écolière ?"

Déborah Mutoniwase : "Je me lève très tôt le matin pour me laver et aller à l’école. Souvent, je vais à l’école le ventre vide et au retour, je ne trouve pas de quoi manger. Malgré tout ça, j’essaie de suivre les leçons en classe. Après l’école, je prépare les interrogations s’il y en a. Ou je vais aider ma mère dans son commerce."

Clara Cheila  Dushime : Comment fais-tu tes devoirs ?

Déborah Mutoniwase : "Je fais toujours mes devoirs et révisions après les cours. J’utilise une lampe au mazout, ma mère fait tout son possible pour me trouver du mazout afin de mieux étudier."

"Youth Building in Synergy to end Poverty"

Clara Cheila  Dushime : "Est-ce que c’est facile d’étudier pour toi ?"

Déborah Mutoniwase : "Ce n’est pas facile. Nous sommes nombreux en classe. Mais, je me débrouille mieux grâce à l’appui de YBSP."

YBSP, c’est l’association "Youth Building in Synergy to end Poverty". Elle aide des jeunes filles comme Déborah en fournissant notamment du matériel scolaire. Arthur  Mugisha est le président de l’association YBSP.

Clara Cheila  Dushime: Pourquoi la plupart des filles de la zone Buterere ne fréquentent pas l’école jusqu’à l’université ?

Déborah Mutoniwase: Elles s’occupent beaucoup de travaux ménagers et ce sont les garçons qui sont privilégiés. Un autre problème, ce sont les grossesses en bas âge, je ne sais pas pourquoi. 

Deborah Mutoniwase va à l’école publique, mais cela ne l’empêche pas d’avoir des rêves dorés... Elle veut passer son bac et étudier la médecine.

"Dès que j’entre en septième je vais bien travailler pour avoir de bons résultats. Après le secondaire, je ferai la médecine à l’université pour enfin devenir docteur Mutoniwase", déclare-t-elle.

Clara Cheila  Dushime : "Que souhaites-tu aux autres jeunes filles comme toi ?"

Deborah Mutoniwase : "Je leur souhaiterais de bien étudier et de se passer de tout ce qui leur fait perdre du temps pour se préparer un bon avenir."

En 2019, les filles ne représentaient que 16,9% des inscrits à l'université. Mais Déborah Mutoniwase compte bien faire monter ce pourcentage.

Auteur Antéditeste Niragira

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher