topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Emploi

 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Info pratique

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de La Rédaction. ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : suspension des fonctionnaires vivant en concubinage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

La Libre Afrique4 octobre 2021

La Libre Afrique.be a eu accès à une lettre du ministre burundais de l’Intérieur, Gervais Ndirakobuca, adressée à tous les gouverneurs de province et au maire de Bujumbura, leur enjoignant de suspendre de leurs fonctions les « responsables administratifs » vivant en « concubinage et/ou unions illégales ».

Le document, portant la référence 530/9832/CAB/2021 et daté de septembre (le jour exact est peu lisible: le 20, 26 ou 28) s’intéressent à « certains administratifs qui affichent un comportement irresponsable susceptible même de désorienter la population ». Et le ministre de préciser qu'« il est signalé des responsables administratifs qui entretiennent des relations de concubinage et/ou d’union illégales alors que le gouvernement avait pris des mesures pour décourager ce comportement dans tout le pays ».

Obligation de se marier

Le 1er mai 2017, en effet, feu le président Pierre Nkurunziza avait souhaité qu’au 31 décembre de cette année-là, tous les couples soient reconnus par la loi. Le Président décédé en 2020 affichait fréquemment ses croyances religieuses, assurant notamment que son pays était « protégé par Dieu » du Covid-19 en raison de sa grande piété. Sa femme, « évêque » d’une Eglise évangélique, et lui-même, menaient régulièrement des « croisades » contre l’adultère.

En mai 2017, le ministère de l’Intérieur de l’époque avait traduit le désir du chef de l’Etat en une obligation pour les couples concubins de se marier avant la fin de l’année et l’avait présentée comme une tentative de mettre « de l’ordre » dans le pays. Et d’assurer que la mesure abriterait les lycéennes de grossesses précoces et protègerait les enfants de couples illégitimes et les « deuxièmes, troisièmes femmes qui ne sont pas reconnues par la loi ».

Dans la pratique, les personnes vivant en union libre étaient passibles d’amendes (de 50.000 FBu, soit 22 euros à l’époque, une fortune pour les paysans burundais) si elles ne se mariaient pas avant le 31 décembre 2017; les femmes étaient privées de la gratuité de l’accouchement; et les enfants nés de telles unions ne bénéficieraient pas de la gratuité de l’école primaire. De nombreux paysans pauvres, au Burundi, ne peuvent payer la dot réclamée par la famille de leur aimée et évitent donc la cérémonie du mariage.

Servir d’exemple

Aujourd’hui, le ministre de l’Intérieur, Gervais Ndirakobuca – surnommé « Ndakugarica », soit « Je te tue », depuis l’époque où il était chef du Service national de renseignement et est aujourd’hui « numéro 3 » du régime militaire au pouvoir au Burundi – souligne que « quelqu’un appelé à diriger les autres doit incarner certaines valeurs et servir d’exemple pour inspirer la confiance de ses administrés ».

Sa lettre demande donc à tous les gouverneurs de province et au maire de Bujumbura, capitale économique du pays et sa plus grosse ville, « de relever tous les cas existant dans (leur) circonscription administrative et d’enclencher les procédures de les suspendre (sic) dans (sic) leurs fonctions dès réception de la présente ».

Par Marie-France Cros.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2021

parking aéroport pas cher